Skip to navigation – Site map

La série Paul de Michel Rabagliati : récits d’espaces et de temps

Sylvie Dardaillon and Christophe Meunier

Abstracts

By establishing such close links between the literary narrative and the illustrated narrative, the bande dessinée seems to be a very particular médium that places the time of our lives within space. Between 1999 and 2011, Michel Rabagliati, a Quebec cartoonist, devotes six comic books to the life of Paul, his diegetic twin. These comic books, combining short stories and graphic novels, relate slices of Paul’s life, from age 10 to his adult life. In the normal course of anticipating an event to reliving an event, the expression of the narrator’s inner life, is systematically accompanied by a reconstitution of the places he has been and the life he’s led, an expression of his outer life. Therefore, Temporality and Spatiality seem to combine to form character and even his existence. Additionally, the relationships that Paul has with his past and the spaces of his past are equally markers that echo the readers’ own life, calling on inter-textuality and inter-iconicity.

Top of page

Full text

  • 1  Michel Rabagliati est né en 1961, dans le quartier Rosemont de Montréal (Québec). Après une carriè (...)

1 Primé en 2009 au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, Paul à Québec de Michel Rabagliati1 constitue le sixième volet d’une série commencée dix ans plus tôt. Traitant d’un sujet tragique (la maladie et la disparition d’un être cher), ce roman graphique mêle nostalgies et anecdotes comiques. Le tout, savamment dosé, atteste de l’aboutissement d’un style narratif particulier. La série de Michel Rabagliati joue des temporalités et des spatialités pour faire revivre le passé, se le re-présenter, dans le sens étymologique du terme, c’est-à-dire le placer de nouveau devant nos yeux.

2 Dans cet article, nous voudrions analyser toute l’originalité de l’œuvre de cet auteur québécois en y portant à la fois un regard littéraire mais également géographique. Nous aimerions montrer combien la narration dessinée autobiographique, ou autofictionnelle, peut être assez proche du récit nervalien, revisitant le passé en faisant moduler le curseur temporel, jouant avec plusieurs récits en analepses enchâssés. D’un autre côté, le récit iconotextuel de Michel Rabagliati peut également intéresser le géographe. Le personnage de Paul entretient avec les espaces qu’il occupe des relations très variées. Nous montrerons ainsi que les spatialités et les temporalités peuvent concourir à la construction du personnage, à son existence.

Image 1

Image 1

RABAGLIATI, Michel. Paul à la pêche. Montréal : La Pastèque, 2006, planches 26-27.

© Les éditions de la Pastèque

3 Afin d’appuyer nos propos, nous soumettrons à une double analyse, littéraire et géographique, une double planche extraite de l’album Paul à la pêche (2006). L’auteur, Michel Rabagliati, représente son héros, Paul, accompagné de sa femme, Lucie, se rendant au bord d’un lac pour aller pêcher avec des amis. Le récit du trajet s’étale sur sept planches. Dans celles-ci, Paul, afin de rendre le voyage moins monotone, décide d’allumer la radio (voir image 1 : planche 26, bande 1, case 1). Progressivement, une chanson qui passe alors sur les ondes semble, de case en case, prendre possession à la fois des espaces qui se trouvent transformés, mais également des distances qui s’en trouvent amoindries. Ainsi, à la bande 1, au moment où Paul allume la radio (case 2), les traits du décor sont encore rectilignes (case 3). La route, très nettement horizontale, coupe à la perpendiculaire les lignes formées par les troncs des arbres qui la bordent. À la bande 2, quelques courbes commencent à se dessiner. Les arbres prennent des formes spiralaires aux troncs filaires et aux ramages diaphanes et bouclés. À la bande 3 : tout se brouille. La route devient de plus en plus sinueuse. Les paroles de la chanson qui passe à la radio sont de plus en plus présentes et « prenantes ». Les décors qu’elle évoque se mêlent à celui du paysage traversé par les deux héros. La bande 1 de la planche suivante (voir image 1 : planche 27) constitue une sorte d’enjambement poétique avec la planche précédente. Dans la case 1, route et rivière s’enchevêtrent et des motifs spiralaires saturent l’espace de la vignette. Finalement, la confusion du décor fait écho à celle des esprits dans laquelle sont plongés Paul et Lucie à la case 2 : les yeux hagards, baignant dans les volutes d’une ambiance troublée créée par les paroles de la chanson. Cette dernière finit, de fait, par avoir la mainmise sur le temps qui semble s’accélérer. Au bout du compte, les deux personnages décident, à la « case de chute », de trouver le disque pour l’acheter (bande 3, case 2).

Vidéo 1

Richard Desjardins et Isabelle Boulay, « Lucky Luke »

Droits réservés

  • 2  La pancarte (planche 27, bande 3, case 3) indique la direction du village de Saint-Zénon au Québec (...)

4 La chanson, dont une grande partie du texte apparaît dans les cartouches, appartient au répertoire contemporain québécois. Il s’agit d’une chanson de Richard Desjardins, Lucky Lucky (DESJARDINS, 1990), enregistrée en 1990. Intertextualité intraquébécoise, elle permet d’inscrire ce moment de la vie de Paul dans une temporalité, celle des années 90. Mais la langue, l’accent même de l’interprète que Lucie et Paul relèvent (« Il avait un léger accent, non ? À peine perceptible… Ouais… Genre de Gaspésie ou de la Côte-Nord… Ou bien d’Abitibi ? » (voir image 1 : planche 27, bande 3)) plante la série des Paul dans une culture typiquement québécoise que l’auteur revendique. Notons, au passage, que ce que nous présentons comme une culture transpersonnelle est évidemment partagé par un lectorat québécois mais pas seulement. La série, qui fut acclamée à sa sortie au Québec, a su s’imposer en France avec Paul à Québec dont 2000 exemplaires furent vendus dans les trois semaines qui suivirent le Prix obtenu à Angoulême. L’exposition, organisée au Centre Culturel Canadien de Paris en 2010, attira tellement de visiteur qu’elle dut être prolongée et mise en circulation dans toute la France. La série plaît en France nous semble-t-il pour deux raisons. D’une part, les thèmes traités dans Paul sont des faits de société qui ne sont pas typiquement québécois et pour lesquels la transposition culturelle semble pouvoir s’appliquer sans problème. D’autre part, le charme de « l’accent » québécois agit immanquablement sur le lectorat français. Sur le plan des spatialités géographiques, la double planche 26-27 invite le géographe à voir trois dimensions spatiales s’articuler : le lieu, clairement identifié à la dernière case par une signalétique routière indiquant l’endroit où se rendent les protagonistes2 ; le territoire qui transparaît dans quelques paysages ruraux représentés en vues horizontales ou obliques (voir image 1 : planche 26, bande 1, case 3, et bande 2, case 1) ; le réseau enfin, routier, enchevêtré, comme il est représenté à la première case de la planche 27. Sur le plan des temporalités, elle montre combien l’auteur joue avec les rythmes du récit, les accélérations et les ralentissements ainsi que les retours en arrière.

5 Si nous avons choisi cette double planche, c’est qu’elle nous paraissait significative du travail de Rabagliati. Paul croise les temporalités, les espaces. Il consomme du temps long, du temps court, des espaces clos, ouverts, réticulaires. L’œuvre de Michel Rabagliati, dans la série Paul, répond aux caractéristiques d’une autobiographie que nous qualifierions de « vagabonde » ; la narration iconotextuelle, si elle semble se structurer autour de repères chronologiques et spatiaux, est également, et peut-être surtout, génératrice de temps et d’espaces. C’est ce que nous souhaiterions développer maintenant.

Une autobiographie vagabonde

6 Nous ne pouvons pas nous empêcher de comparer le travail de Rabagliati et celui de Dupuy et Berberian dans la série Monsieur Jean3. Comme Paul, Jean est un citadin, héros banal du quotidien confronté aux petits aléas de l’existence humaine : le travail, les amis, les petits tracas du quotidien, la vie de couple, l’arrivée d’un enfant… Comme Paul, Jean se déplace dans une ville qu’il connaît bien et qu’il s’est appropriée, en l’occurrence Paris (nous reviendrons sur le rapport original que Paul entretient avec sa ville).

7 Rabagliati construit un personnage au style très dépouillé, sans couleur ni drapé. Paul est une création graphique hybride où se devine à la fois l’influence du personnage d’Onésime, dessiné par Albert Chartier en 1943 dans le Bulletin des Agriculteurs, et, pour les décors, du travail graphique très épuré de Miroslav Sasek dans This is London (SASEK, 1959). Si, par exemple, dans les deux premiers albums de la série, Paul présente les traits généraux d’Onésime (même tête-bulbe, même front large, mêmes oreilles), il commence à s’en détacher dans Paul en appartement où l’auteur le dote d’un réel menton. Le faciès de Paul est représenté par une ligne particulièrement déliée qui peut à certains égards le rapprocher de la ligne claire et de Tintin (voir DEGLISE, 2009).

Image 2

Image 2

De gauche à droite. CHARTIER, Albert. Onésime : « Ses plus amusantes aventures publiées dans le Bulletin des Agriculteurs ces derniers quarante ans ». Montréal : La Cie de Publication rurale inc., 1983, couverture. RABAGLIATI, Michel. Paul à la campagne. Montréal : La Pastèque, 1999, p. 46, b.1, c.3. RABAGLIATI, Michel. Paul à Québec. Montréal : La Pastèque, 2009, p. 43, b.3, c.1.

© La Cie de Publication rurale et Les éditions de la Pastèque

8La série des Paul se situe en effet aux limites de l’autobiographie définie par Philippe Lejeune comme le « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité » (LEJEUNE, 1975, p. 14). En effet, même si à l’évidence le personnage de Paul présente nombre de traits biographiques communs avec l’auteur, même si Lucie et sa famille sont plus qu’inspirés par la famille de l’auteur, celui-ci a choisi de se dire à travers un personnage de fiction présentant des parentés graphiques aisément identifiables, prenant là quelques libertés avec le pacte autobiographique. Ce choix de distanciation par le recours à un personnage littéraire rattache davantage la série des Paul à l’autofiction en lui offrant une marge de liberté, d’amalgame, de création, loin de l’intus et in cute biographique revendiqué par Rousseau. Dans un entretien mené par Xavier Guilbert lors du Festival d’Angoulême en janvier 2011, Rabagliati se reconnaît d’ailleurs dans cette modalité de la littérature personnelle.

Oui, moi ça me convient bien, l’autofiction, parce que je me suis rendu rapidement compte que l’autobiographie, je n’avais pas envie d’y aller à 100 %. En fait, j’aime bien la fiction, mais j’aime bien la fiction quand elle est plausible […] Donc je m’inspire de la vie quotidienne, mais j’ajoute quand même, je ne sais pas, un 20 % de fiction pour que ce soit plaisant, pour que ce soit plus aiguisé, pour le rythme. (GUILBERT, 2010)

  • 4  La revue Spoutnik a été fondée par Frédéric Gauthier et Martin Brault, deux libraires de La Mouett (...)

9 De fait, cette liberté touche non seulement les caractères mais le récit lui-même. En effet, si Rabagliati pratique un récit rétrospectif qui nous permet de reconstituer le parcours de Paul, ce parcours n’est pas tout à fait linéaire, même si l’ordre de parution épouse peu ou prou la chronologie du personnage, son vieillissement. D’un autre côté, le projet atteint une sorte de maturation, le premier Paul étant une compilation de short stories parues initialement dans la revue Spoutnik4 dès 1998.

10 Un rapide panorama de l’œuvre nous permet de prendre la mesure du projet autobiographique global, du moins tel qu’il peut rétrospectivement être retracé. Paul à la campagne, premier volume de la série, réunit deux récits d’enfance. « Paul à la campagne » où Paul adulte et père évoque par analepse les vacances au chalet familial près du Lac des chats et « Paul apprenti typographe » dans lequel Rabagliati évoque sa découverte du métier paternel. Paul a un travail d’été traite d’une première étape dans la vie du jeune adulte : découverte de la bande de copains, responsabilisation vis-à-vis des plus jeunes et enfin initiation à la sexualité. Paul en appartement met en scène la formation intellectuelle de Paul à l’école de graphisme et sa rencontre décisive avec Lucie, l’âme sœur. Les prémices du couple culminent avec l’installation à deux, le départ du cocon familial. Paul à la pêche, le récit de vacances en famille au domaine de Berthiaume, va servir de toile de fond au désarroi du jeune couple face à son désir d’enfant et à ses premières tentatives infructueuses, avant qu’enfin n’arrive Rose. Paul à Québec se centre sur un drame familial qui survient quelques années plus tard, la maladie, l’accompagnement en soins palliatifs, puis la mort du père de Lucie. Quelque peu en marge du récit, Paul y occupe une position d’observateur, « assis sur le banc arrière » (GUILBERT, 2011). Paul dans le métro occupe une place à part puisque rassemblant des histoires courtes publiées dans diverses revues, ce volume propose des récits plus ou moins fantaisistes ancrés dans des temporalités diverses. Enfin, le dernier volume paru en novembre 2011, Paul au parc, centré sur le scoutisme, « balaye des coins de l’enfance de Paul » encore non explorés par Rabagliati.

Les temps du récit en images

11 Même si les volumes semblent à première vue se succéder, le parcours biographique n’en est donc pas pour autant linéaire au sein même des albums. En effet, même si chaque épisode est orienté chronologiquement, on note chez Rabagliati des jeux avec l’ordre et la vitesse du récit.

Jeu des temporalités

  • 5  Dans les planches 55-56, Rabagliati explique le fonctionnement d’une « pourvoirie » : un pêcheur l (...)

12 Si nous prenons l’exemple de Paul à la pêche, le récit cadre englobe la villégiature au bord d’un lac fréquenté par les « taquineurs de truite » (RABAGLIATI, 2006, planche 33). C’est l’occasion pour Rabagliati de nous faire participer à une tranche de vie emblématique de la culture québécoise : chasse et pêche au contact de la nature. Cette pratique ritualisée, les marques de sa « modernisation » (par l’utilisation de radars5), ainsi que le joual (dialecte franco-québécois) ancrent fermement l’album dans le Québec des années 70. La voix intérieure de Paul nous rend d’ailleurs témoins des évolutions socio-économiques de l’époque.

  • 6  Aux planches 14-15, Rabagliati-Paul évoque les transformations du métier de graphiste qui ont suiv (...)

13 L’évolution sociétale est en effet l’objet de deux excursus. Le premier synthétise de manière humoristique l’informatisation généralisée et ses conséquences sur l’emploi dans la conception graphique et l’impression6. Le second, qui prend plus d’ampleur, développe sur trois doubles planches (RABAGLIATI, 2006, p. 72-73, 74-75 et 76-77) les restructurations dans les entreprises aéronautiques. Ces deux excursus constituent en quelque sorte des récits dans le récit, une mise en abîme du destin collectif dans le destin personnel. Les deux « catastrophes » sociales touchent Paul de près : à travers son père ouvrier typographe pour l’une et à travers son beau-frère technicien de l’aviation pour l’autre. Ainsi, temps de l’histoire collective récente et temps de l’histoire intime se croisent, se télescopent. La série approche alors le genre autobiographique des mémoires, le héros se trouvant engagé au sens sartrien, acteur et témoin de son époque. Chaque souvenir évoqué permet ainsi de construire le personnage de Paul, le fait gagner en densité, renforce la cohérence du système des personnages.

Modalités d’émergence du souvenir

14 Le temps joue un rôle primordial dans l’œuvre de Rabagliati, il la construit sur les bases solides de souvenirs recomposés, c’est-à-dire d’un temps retrouvé. L’analyse de Raymond Jean pourrait en cela être transposée à la série des Paul.

L’œuvre dans son principe est liée par de multiples boucles et réseaux, à une matière autobiographique qui ne prend pas simplement l’aspect d’un souvenir privilégié, isolé et raconté, mais se présente comme un ensemble complexe, à plans et étages nombreux, traversés d’échos et de miroitements divers. (JEAN, 1974, p. 124)

15 En effet, l’émergence du souvenir crée dans la série des Paul un feuilletage temporel complexe et c’est l’irruption d’un souvenir précis, « étiqueté », qui va faire naître toute une série d’impressions, comme chez Nerval. Ainsi, dans Paul à la pêche, c’est en voyant passer un couple de pêcheurs père-enfant que Paul va être replongé dans un épisode traumatique de son enfance : l’épisode fondateur de la partie de pêche avec son père qui faillit tourner au cauchemar.

Image 3

Image 3

RABAGLIATI, Michel. Paul à la pêche. Montréal : La Pastèque, 2006, planche 39, bande 1.

© Les éditions de la Pastèque

16 Sur le plan de l’image, les limites de cette plongée dans le souvenir sont très nettement repérables. La première bande de la planche 39 (voir image 3) utilise un enchaînement rapide en champ/ contrechamp : plan rapproché sur Paul détendu observant le lac, plan sur les deux pêcheurs, gros plan sur Paul les yeux écarquillés. Alors, le passé vient se substituer au présent. L’effet de dramatisation du gros plan joue comme un signal pour le lecteur, l’invitant à entrer dans les pensées du héros. Il faudra trois vignettes pour que Paul revienne au présent. Si rien dans les choix graphiques ne distingue ici le souvenir du temps désigné comme celui de l’énonciation, le médium bande dessinée se montre cependant très efficace pour rendre avec peu de moyens cette double temporalité.

Élasticité temporelle

17 L’évocation de ce souvenir traumatique est emblématique de l’élasticité temporelle du récit chez Rabagliati : elle va se développer sur douze planches (planches 39 à 50), tandis qu’elle n’occupe qu’un temps très bref de la narration. Ainsi les différents temps de l’anecdote se succèdent selon des durées diverses. La planche 47, par exemple, composée de trois bandes non fragmentées en vignettes (voir image 4) produisant un effet de « ralenti », rend palpable l’angoisse de l’enfant perdu au milieu du lac et la très (trop) lente progression de son père ramant avec difficulté jusqu’au rivage. Cet album multiplie par ailleurs les jeux temporels, lisibles en particulier dans les cartouches. Il débute en « juillet 1991 », « quelques jours avant les vacances ». Lucie et Paul partent au petit matin pour le lac à la planche 21 et ce n’est qu’au début de la planche 64 que s’amorce la deuxième journée. Le troisième jour débute en planche 82 par le bruit de la pluie au petit matin. Paul entame alors la énième relecture de son livre fétiche qui va l’entraîner dans un excursus sur son enfance et celle de Lucie. Une trentaine de planches plus loin, Lucie émerge de son sommeil, la luminosité n’a guère changé, impossible de savoir combien de temps s’est écoulé. Les deux ou trois jours suivants n’occuperont que cinq planches égrenant les occupations de substitution par temps pluvieux. Le temps se dilate dès que le soleil revient pour une dernière journée qui va se clore sur la première fausse couche de Lucie. Le récit connaît alors une importante ellipse. Cette pause narrative ainsi mise en valeur par une ponctuation blanche dit, un an plus tard, le retour du désir d’enfant.

Image 4

Image 4

RABAGLIATI, Michel. Paul à la pêche. Montréal : La Pastèque, 2006, planches 47-48-49.

© Les éditions de la Pastèque

18La dernière partie de l’ouvrage, va faire filer, sur une trentaine de pages, un peu plus d’une année qui verra une seconde fausse couche puis la grossesse si désirée finalement menée à terme. Celle-ci va être traitée en « accéléré », les six derniers mois de grossesse étant resserrés sur une seule planche. Ainsi, la narration de Rabagliati se déroule-t-elle selon une temporalité élastique et subjective. Elle s’appuie aussi sur des mises en espaces multiformes qui permettent d’ancrer plus solidement le personnage dans une certaine nostalgie d’un Montréal disparu.

Paul et la « spatiogenèse » des territoires du passé

19 Pour tout auteur de bande dessinée, la planche constitue le premier espace à territorialiser. Il s’agit d’une territorialisation primaire qui se fait d’abord par le récit et qui va chercher à occuper, à dimensionner et à s’orienter dans la planche. Mais vient s’ajouter chez notre auteur une seconde territorialisation qui, elle, multiplie les focalisations, les paysages, les vues obliques ou les types de représentations cartographiques. De fait, l’existence de Paul et des autres personnages se trouve conditionnée à la fois par leur situation topologique (c’est-à-dire leur rapport avec les lieux) mais aussi territoriale (c’est-à-dire leur rapport avec les espaces occupés et parcourus). Selon les trois types d’espaces que sont les réseaux, les lieux et les territoires, s’impose une volonté manifeste de recréer par le discours iconotextuel des espaces totalement ou en partie perdus, faisant ainsi toute l’originalité de la série. La diégèse participe ainsi de ce que nous décidons de nommer la spatiogenèse, c’est-à-dire le processus de génération d’espaces.

Réti-graphismes

  • 7  Sur les six albums qui constituent notre corpus, seul Paul dans le métro ne correspond pas à la fo (...)

20 Dans tous les albums qui prennent la forme de roman graphique7, Paul se déplace, franchit des limites topographiques, consomme des espaces, met bout à bout différents lieux qui ont jalonné son enfance. Dans Paul à la campagne (1999), il se rend à 150 km à l’ouest de Montréal, près de Gatineau, au bord du lac des Chats, dans le chalet des vacances (RABAGLIATI, 1999, planches 1 à 12). Dans Paul a un travail d’été (2002), il traverse Montréal (planches 10 à 13), à pied ou en empruntant différents transports en commun ; il rejoint son camp d’été en autocar depuis Montréal jusqu’à Val-Morin dans l’Ontario (planches 23 à 27). Dans Paul en appartement (2004), il traverse avec Lucie différents quartiers de Montréal à pied ou en vélo. Lors de ces déplacements, qui se font souvent sur plusieurs planches, Rabagliati s’évertue à représenter les nombreux paysages traversés, toujours les mêmes et pourtant toujours différents. Ces espaces continus mis bout à bout par divers modes de connexions constituent un réseau tel qu’il a pu être défini par le géographe Michel Lussault :

Espace de la continuité, [le réseau] substitue la connexité à la contiguïté ; à la métrique topographique du territoire répond la métrique topologique du réseau, à l’idéologie spatiale du continu fait face celle du discontinu, de l’éclatement, qui configure la réticularité. (LUSSAULT, 2007, p. 131)

21 Si l’on prend, par exemple, Paul à Québec (2009) et le moment où Paul se rend au chevet de son beau-père (RABAGLIATI, 2009, planches 137 à 140) qui vient de mourir, Rabagliati, dans le silence le plus total, nous fait quitter la maison de Paul, située à Ahuntsic, quartier péricentral de Montréal, traverser la périphérie résidentielle, puis industrielle et commerciale, pour terminer dans un espace périurbain où se trouve dans l’album la maison de repos La Chesnaie. En fait, nous pourrions très facilement suivre le parcours emprunté par Paul sur une carte de Montréal et découvrir que le centre de soin se trouve en réalité à Beloeil. Le réseau routier et autoroutier utilisé par Paul n’a rien de bien particulier : c’est celui qui structure toute ville d’Amérique du nord, voire toute grande ville. Montréal ne serait-elle pas de ce point de vue un genre de « mini New York » (GUILBERT, 2010) pour Rabagliati ?

Image 5

Image 5

Trajet emprunté par Paul lors du décès de son beau-père dans Paul à Québec (2009, planches 137 à 140). Grâce à la signalisation routière, aux lieux identifiables qui parsèment le trajet, le lecteur accompagne Paul au chevet de son beau-père. Le trajet est particulièrement précis.

Carte réalisée par Christophe Meunier

  • 8 « Les non-lieux, ce sont aussi bien les installations nécessaires à la circulation accélérée des pe (...)
  • 9 « Les trois figures de l’excès par lesquelles nous avons essayé de caractériser la situation de sur (...)

22Les lieux, mis bout à bout au long des cases, ne créent, selon les mots du sociologue Marc Augé, « ni identité singulière, ni relation, mais solitude et similitude » (AUGÉ, 1992, p. 46). Pour lui, la surabondance spatiale ne forme qu’un leurre. Elle ne constitue qu’un moyen de re-connaissance plus que de connaissance des espaces considérés. Lors des multiples passages d’un lieu à un autre, l’individu se retrouve le plus souvent seul au milieu du nombre des usagers. Ainsi, pour reprendre l’exemple des planches 137 à 140 de Paul à Québec (voir image 6), Paul et Rose empruntent un réseau de communication dense. Les lieux s'enchaînent dans un profond silence. La succession des voies de communication où différents moyens de transports se croisent et se suivent, semble constituer ce que Marc Augé8 nomme encore des non-lieux et Rabagliati se ferait l’illustrateur de cette spatialité « surmoderne » où sont réunis « surabondance événementielle, surabondance spatiale et individualisation des références »9.

23Prenons l’exemple des premières planches de Paul à la campagne (1999). Les planches 1 à 7 entrecroisent deux récits : celui du trajet menant Paul, Lucie et leur fille Rose de Montréal au Lac des Chats, à une centaine de kilomètres au nord, et le récit en analepse du même trajet vécu par Paul lorsqu’il était enfant. La perception linéaire du trajet vécue par l’automobiliste Paul/son père est traduite par de nombreuses cases qui représentent soit le conducteur au volant, soit l’automobile et le réseau routier accompagné de sa signalétique en vue oblique. Mais une autre perception croise la précédente, celle que les géographes Antoine Bailly (BAILLY, 1977, p. 114-115) et David Appleyard (APPLEYARD, 1970) nomment la « perception du passager », partielle, ponctuelle et semée de lieux-repères discontinus le long du trajet. C’est celle qui nous est donnée à voir à travers des vues horizontales ou obliques et qui nous montrent des endroits reconnaissables : paysages signalés (RABAGLIATI, 2009, planche 3, bande 3, case 2 ; planche 4, bande 3, case 3) ou bâtiments isolés et clairement identifiés (un drugstore planche 4, bande 1, case 3).

Image 6

Image 6

RABAGLIATI, Michel. Paul à Québec. Montréal : La Pastèque, 2009, planches 137 à 140.

© Les éditions de la Pastèque

24C’est ici que nous pouvons tenter une première comparaison avec la spatialité telle qu’elle est transcrite par Dupuy et Berberian. Certes les déplacements de Paul n’ont rien de communs avec ceux de Monsieur Jean et là où se dernier se rend de Paris à New-York ou à Lisbonne, Paul reste à Montréal ou à Québec. Cependant, celui des deux qui « voyage », ce n’est pas Monsieur Jean mais bel et bien Paul. L’espace dans lequel ce dernier évolue est en effet « tissulaire » : tous les lieux parcourus par Paul lui permettent de ré-explorer son passé. Monsieur Jean, quant à lui, se rend jusqu’au bout du monde, mais les espaces dessinés ne sont que des décors non explorés. Que ce soit Lisbonne ou New-York, les ports visités, par Monsieur Jean ont en commun une représentation qui passe par les clichés de lieux symboliques.

Image 7

Image 7

Dupuy et Berberian, Comme s’il en pleuvait, Les Humanoïdes Associés, 2001, p. 4-5.

© Les Humanoïdes Associés

25La double planche de New York, dans Comme s’il en pleuvait, est en cela très représentative (voir image 7). On y trouve pêle-mêle les tours de Manhattan, le pont de Brooklyn, les yellow cabs new yorkais, les grandes limousines, les lieux nocturnes sur Broadway. Cette représentation du lieu a tout de ce qu’Yves Winkin nomme l’enchantement (WINKIN, 1996, p. 199), c’est-à-dire cet état de bien-être rassurant provoqué par la « création » d’un lieu ou d’un paysage. Monsieur Jean n’est pas un voyageur : il n’aime pas quitter Paris, il est malade en avion. En ce sens, Monsieur Jean peut être apparenté au « touriste » dans le sens développé par Jean-Didier Urbain.

Le touriste ne voyage pas. Adepte des « circuits », il ne fait que circuler. Cela suffit à faire de ce voyageur un mauvais voyageur : un nomade aux pieds plats. (URBAIN, 1993, p. 16)

26 Paul serait, quant à lui, davantage un explorateur. Explorateur paradoxal puisqu’il fréquente un territoire intime et national qu’il partage avec le lecteur qui participe également à ce regard vagabond. Rabagliati le fait re-découvrir le Montréal d’un passé toujours vivant.

C’est ce vécu fantastique du voyage qui permet précisément au voyageur de s’élever au stade quasi démiurgique du Grand Témoin ; ou, du moins, d’en revendiquer le prestige du rôle. C’est là qu’on peut nommer une « constante de position » du voyageur par rapport au monde. Elle fait de lui un observateur supérieur, un découvreur, un révélateur du réel. Le touriste, lui, ne peut être qu’un spectateur ; et le tourisme, qu’une parodie d’exploration qui ne révèle rien ! (URBAIN, 1993, p. 177)

Topo-graphismes

27 Rabagliati témoigne également d’un pays, d’une ville, d’un quartier. C’est une préoccupation majeure dans son œuvre. Comme il le déclare lui-même, ses personnages « évoluent sur un décor, mais évoluent aussi dans la société, évoluent dans l’air du temps » (GUILBERT, 2010). Montréal est un personnage important dans la majeure partie des albums et Rabagliati aime à montrer un grand nombre de lieux que le lecteur assidu peut s’amuser à identifier (voir L’Actualité, 2010). Dans Paul à la campagne (1999), c’est le quartier Rosemont qui nous est dépeint à travers quelques endroits particuliers comme l’aire de jeu entre la 20e et la 21e Avenue ; dans Paul en appartement (2004) il s’agit du Plateau-Mont-Royal que Paul et Lucie habitent.

28 La territorialité des quartiers vécus par les personnages se traduit finalement dans les planches par la représentation de lieux, souvent disposés en « réseau » autour du foyer de Paul. Les lieux que dessine Rabagliati et que côtoie Paul sont hors du temps, inscrits dans une réalité, chargé d’affects. Opérant comme Tardi, Rabagliati fait un énorme travail de repérage photographique préparatoire à la création d’un album, mais les lieux qu’il choisit sont tous chargés d’une histoire qui ne prend du sens que dans son rapport à sa vie propre. Ainsi en est-il du « dépanneur », ce magasin de quartier où l’on trouve de tout, dans Paul en appartement (RABAGLIATI, 2004, planche 6, bande 3, case 2).

Ce dépanneur fut notre fournisseur de lait et de bière des années durant. J’en ai changé le nom dans mon livre, je ne me souviens plus très bien pourquoi, mais c’est le dépanneur Jean-René. Ne cherchez pas Jean-René à l’intérieur, le dépanneur est tenu par de sympathiques Vietnamiens depuis presque 30 ans, et rien n’a bougé depuis. Bien qu’un peu bordélique, il y a quelque chose de chouette dans ce dépanneur en hiver : vous vous tenez devant le comptoir et une grille de chauffage vous envoie de la chaleur directement sous votre manteau. C’est assez agréable. (L’Actualité, 2010)

29 Pour Michel Lussault, « un lieu n’existe pleinement qu’en tant qu’il possède une dimension sociale éminente ». C’est la plus « petite unité spatiale complexe » selon le philosophe Henri Lefebvre. Complexe parce que le lieu résulte de la combinaison de principes spatiaux élémentaires (voir LEFEBVRE, 1974), « il s’inscrit comme un objet identifiable, et éventuellement identificatoire, dans un fonctionnement collectif ; il est chargé de valeurs communes dans lesquelles peuvent potentiellement se reconnaître les individus » (LUSSAULT, 2007, p. 105).

30 Toujours dans Paul en appartement, qui constitue le plus montréalais des albums de la série, de nombreux lieux représentés par l’auteur n’ont aucune fonction dans le récit sinon de décor à l’histoire. La planche 21 (voir image 9), par exemple, est entièrement dédiée à l’évocation de lieux épars sur le Plateau de Montréal. Les monuments funéraires L. Berson & son (RABAGLIATI, 2004, planche 21, case 1), en particulier, occupent une place importante puisque la case s’étend sur la bande inférieure. Ce lieu n’a aucun rôle dans le récit, mais il est chargé d’affects et de temporalité pour l’auteur :

Voilà exactement le genre de décor que j’aime dessiner. Une toile de fond qui n’apporte rien à l’histoire proprement dite, mais qui parle de nous et illustre des coins « spéciaux » de notre ville. Tant qu’à faire déambuler des personnages dans la rue, pourquoi ne pas les faire passer devant des endroits historiques ou poétiques ? (L’Actualité, 2010)

Image 8

Image 8

Le Montréal de Paul. Cette carte montre que la grande majorité des lieux représentés et clairement identifiables dans les cases sont des lieux du cœur de Montréal qui ont jalonné la vie des protagonistes des histoires racontées par Rabagliati.

Carte réalisée par Christophe Meunier

  • 10  De 1963 à 1970, le Front de Libération du Québec (FLQ), mouvement révolutionnaire prônant l’indépe (...)

31 Tous ces lieux rappellent un passé dont l’auteur se souvient, ou se reconstruit, avec nostalgie. Les lieux choisis ancrent également le récit dans une temporalité précise qui fait sens pour le Montréalais. La planche 5 de Paul apprenti typographe (RABAGLIATI, 1999, p. 33-47) est censée se dérouler à la fin des années 1960. La case 1 de la dernière bande représente la vitrine du restaurant Le Roi du Smoked Meat sur la rue Saint-Hubert, rue très en vogue à cette époque. Cette insertion dans la temporalité est renforcée par la dernière case de la bande où figure, au dos d’une boîte à lettres, le graffiti « FLQ vaincra10 » :

  • 11  Magasiner : faire les magasins, faire du shopping.

L’époque que je dépeins dans l’album est celle de l’âge d’or de la rue Saint-Hubert. C’est là et nulle part ailleurs qu’il fallait aller magasiner11 si on habitait Montréal, dans le nord. Ma mère m’emmenait m’habiller chez Sauvé et Frères pour la rentrée scolaire, chez le dentiste, chez le coiffeur, et au Roi du Smoked Meat pour terminer notre journée d’emplettes. […] La popularité des Galeries d’Anjou et de la Place Versailles a certainement contribué au déclin de cet endroit dans les années 1980. (L’Actualité, 2010)

Image 9

Image 9

RABAGLIATI, Michel. Paul en appartement. Montréal : La Pastèque, 2004, planche 21.

© Les éditions de la Pastèque

Image 10

Image 10

Autour de Montréal. D’autres lieux sont importants dans les albums et permettent de découvrir des endroits du Québec situés dans un rayon de 140 miles autour de Montréal.

Carte réalisée par Christophe Meunier

  • 12  L’image de la fonderie de nuit revient comme un leitmotiv dans l’album. Les cases, petits formats (...)

32Finalement, les lieux chez Rabagliati sont des « personnages » qui interagissent avec le héros comme peut l’être, par exemple, l’usine de Villerupt avec le personnage du N’œil (BARU, 2010, planche 137) chez Baru dans Quéquette blues (BERTHOU, 2011). Si dans ce dernier, la fonderie est un lieu central autour duquel se déroule et se noue le récit, « muet » à l’image d’un spectre pesant12, chez Paul, les lieux sont éparpillés, çà et là, à la fois dans la mémoire du héros et dans l’agglomération de Montréal, ils deviennent des jalons d’une narration qui permet à Rabagliati d’inventer l’espace d’un Montréal révolu. Pour encore faire un parallèle avec Monsieur Jean, Paris n’est pas un « personnage » dans la série de Dupuy et Berberian mais un décor, une ambiance. C’est du moins ce que les auteurs en disaient lorsqu’un journaliste évoquait un « esprit parisien » dans leurs albums.

Paris est une ville où l’on trouve encore certains coins chargés d’un passé, d’une histoire que nous aimons dessiner : le canal Saint-Martin, Montmartre, les grands Boulevards, les petits bistrots. Mais ce que nous aimons par-dessus tout, c’est dessiner le quotidien, et ça, ça n’appartient pas plus à Paris qu’à n’importe quelle autre grande ville. Bref, Monsieur Jean n’est pas parisien, c’est un citadin et s’il évolue à Paris, c’est que c’est plus pratique pour nous à dessiner étant donné qu’on a tout sous les yeux. (Polemicker, 1991)

33 C’est le parcours diégétique des personnages de Rabagliati qui invente l’espace, celui du Montréal des années 60, 70, 80, celui de son enfance, de son adolescence… À chaque histoire, il sélectionne des lieux qui lui rappellent telle ou telle partie de sa vie, les relie ensemble, les organise par le récit. Les « aventures narrées » de Paul, pour reprendre une expression de Michel de Certeau, produisent de facto des « géographies d’actions ».

Les récits […] traversent et […] organisent des lieux ; ils les sélectionnent et les relient ensemble ; ils en font des phrases et des itinéraires. Ce sont des parcours d’espaces. […] Ces lieux sont liés entre eux de façon plus ou moins serrée ou facile par des « modalités » qui précisent le type de passage conduisant de l’un à l’autre […] Tout récit est un récit de voyage, - une pratique de l’espace. (CERTEAU, 1990, pp.170-171)

Géo-graphismes

34 Pour terminer ce tour d’horizon des espaces pratiqués par Paul, il nous reste à parler des territoires, cette aire que Michel Lussault situe entre le lieu et le réseau :

[Le territoire] renvoie à la continuité et à la contiguïté : c’est donc un espace de métrique topographique qui associe sans rupture des espaces contigus, soit des lieux, soit d’autres [territoires]. [Il] forme un tout limité et cette limitation est constitutive de cette espèce d’espace, alors que le réseau, quant à lui, forme un tout illimité […]. (LUSSAULT, 2007, p. 106-107)

35 C’est le plus souvent la vue oblique ou la carte qui constitue la représentation privilégiée par Rabagliati pour montrer ces territoires. Elle témoigne toujours d’une appropriation par l’action de l’homme dans la durée, comme c’est le cas dans Paul à Québec (voir image 11). Le beau-père de Paul y explique comment l’endroit où il s’est installé a été transformé en trente ans par l’expansion urbaine et l’aménagement des territoires. De la même façon, dans Paul à un travail d’été (2002), quelques planches offrent au lecteur un survol panoramique de la région du lac Morin faisant s’écouler les années de l’adolescence à la vie d’adulte de Paul. Le survol panoramique peut d’ailleurs être vu comme une variante graphique de la carte : on voit de haut, on occupe une position de surplomb.

Image 11

Image 11

RABAGLIATI, Michel. Paul à Québec. Montréal : La Pastèque, 2009, planches 22-23.

© Les éditions de la Pastèque

36Dans Paul dans le métro (2005), Rabagliati propose des vues en coupe de la maison que Lucie et Paul ont décidé d’habiter dans le quartier d’Ahuntsic. Il y explique combien le regard de Paul, en dépit du point de vue qui l’oppose à celui de Lucie, est analytique. La territorialisation qui est en train de s’opérer fait un tout de la multiplicité d’éléments qui composent sa maison, mais également - dernière case de la planche 6 - ce tout participe d’un espace plus grand auquel il est connecté : un réseau (en l’occurrence celui des égouts) !

37 Si les lieux prennent l’allure de marqueurs temporels, les réseaux ceux d’une mobilité qui met les lieux en relation et favorisent la territorialité, les territoires témoignent d’une appropriation accomplie par le temps, long celui-là. La carte, le plan, la vision verticale dans son ensemble en sont les traces pour le géographe. Yves Lacoste voit dans ce type de représentation spatiale un « outil de pouvoir » (LACOSTE, 1995, p. 73). Les territoires dessinés par Rabagliati sont ainsi affectés d’une idéologie territoriale (LUSSAULT, 2007, p. 113), parsemés de lieux et valorisés par l’histoire des personnages qui y vivent.

38 Dans des travaux récents menés sur l’espace dans la bande dessinée, Julien Champigny (CHAMPIGNY, 2010) reprenait l’expression empruntée à Antoine Bailly d’espace « inventé » ou « créé » comme résultat de la « superposition de perceptions sensorielles modifiées par la mémoire et l’imagination » (BAILLY, 1977, p. 126). Pour Julien Champigny, la bande dessinée crée des espaces habités par les personnages, intégrés à une conscience générale de l’espace. La territorialité qui existe de manière cruciale chez Rabagliati et son personnage Paul relève des liens tissés avec les « espaces inventés » des albums. Cette territorialité s’opère à trois niveaux spatiaux : les lieux, les réseaux et les territoires. L’emboîtement de ces trois niveaux renvoie aux théories de proxémie développées par Edward T. Hall (HALL, 1971) dans les années 1960 ou Abraham Moles (MOLES et ROHMER, 1972) dans les années 1970 : les différentes coquilles qui enveloppent l’existence de l’homme. Rabagliati y ajoute une autre perception, surmoderne, celle de l’extrême mobilité.

39 « L’espace fond comme le sable coule entre les doigts. Le temps l’emporte et ne m’en laisse que des lambeaux informes », écrivait Georges Pérec dans Espèces d’espaces en 1974 exprimant ainsi les liens ténus qui se tissent entre la durée et les espaces de nos vies, entre les vérités du moi et les vérités du monde, dirait Bergson. En établissant des liens aussi étroits entre une narration littéraire et une narration dessinée, la bande dessinée semble représenter un médium privilégié pour mettre le temps de nos vies en espace. Le récit aux allures autobiographiques peut alors y trouver un moyen d’expression invitant le lecteur à partager le temps perdu du narrateur et les espaces parcourus et réinventés qui ont marqué ou construit sa vie.

40 Ce sont ces aspects de l’autobiographie que nous avons interrogés chez Michel Rabagliati. Les six volumes de la série qui alternent short stories et graphic novels relatent des tranches de la vie de Paul, depuis ses 10 ans jusqu’à sa vie d’adulte. Le recours régulier à l’analepse, expression de l’intériorité du narrateur, est systématiquement accompagné d’une reconstitution des lieux traversés, fréquentés par lui, expression de son extériorité. Temporalité et spatialité semblent donc concourir à la construction du personnage, à son existence. En outre, les relations que tient Paul avec son passé et les espaces de ce dernier sont autant de marqueurs qui font écho dans la propre vie des lecteurs en mobilisant intertextualité et intericonicité. En plongeant le lecteur véritablement in medias res, c’est-à-dire dans une double trame multitemporelle et multispatiale, Michel Rabagliati le prend dans ses filets. Le lecteur devient si proche du narrateur qu’il en arrive à partager sa vie, ses moments de joie comme ses moments de peine. Il semble se créer alors une sorte d’autobiographie interpersonnelle à la façon de Perec dans Je me souviens. Le jeu spatio-temporel pratiqué par l’auteur devient donc un instrument fondamental de la dramaturgie. Paul est résolument « de quelque part », ancré dans une identité qu’il fait partager à des lecteurs, certes prioritairement québécois, mais également étranger.

Top of page

Bibliography

Corpus

Série Paul de Michel Rabalgiati

RABALGIATI, Michel. Paul à la campagne. Montréal : La Pastèque, 1999, 47 p. ISBN 978-2922585018

RABALGIATI, Michel. Paul a un travail d’été. Montréal : La Pastèque, 2002, 151 p. ISBN 978-2922585087

RABALGIATI, Michel. Paul en appartement. Montréal : La Pastèque, 2004, 110 p. ISBN 978-2922585223

RABALGIATI, Michel. Paul dans le métro. Montréal : La Pastèque, 2005, 91 p. ISBN 978-2922585278

RABALGIATI, Michel. Paul à la pêche. Montréal : La Pastèque, 2006, 199 p. ISBN 978-2922585391

RABALGIATI, Michel. Paul à Québec. Montréal : La Pastèque, 2009, 187 p. ISBN 978-2922585704

RABALGIATI, Michel. Les extras de Paul. Montréal : La Pastèque, 2010, 32 p. ISBN978-2922585995

RABALGIATI, Michel. Paul au parc. Montréal : La Pastèque, 2011, 144 p. ISBN 978-2923841052

Série Monsieur Jean de Dupuy et Berberian

DUPUY, Philippe et BERBERIAN, Charles. Monsieur Jean. L’amour, la concierge. Paris : Les Humanoïdes Associés, 1991, 44 planches couleurs.

DUPUY, Philippe et BERBERIAN, Charles. Monsieur Jean. Les nuits les plus blanches. Paris : Les Humanoïdes Associés, 1992, 45 planches couleurs.

DUPUY, Philippe et BERBERIAN, Charles. Monsieur Jean. Les femmes et les enfants d’abord. Paris : Les Humanoïdes Associés, 1994, 45 planches couleur.

DUPUY, Philippe et BERBERIAN, Charles. Monsieur Jean. Vivons heureux sans en avoir l’air. Paris : Les Humanoïdes Associés, 1998, 54 planches couleur.

DUPUY, Philippe et BERBERIAN, Charles. Monsieur Jean. La théorie des gens seuls. Paris : Les Humanoïdes Associés, 2000, 120 planches N&B.

DUPUY, Philippe et BERBERIAN, Charles. Monsieur Jean. Comme s’il en pleuvait. Paris : Les Humanoïdes Associés, 2001, 54 planches couleur.

DUPUY, Philippe et BERBERIAN, Charles. Monsieur Jean. Inventaire avant travaux. Paris : Dupuis, 2003, 48 planches couleur.

DUPUY, Philippe et BERBERIAN, Charles. Monsieur Jean. Un certain équilibre, Paris : Dupuis, 2005, 48 planches couleur.

Autres bandes dessinées

SASEK, Miroslav. This is London. Universe, 1959.

BARU. Quéquette blues. Paris : Les rêveurs, 2010.

Discographie

DESJARDIN, Richard. « Lucky Lucky ». Tu m’aimes-tu, Select Distribution, 1990

Bibliographie critique

Entretiens et articles de presse

L’actualité. « Le Montréal de Paul », août 2010. Disponible sur le site Internet du quotidien [consultée le 16 mars 2013). http://www2.lactualite.com/multimedia/photoreportage/le-montreal-de-paul/2010-08-02/

Polemicker. « Dossier Dupuy et Berberian ». n° 6, 21 novembre 1991.

DEGLISE, Fabien. « Paul est-il devenu le Tintin du Québec ? ». Le Devoir, 11 avril 2009.

GUILBERT, Xavier. « Michel Rabagliati » [en ligne] sur le site du9, entretien réalisé le 28 janvier 2001 lors du Festival International de la Bande dessinée d’Angoulême [consulté le 16 mars 2011]. Disponible sur le Web. URL <http://www.du9.org/Michel-Rabagliati>

Articles et ouvrages scientifiques

APPLEYARD, David. “Styles and Methods of structuring a city” dans Environment and Behavior, vol. 12, n° 1, 1970, pp.100-116. Disponible sur le Web. URL <http://eab.sagepub.com/content/2/1/100>

AUGÉ, Marc. Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité. Paris : Seuil, 1992, 150p. ISBN 978-2020125260

BAILLY, Antoine. La perception de l’espace urbain, les concepts, les méthodes d’étude, leur utilisation dans la recherche urbanistique. Paris : Centre de Recherche et d’Urbanisme, 1977, 265p.

BERTHOU, Benoît. « Quéquette blues : le génie du lieu » [en ligne]. Disponible sur le site Neuvième Art 2.0, 25 décembre 2011 [Consulté le 16 mars 2011]. URL <http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article354>

CERTEAU (de), Michel. L’invention du quotidien. Volume 1, Paris : Gallimard, 1990, 350p. ISBN 978-2070325764

CHAMPIGNY, Julien. L’espace dans la bande dessinée, thèse sous la direction de Christian Grataloup, soutenue à l’Université Paris VII, Denis-Diderot en 2010.

HALL, Edward T. La dimension cachée. Traduit de l’anglais par Amélie Petita. Paris : Seuil, 1971, 254p. ISBN 978-2020047760

JEAN, Raymond. La poétique du désir : Nerval, Lautréamont, Apollinaire, Éluard. Paris : Seuil, 1974, 428p. ISBN 978-2020026317

LEFEBVRE, Henri. La production de l’espace. Paris : Economica, 1974, 512p. ISBN 978-2717839548

LEJEUNE, Philippe. Le Pacte autobiographique. Paris : Seuil, 1975, 382p. ISBN 978-2020296969

LUSSAULT, Michel. L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain. Paris : Seuil, 2007, 363p. ISBN 978-2020937955

MOLES, Abraham et ROHMER, Elisabeth. Psychologie de l’espace. Paris : Casterman, 1972, 245p. ISBN 978-2203231641

URBAIN, Jean-Didier. L’idiot du voyage. Histoires de touristes. Paris : Payot, 1993, 349p. ISBN 978-2228895880

WINKIN, Yves. Anthropologie de la communication : de la théorie au terrain. Bruxelles : De Boeck Université, 1996, 332p. ISBN 978-2020402842

Top of page

Attachment

  • Lucky Luke
Top of page

Notes

1  Michel Rabagliati est né en 1961, dans le quartier Rosemont de Montréal (Québec). Après une carrière dans le graphisme et dans l’illustration, un premier essai de cartooniste dans un collectif en 1989 publié sous le titre de Nosferatu, il se lance véritablement dans la bande dessinée à partir de 1998, dans un « moment de désœuvrement », comme il le déclare lui-même. Il est alors motivé par la nouvelle bande dessinée qu’il commence à fréquenter

2  La pancarte (planche 27, bande 3, case 3) indique la direction du village de Saint-Zénon au Québec, dans la région de Lanaudière. Ce village, situé à une centaine de kilomètres au nord de Montréal, est au cœur d’une région de lacs et dont les activités principales sont le tourisme, la chasse et la pêche.

3  Pour une bibligoraphie complète des auteurs, voir leur site. URL < http://www.duber.net>

4  La revue Spoutnik a été fondée par Frédéric Gauthier et Martin Brault, deux libraires de La Mouette Rieuse à Montréal, qui se lanceront dans l’édition en fondant également la maison, La Pastèque.

5  Dans les planches 55-56, Rabagliati explique le fonctionnement d’une « pourvoirie » : un pêcheur loue un territoire de pêche qu’il isole avant d’y déverser un produit toxique chargé d’exterminer tous les poissons indésirables puis y introduit des espèces nobles (truites, carpes) élevées en bassin. À la planche 69, il est fait allusion à l’usage du radar pour repérer des bancs de poissons dans les vastes lacs du Nord du Québec.

6  Aux planches 14-15, Rabagliati-Paul évoque les transformations du métier de graphiste qui ont suivi les innovations technologiques rapides de l’entreprise Apple et de l’informatique.

7  Sur les six albums qui constituent notre corpus, seul Paul dans le métro ne correspond pas à la forme du roman graphique mais plutôt au recueil de short stories.

8 « Les non-lieux, ce sont aussi bien les installations nécessaires à la circulation accélérée des personnes et des biens (voies rapides, échangeurs, aéroports) que les moyens de transport eux-mêmes ou les grands centres commerciaux, ou encore les camps de transit prolongé […]. » (AUGÉ, 1992, p. 48)

9 « Les trois figures de l’excès par lesquelles nous avons essayé de caractériser la situation de surmodernité (la surabondance événementielle, la surabondance spatiale et l’individualisation des références) permettent d’appréhender celle-ci sans en ignorer les complexités et les contradictions, mais sans en faire non plus l’horizon indépassable d’une modernité perdue dont nous n’aurions plus qu’à relever les traces, répertorier les isolats ou inventorier les archives. » (AUGÉ, 1992, p. 55)

10  De 1963 à 1970, le Front de Libération du Québec (FLQ), mouvement révolutionnaire prônant l’indépendance du Québec, est très actif sur Montréal et commet de nombreuses actions armées (plasticages, braquages de banques).

11  Magasiner : faire les magasins, faire du shopping.

12  L’image de la fonderie de nuit revient comme un leitmotiv dans l’album. Les cases, petits formats ou pleine page, sont souvent muettes. Le récit ne fait pratiquement pas référence à l’usine pourtant sa présence se fait sentir partout, une présence lourde, tentaculaire, qui pousse N’œil à une réaction désespérée en s’en prenant à elle à la dernière planche de l’album.

Top of page

List of illustrations

Title Image 1
Caption RABAGLIATI, Michel. Paul à la pêche. Montréal : La Pastèque, 2006, planches 26-27.
Credits © Les éditions de la Pastèque
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-1.jpg
File image/jpeg, 764k
Title Image 2
Caption De gauche à droite. CHARTIER, Albert. Onésime : « Ses plus amusantes aventures publiées dans le Bulletin des Agriculteurs ces derniers quarante ans ». Montréal : La Cie de Publication rurale inc., 1983, couverture. RABAGLIATI, Michel. Paul à la campagne. Montréal : La Pastèque, 1999, p. 46, b.1, c.3. RABAGLIATI, Michel. Paul à Québec. Montréal : La Pastèque, 2009, p. 43, b.3, c.1.
Credits © La Cie de Publication rurale et Les éditions de la Pastèque
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-2.jpg
File image/jpeg, 488k
Title Image 3
Caption RABAGLIATI, Michel. Paul à la pêche. Montréal : La Pastèque, 2006, planche 39, bande 1.
Credits © Les éditions de la Pastèque
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-3.jpg
File image/jpeg, 432k
Title Image 4
Caption RABAGLIATI, Michel. Paul à la pêche. Montréal : La Pastèque, 2006, planches 47-48-49.
Credits © Les éditions de la Pastèque
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-4.jpg
File image/jpeg, 616k
Title Image 5
Caption Trajet emprunté par Paul lors du décès de son beau-père dans Paul à Québec (2009, planches 137 à 140). Grâce à la signalisation routière, aux lieux identifiables qui parsèment le trajet, le lecteur accompagne Paul au chevet de son beau-père. Le trajet est particulièrement précis.
Credits Carte réalisée par Christophe Meunier
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-5.jpg
File image/jpeg, 540k
Title Image 6
Caption RABAGLIATI, Michel. Paul à Québec. Montréal : La Pastèque, 2009, planches 137 à 140.
Credits © Les éditions de la Pastèque
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-6.jpg
File image/jpeg, 960k
Title Image 7
Caption Dupuy et Berberian, Comme s’il en pleuvait, Les Humanoïdes Associés, 2001, p. 4-5.
Credits © Les Humanoïdes Associés
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-7.jpg
File image/jpeg, 512k
Title Image 8
Caption Le Montréal de Paul. Cette carte montre que la grande majorité des lieux représentés et clairement identifiables dans les cases sont des lieux du cœur de Montréal qui ont jalonné la vie des protagonistes des histoires racontées par Rabagliati.
Credits Carte réalisée par Christophe Meunier
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-8.jpg
File image/jpeg, 304k
Title Image 9
Caption RABAGLIATI, Michel. Paul en appartement. Montréal : La Pastèque, 2004, planche 21.
Credits © Les éditions de la Pastèque
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-9.jpg
File image/jpeg, 528k
Title Image 10
Caption Autour de Montréal. D’autres lieux sont importants dans les albums et permettent de découvrir des endroits du Québec situés dans un rayon de 140 miles autour de Montréal.
Credits Carte réalisée par Christophe Meunier
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-10.jpg
File image/jpeg, 172k
Title Image 11
Caption RABAGLIATI, Michel. Paul à Québec. Montréal : La Pastèque, 2009, planches 22-23.
Credits © Les éditions de la Pastèque
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1566/img-11.jpg
File image/jpeg, 595k
Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Dardaillon and Christophe Meunier, « La série Paul de Michel Rabagliati : récits d’espaces et de temps », Comicalités [Online], Représenter l’auteur de bandes dessinées, Online since 17 April 2013, connection on 29 March 2017. URL : http://comicalites.revues.org/1566

Top of page

About the authors

Sylvie Dardaillon

Enseignante de Lettres classiques au Centre de Formation de l'Université d'Orléans, Sylvie Dardaillon intervient dans les filières des métiers de la formation et de l'enseignement. Membre de l'AFRELOCE (Association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l'enfance), docteure en Langue et Littérature, membre associée de l'équipe DYNADIV de l'Université François-Rabelais de Tours et du CEDILIT de l'Université Stendhal de Grenoble, elle prépare actuellement (aux Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Bourgogne) la publication d'un ouvrage tiré de sa thèse : Lire et relire Béatrice Poncelet. Une entrée en littérature.

Christophe Meunier

Enseignant en Histoire-Géographie au Centre de Formation de l'Université d'Orléans, Christophe Meunier interveint dans les filières des métiers de la formation et de l'enseignement. Membre de l'AFRELOCE (Association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l'enfance), doctorant en géographie, il est membre de l'unité de recherche Environnement, Ville et Société (UMR 5600) de l'ENS-LSH de Lyon. Sous la direction de Michel Lussault, ses travaux de recherches portent sur les représentations spatiales et les spatialités dans les albums pour enfants et sont présentés dans le cadre d’un carnet de recherche : Les territoires de l’album. Espace et spatialité dans les albums pour enfants (URL < http://lta.hypotheses.org/>).

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • Revues.org