Navigation – Plan du site

L’adaptation des bandes dessinées américaines et italiennes en France dans les années 1930 et 1940

Thierry Crépin

Résumés

La création du Journal de Mickey en 1934 donne le signal de l’introduction de la bande dessinée étrangère en France. D’abord américaines, puis italiennes, ces œuvres vont inviter les éditeurs de journaux pour enfants à s’interroger sur l’inscription de ces images dans un nouveau contexte éditorial. Dans le présent article seront évoqués aussi bien des problèmes de transposition matérielle (posant notamment le problème d’un format) que la volonté d’adapter ces images afin de les rendre acceptables dans le contexte politique et moral français.

Haut de page

Texte intégral

1En octobre 1934 parait le premier numéro du Journal de Mickey (cf. image 1) qui donne le signal d’une introduction massive de la bande dessinée américaine dans la presse enfantine française, puis ses imitations, en particulier italiennes. Après une courte interruption pendant la guerre, ces bandes dessinées sont à nouveau publiées en France à la Libération, même si elles ne retrouvent pas le même succès que dans les années trente.

Image 1

Image 1

Première page du premier numéro du Journal de Mickey (21 octobre 1934).

Droits réservés.

2Aux États-Unis, ces séries sont offertes à tous les publics dans les quotidiens et leurs suppléments dominicaux. En Italie, les bandes dessinées ne sont pas non plus seulement réservées aux enfants. Les auteurs ont donc la possibilité de cultiver un naturalisme violent et une sensualité avouée dans les limites tolérées par les puritanismes des sociétés américaines et italiennes. Ces audaces, pourtant le plus souvent d’une grande timidité, détonnent dans la presse enfantine française qui n’a pas l’habitude de personnages plus turbulents que Bécassine ou les Pieds nickelés.

3Les éditeurs de journaux pour enfants sont donc amenés à s’interroger sur les images qu’ils peuvent ou ne peuvent pas montrer à leur jeune public. Outre des problèmes de transposition matérielle, ils choisissent d’adapter ces images afin de les rendre acceptables dans le contexte politique et moral français. Contraintes matérielles et choix éditoriaux sont les premières causes de ces adaptations. Mais elles sont aussi et largement dues aux nécessités ou pesanteurs politiques et morales des années trente et quarante.

4Aux États-Unis, les bandes dessinées étaient, avant l’apparition des comic books, essentiellement publiées en noir et blanc dans la presse quotidienne la semaine, et en couleurs le dimanche dans les épais suppléments prisés du public d’outre-Atlantique (GABILLIET, 1994). Les hebdomadaires français pour la jeunesse ne possédaient pas les mêmes formats que les suppléments dominicaux américains. La plupart des illustrés français avaient adopté un format avoisinant 27 sur 40 centimètres qui offrait à peu près la moitié de leur surface originale. À elle seule, la page américaine de La Famille Illico (Bringing Up Father) est plus grande que toute la page de l’illustré Robinson qui publiait cette série en France. Un seul illustré français, Junior (cf. image 2), avait adopté le format américain. Cette contrainte est à l’origine d’une première altération, une forte réduction de la taille des images dans les publications hexagonales. Elle rejaillit sur la traduction car elle diminue inévitablement la place réservée au texte, sauf à imprimer des lettres minuscules et illisibles. Or, difficulté supplémentaire, l’anglais est une langue brève et riche en nuances, quasiment impossible à traduire exactement en français sans utiliser un plus grand nombre de mots. L’éditeur dispose alors de deux solutions, soit redessiner des bulles plus grandes et masquer une partie de l’image, soit simplifier les dialogues d’origine en de courtes phrases simplifiées à l’extrême (COUPERIE, 1963).

Image 2

Image 2

Première page du premier numéro de Junior (2 avril 1936).

Droits réservés.

5La mise en page des bandes dessinées produit d’autres altérations. Elles paraissaient aux États-Unis sur des pages au format carré ou rectangulaire et allongées alors qu’elles sont reprises en France sur des pages rectangulaires en hauteur. Ces différences sont la source de remontages parfois hasardeux, rendus encore plus compliqués par l’habitude des éditeurs français d’insérer un titre et un résumé de l’épisode précédent à l’intérieur de la planche et non pas au-dessus dans un bandeau indépendant comme aux États-Unis. Cette pratique conduisait à abîmer des images, soit en les coupant, soit en les allongeant par des retouches souvent malheureuses : rupture dans les lignes et hachures, grossièreté subite du dessin, erreurs de perspective, interruption des grisés, grands blancs inutiles, etc. (COUPERIE, idem).

  • 1  Je remercie Pierre Guérin et Claude Guillot qui m’ont avec une grande courtoisie ouvert leurs coll (...)

6L’adaptation des bandes dessinées italiennes a pu être plus aisée en raison d’une grande proximité des formats entre France et Italie, sauf lors de la transposition de planches publiées dans des hebdomadaires de grand format en hauteur à des mensuels de petit format spécialisés dans la publication de récits complets. La collection Les Cahiers d’Ulysse des éditions Sepia (cf. image 3) reprend en 1941 sous le titre Les Pillards des récifs rouges un récit de Rino Albertarelli, I Predatori del guardaui, précédemment publié dans Topolino, Le Journal de Mickey italien. Cette collection conserve tout au long de son existence une présentation identique, seize pages en noir et blanc et quatre pages colorées dans un format de 18 sur 26 centimètres en hauteur. Afin de publier cette histoire en un seul fascicule, de nombreuses cases ont été supprimées, jusque dans la proportion d’une sur deux dans certaines planches, ou bien réduites. Les jeunes lecteurs ont sans doute trouvé incompréhensibles certains passages de ce récit. Et cet exemple est loin d’être unique (GUERIN, 1973 et 1974)1.

Image 3

Image 3

Couverture des Pillards des récifs rouges (Les Cahiers d’Ulysse, n°2, S.E.P.I.A., février 1941).

Droits réservés.

7Les éditions Sepia étaient cependant à ce jeu de massacre dépassées par la Librairie Hachette dans ses adaptations de bandes dessinées américaines. Les aventures de Félix le chat et de Mickey ont particulièrement souffert des pratiques de la célèbre maison d’édition. Elle reprenait en albums des bandes déjà parues dans Le Petit Parisien. Alors que ce quotidien respectait la présentation américaine, la Librairie Hachette remontait et rehaussait les images, n’hésitait pas à supprimer des vignettes et surtout gommait les bulles, une des principales caractéristiques de la bande dessinée, pour les remplacer par un texte descriptif sous l’image dans la tradition des images d’Épinal. Mais ce n’est rien en comparaison de l’adaptation en 1935 d’une des plus célèbres bandes dessinées d’espionnage américaines, Agent secret X9, dont les premiers scénarii avaient été écrits par Dashiell Hammet et Leslie Charteris et mis en images par Alex Raymond. Quelques vignettes, contenant tout de même des bulles, sont noyées dans un océan de texte. L’expérience n’est d’ailleurs pas renouvelée. Peut-être la Librairie Hachette craignait-elle les éventuels reproches d’éducateurs, très attachés au texte et méfiants à l’encontre de l’image, toujours rapides à accuser la bande dessinée d’inciter les enfants a la paresse et de les détourner de la lecture.

8La plupart des éditeurs étaient très sensibles à la réception de leur production par les éducateurs, des parents aux enseignants, en passant par les bibliothécaires ou même les prêtres et animateurs de mouvements de jeunesse en plein essor à l’époque. Ils jugeaient presque tous d’un très mauvais œil les timides audaces contenues dans les bandes dessinées américaines et italiennes accusées de tous les maux et de corruption morale de la jeunesse. Les séries italiennes destinées à un public enfantin réservaient, contrairement aux séries américaines, également une difficulté particulière d’adaptation dans l’entre-deux-guerres et pendant la Seconde Guerre mondiale : la propagande fasciste.

9En 1939, L’As publie une bande d’aventures aériennes, un genre très prisé des enfants : L’Aigle du ciel. Les jeunes lecteurs français sont persuadés de découvrir les exploits du lieutenant Martial engagé dans l’armée argentine en lutte contre des rebelles. À regarder de plus près, les paysages rappellent bien plus l’Espagne que l’Amérique du sud et les uniformes des aviateurs ressemblent étrangement à ceux de l’armée de l’air italienne. Rien d’étrange à cela car il s’agit d’une œuvre de propagande fasciste en provenance d’Italie, Romano, il legionnaro, destinée à justifier l’intervention de Mussolini dans la guerre d’Espagne (cf. image 4). Le récit est cependant méconnaissable tellement les personnages et dialogues ont été transformés et les images mutilées ou supprimées, et ainsi complètement vidées de leur signification politique.

Image 4

Image 4

Romano, il legionario de Kurt Caesar en première page du premier numéro du Vitotorioso (28 septembre 1940).

Droits réservés.

10Mais bien plus que l’embrigadement des enfants, les éducateurs craignaient que la lecture de ces bandes dessinées venues des États-Unis ou d’Italie ne perturbe l’esprit des enfants et ne les conduisent à la délinquance juvénile en raison de la prédilection de leurs auteurs pour les récits policiers, d’espionnage ou de western mettant en scène des personnages recourant à la violence pour parvenir à leurs fins. Les prêtres du mouvement Cœurs vaillants-Ames vaillantes avaient, ainsi surnommé les journaux qui publiaient ces bandes dessinées, les « illustrés gangsters ». De nombreux éditeurs n’hésitaient pas à faire retoucher ces séries, soit parce qu’ils partageaient les avis des éducateurs, soit parce qu’ils redoutaient leur influence. Cette tendance est renforcée après l’adoption de la loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse qui soumet les illustrés au contrôle et à la surveillance d’une commission installée au ministère de la Justice (CREPIN et GROENSTEEN, 1999 ; CREPIN, 2001).

11Les scènes de violence sont ainsi souvent atténuées. En 1941, dans les pages de Jumbo, King le roi de la police montée ne poursuit plus les gangsters revolver au poing, mais un index vengeur pointé dans leur direction. Son arme a été tout simplement gouachée et cette autocensure compensée par l’allongement de sa main. En 1948, les aventures du cow-boy italien Tex Willer sont encore ponctuées de scènes de fusillade fidèles à leur édition d’origine. En 1952, trois ans après l’entrée en vigueur de cette loi, les scènes d’affrontements mortels sont purement et simplement supprimées au détriment de la compréhension du récit lors de leur réédition. Les scènes d’horreur étaient tout autant accusées de perturber la psychologie enfantine et de peupler de cauchemars les nuits des jeunes lecteurs. Même le tout puissant Cino Del Duca édite avec une grande prudence Les Aventures de Tarzan dans les illustrés dédiés au seigneur de la jungle. En 1950, les Ononoes, monstrueux personnages à la tête énorme appuyée sur deux membres, sont effacés et remplacés par de petits hommes inspirés par les Pygmées, mais à vrai dire à peine plus rassurants que les Ononoes.

12Politique, violence ou horreur ne sont cependant pas les sources d’inspiration des images les plus pourchassées et altérées. La représentation de la sexualité même dans ses versions les moins explicites inquiète bien plus des éditeurs qui craignent avant tout de subir le reproche infamant de pornographie.

13Les éducateurs, l’abbé Bethléem (MOLLIER, 1999) en tête, sont prompts à hurler à la moindre épaule dénudée : ils se surpasse dans la dénonciation de l’attribution d’un « sex-appeal » exagéré aux personnages féminins qui serait susceptible de nuire à la sexualité future des adolescents, un euphémisme pour désigner la peur des adultes devant des images tentatrices et incitatives à la masturbation des jeunes garçons. Plutôt que d’encourir le courroux des éducateurs, les éditeurs préfèrent employer des retoucheurs chargés d’atténuer les représentations corporelles de la sexualité des séduisantes héroines offertes par les bandes dessinées américaines et italiennes. Les seins de la très jolie et très cruelle reine, ennemie de Tarzan dans les pages de l’illustré du même nom en 1949, sont ainsi effacés afin de ne pas exciter l’imaginaire sexuel des jeunes lecteurs, une pratique généralisée dans presque toute la presse enfantine dès les années trente et dans les décennies suivantes.

14Les scènes de relations amoureuses, même entre un homme et une femme légitimement unis dans le mariage, sont sévèrement épurées. En 1939, La Famille Illico (Bringinp Up Father) occupait la première page de Robinson. Après une des disputes mouvementées qui constituaient un des éléments récurrents de la série, les époux Illico se réconciliaient dans un baiser passionné resté inconnu du jeune public, de même que les commentaires d’Illico devant la fougue de son épouse. Image et texte ont ici été censurés. Dans la version américaine, madame prenait l’initiative du baiser et exprimait tout son désir par un sourire rayonnant. Cette expression du désir féminin était inacceptable dans un illustré français destiné aux enfants où le seul rôle acceptable de la femme était celui de mère et en aucune manière celui de l’amante. Cette vignette a donc été supprimée. Les dialogues sont tout autant désexualisés. Monsieur s’exclamait ainsi : « Par Dieu, elle est brute même dans sa tendresse ! » Dans la version française, il se contente de se féliciter d’avoir apporté des roses à son épouse…

15Les personnages les plus difficiles à adapter par les éditeurs français sont les filles de la jungle, de séduisantes jeunes femmes peu vêtues, indépendantes et libérées, qui transgressent d’autant plus la morale sociale de l’époque qu’elles inversent le rapport de domination hommes-femmes. Ettore Carozzo, installé à Paris depuis le début des années trente et devenu patron de la Librairie moderne et de sa filiale la SAGE, deux entreprises spécialisées dans la littérature sentimentale et les illustrés destinés à la jeunesse, achète en 1948 les droits d’une nouvelle série italienne intitulée La Panthère blonde : tout un programme ! (CANCE, 1998) Les six premiers épisodes ne sont pas publiés en France. Redessinés et largement épurés, ils servent à créer une héroïne plus sage, Loana, princesse de la jungle. L’ intrigue n’a pas changé mais a été condensée afin de supprimer toutes les scènes violentes et sexuellement ambiguës. La transformation de la Panthère blonde en Loana a donné naissance à une héroïne plus habillée, aux courbes moins prononcées et aux attitudes moins suggestives. Une longue robe couvre le corps de Loana tandis qu’un collier de fleurs masque son décolleté.

16De la version italienne à la première page de l’illustré de Carozzo, Aventures, seules deux images ont été conservées à l’identique. Mais confronté à la mévente de ses journaux, le prude et très catholique éditeur italien se résout à publier la version originale de La Panthère blonde, certainement un véritable dilemme pour lui car certaines scènes des péripéties de la blonde et gironde aventurière n’étaient certainement pas destinées aux enfants en Italie.

Image 5

Image 5

Sheena en couverture de Youmbo magazine (n°29, 15 janvier 1950).

Droits réservés.

17Quelle scène n’est-elle pas plus explicitement sexuelle que la fessée reçue par la Panthère blonde des mains de son ami ? La rhabiller ne suffit même plus dans cette posture à éviter le reproche de pornographie. Cet épisode est entièrement repris par un retoucheur particulièrement incompétent qui, s’il élimine les cases « scandaleuses », enlaidit par la maladresse de son trait la jeune femme parfois à peine reconnaissable. Totalement incompatible avec les exigences de la loi de 1949, La Panthère blonde est sacrifiée en juin 1950, de même que son modèle américain encore plus sexuée, violente et dominatrice, Sheena, reine de la jungle dont les aventures étaient publiées dans le même illustré, Youmbo Magazine (cf. image 5).

18Entres contraintes matérielles, choix éditoriaux et autocensure politique ou morale, de nombreuses bandes dessinées américaines et italiennes ont été malmenées lors de leur parution en France. La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse a seulement aggravé une situation déjà existante. Dans le domaine des publications enfantines, les éditeurs acceptaient la soumission aux convenances politiques et morales quand ils n’étaient déjà pas en accord avec elles. Les éditeurs, dès lors qu’ils possédaient ou tout simplement aspiraient à une reconnaissance sociale, préféraient pratiquer l’autocensure plutôt que de respecter les œuvres originales, œuvres privées à l’époque de toute légitimité culturelle.

Haut de page

Bibliographie

CANCE, Louis [dir.]. Panthère blonde. Hop !, n°80, décembre 1998.

COUPERIE, Pierre. « Des Suppléments du dimanche aux illustrés français », Giff Wiff, n°8, décembre 1963, p. l à 18.

CREPIN, Thierry. « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine 1934-1954. Paris : CNRS editions, 2001.

CREPIN, Thierry et GROENSTEEN, Thierry [dir.]. « On tue à chaque page ! » La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, éditions du Temps / CNBDI, Paris-Angouleme, 1999.

GABILLIET, Jean-Paul. Le « comic book », objet culturel nord-américain. Thèse de doctorat sous la direction de Ginette CASTRO. Bordeaux : université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 1994, 2 volumes. Numéro National de thèses : 1994BOR30023

GUERIN, Pierre. « Les Cahiers d ’Ulysse ». Le Collectionneur de bandes dessinées, n°14, novembre 1978, et n°15, janvier 1979.

MOLLIER, Jean-Yves. « Aux origines de la loi du 16 juillet 1949, la croisade de l’abbe Bethléem contre les illustrés étrangers ». Dans CREPIN, Thierry et GROENSTEEN, Thierry [dir.]. « On tue à chaque page ! » La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, éditions du Temps / CNBDI, Paris-Angouleme, 1999.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Pierre Guérin et Claude Guillot qui m’ont avec une grande courtoisie ouvert leurs collections d’illustrés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende Première page du premier numéro du Journal de Mickey (21 octobre 1934).
Crédits Droits réservés.
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Image 2
Légende Première page du premier numéro de Junior (2 avril 1936).
Crédits Droits réservés.
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Image 3
Légende Couverture des Pillards des récifs rouges (Les Cahiers d’Ulysse, n°2, S.E.P.I.A., février 1941).
Crédits Droits réservés.
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Image 4
Légende Romano, il legionario de Kurt Caesar en première page du premier numéro du Vitotorioso (28 septembre 1940).
Crédits Droits réservés.
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Image 5
Légende Sheena en couverture de Youmbo magazine (n°29, 15 janvier 1950).
Crédits Droits réservés.
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Crépin, « L’adaptation des bandes dessinées américaines et italiennes en France dans les années 1930 et 1940 », Comicalités [En ligne], Histoire et géographie graphiques, mis en ligne le 13 février 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://comicalites.revues.org/1366

Haut de page

Auteur

Thierry Crépin

Membre du comité scientifique de Comicalités, Thierry Crépin fut historien du livre, de la presse et de la bande dessinée. Il a notamment publié « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine (1934-1954) (CNRS Editions, 2001) et a dirigé avec Thierry Groensteen « On tue à chaque page ! » La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse (Editions du Temps/Musée de la bande dessinée, 1999). Membre du Centre d’Histoire Culturel des Sociétés Contemporaines de l’Université Versailles Saint-Quentin, il a participé aux travaux du groupe « Le livre et la presse de jeunesse » qui ont débouché sur un ouvrage, Les Presses enfantines chrétiennes au XXe siècle (Artois Presse Université, 2008) qu’il a dirigé avec Françoise Hachette-Bissette. Il nous a quitté en février 2012.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • Revues.org