Navigation – Plan du site

La communication éditoriale : un outil de légitimation. Le cas de L’Association

Benjamin Caraco

Résumés

Les recherches consacrées à la légitimation de la bande dessinée se focalisent principalement sur les instances de consécrations externes (institutions, médias). Pourtant, une approche étudiant les actions et revendications des producteurs révèle leur participation active à ce processus. Dans ses outils de communication, la maison d'édition L'Association n'a de cesse de revendiquer une certaine conception de la bande dessinée en établissant sa légitimité via une filiation historique et son adhésion à certaines valeurs. Cela se traduit par des controverses à la fois avec les autres acteurs du champ mais aussi avec ses propres auteurs et adhérents. Combinant production symbolique et promotion des livres édités par L'Association, cette communication nous invite ce faisant à reconsidérer des théories bourdieusiennes faisant d’une distinction entre esthétique et économie la clé de voûte de la notion de légitimité.

Haut de page

Texte intégral

1Les réflexions sur le processus de légitimation de la bande dessinée ont émergé dans les années 1970, sous l'égide de la sociologie bourdieusienne, avec l'article de Luc Boltanski consacré à la formation du champ de la bande dessinée (BOLTANSKI, 1975). Dans les années 1990, Éric Maigret fait le constat d'une « reconnaissance en demi-teinte » de la bande dessinée (MAIGRET, 1994) qui est prolongé par les réflexions de Thierry Groensteen (GROENSTEEN, 2006). Dernièrement, des articles (GUILBERT, 2011) et des mémoires universitaires (PALTANI-SARGOLOGOS, 2011) sont revenus sur la question alors qu'une monographie nord-américaine (BEATY, 2007) adoptait une approche dans la lignée de celle de Pierre Bourdieu.

2Parallèlement à ces réflexions émanant principalement de la sociologie, l'histoire culturelle a aussi entrepris l'étude de la bande dessinée et de sa légitimité naissante (ORY, 2007). Toutefois, la plupart de ces réflexions ne se fondent pas sur une étude de cas précise, sauf pour les travaux de Bart Beaty, consacrés à l’avant-garde de la bande dessinée, et de Pascal Ory dans son ouvrage sur René Goscinny. Ils adoptent généralement une démarche englobante (LAHIRE, 2004, p. 605), qui ne permet pas de saisir l'hétérogénéité des motivations des différents acteurs. Ils se concentrent le plus souvent sur des instances externes de reconnaissance : les médias, les institutions culturelles et les politiques publiques. Alors que ces dernières ont vraisemblablement contribué de manière décisive à une montée en légitimité du médium, l'apport des producteurs eux-mêmes n'a pas encore été exploré sauf par les membres du groupe ACME dans leur ouvrage sur L'Association (GROUPE ACME, 2011). Cette reconnaissance est pourtant consciemment recherchée par certains, comme les éditeurs « militants » (GROENSTEEN, 2006, p. 74), et leur action a d'autant plus d'impact que le champ de la bande dessinée semble désormais bénéficier d'une plus grande autonomie par rapport au champ économique (BOURDIEU, 1992, p. 338). Il convient de s'interroger sur les stratégies mises en œuvre par une maison d'édition afin de contribuer à la reconnaissance du médium qu’elle publie. Quelles en sont les traductions concrètes et comment se concilient-elles avec les impératifs économiques ? En effet, entre discours et pratiques, il peut y avoir des écarts importants. Les études sur la singularité des dispositifs commerciaux d'une structure par rapport au reste du champ (BERTHOU, 2014) ou sur la récupération (HABRAND, 2010) questionnent le statut de la notion d'indépendance, tout comme la quête de reconnaissance : atout symbolique ou valeur économique ?

3Nous proposons donc d'analyser les stratégies de communication mises en œuvre en direction de ses adhérents (de 1996, année où leur nombre dépasse le millier, à 2010, année des vingt ans et du début de l’implosion de la structure) par la maison d'édition L'Association, souvent considérée comme l'une des forces motrices du processus de légitimation de la bande dessinée contemporaine. À travers les écrits destinés aux adhérents de cette structure, ce qui exclut les catalogues de notre corpus (potentiellement disponibles pour tous), couvrant la période 1996-2010 (Rab de Lapin, puis Les Nouvelles de l'Hydre), L'Association affirme à la fois : sa légitimité à parler de la bande dessinée, à travers la revendication d'une filiation et d'un credo, jouant un rôle performatif ; mais aussi la légitimité de la bande dessinée en tant qu'art. La communication de L'Association se veut ainsi œuvre de pédagogie, d'éducation, en direction de ses lecteurs. La promotion des ouvrages publiés est située dans le contexte de l'histoire de la bande dessinée mais aussi en relation avec les partis-pris de la structure. Cela se traduit par un « élitisme » affiché et par la présence de la controverse au cœur du dispositif de communication éditoriale.

Présentation du support de communication

Description

4Les Rab de Lapin, et dans une certaine mesure Les Nouvelles de l'Hydre, sont des publications singulières pour un éditeur. Il est donc nécessaire de s'attarder sur leurs caractéristiques. Le titre du premier est à relier à la revue Lapin, éditée par l'Association, qui propose principalement de la bande dessinée même si elle est aussi accompagnée d'un éditorial textuel. Le Rab de Lapin doit être aussi compris comme le support de communication d'une association loi 1901 en direction de ses adhérents. Ces derniers versent une cotisation et participent à une assemblée générale annuelle, où ils renouvellent le bureau. Le bandeau de chaque numéro du Rab rappelle parfois de façon humoristique le public concerné : « Feuille de cailloux émoussés pour les Adhérents de L'Association » (ASSOCIATION, 1996c). Cela explique aussi la présence dans les pages du Rab des comptes rendus d'assemblée générale, qui permettent à la fois aux adhérents n'ayant pu se déplacer de prendre connaissance de l'état de la structure mais également de préparer la session suivante. Périodiquement, le bilan financier de la structure est aussi présenté de façon succincte. Le chiffre d’affaires est indiqué ainsi que les pertes et profits. De même, les réflexions relatives au changement de structure de la maison d'édition sont évoquées comme lors du numéro 23 de décembre 1999 où il est expliqué pourquoi L'Association abandonne finalement la piste de la conversion en SARL (ASSOCIATION, 1999). Dans le même ordre d'idée, l'évolution de la masse salariale est reprise dans les Rab : embauches mais aussi départs, qui donnent parfois lieu à des Rab spéciaux, illustrés ou écrits par la personne quittant L'Association. Le numéro 19 est un « Rabaou » (ASSOCIATION, 1997c) consacré à Anne Baraou, scénariste mais aussi salariée de la structure, alors que le numéro 25 est renommé « Le Rab de la Fab », et est illustré par Jean-Yves Duhoo (ASSOCIATION, 2000b), qui s'occupe un temps de la fabrication des albums. Dans les deux cas, les anecdotes sont de mises et donnent un aperçu de la vie quotidienne de la structure aux adhérents.

Image 1

Image 1

Le Rab de Lapin, n° 14 du 1er avril 1996, version dactylographiée.

© L’Association

  • 1  La plupart des éditeurs de bandes dessinées sont des entreprises et les phénomènes associatifs tou (...)
  • 2 Une comparaison avec d'autres bulletins produits par d’autres éditeurs pourrait être stimulante, c (...)

5Les Rab ne sont donc destinés ni aux libraires – à la différence des publications du Comptoir des Indépendants par exemple (BERTHOU, 2014) – ni aux lecteurs mais aux adhérents, les membres des deux précédents groupes pouvant bien sûr cumuler plusieurs statuts. Leur diffusion est donc restreinte et leur réception doit être comprise comme ayant lieu au sein d'une communauté virtuelle partageant implicitement une certaine idée de la Bande Dessinée, la cotisation versée à l'Association n'étant pas un engagement anodin1. Contrairement aux publications du Comptoir des Indépendants, il ne s'agit pas de « conquérir » les libraires, mais d'affirmer des positions tout en faisant le bilan de l'activité de la structure.2

6Les Nouvelles de l'Hydre apparaissent en 2001 avec pour sous-titre « Bulletin de Nouveautés et d'Informations ». Même si elles ne se substituent pas immédiatement au Rab de Lapin, celui-ci n’est à partir de 2002-2003 plus envoyé et elles prennent de facto sa succession. Le sous-titre met bien l'accent sur les « Nouveautés » et en effet, le long éditorial des Rab qui caractérisait ces derniers est réduit dans Les Nouvelles de l'Hydre, qui se consacrent à présenter systématiquement les nouvelles parutions de la structure. Les « Informations » deviennent secondaires par rapport aux dernières sorties, ce qui rejoint les observations relatives à La Gazette du Comptoir des indépendants, dont la maquette est de Jean-Christophe Menu et qui a vocation à informer les différents points de vente sur les livres de la maison en privilégiant notamment les librairies indépendantes (BERTHOU, 2014).

Image 2

Image 2

Les Nouvelles de l’Hydre, n° 1, novembre 2011.

© L’Association

7En ce qui concerne le format et la présentation graphique du Rab de Lapin, ils rappellent ceux des fanzines. Il est publié au format A4, ce qui le rend facilement photocopiable et pliable artisanalement. Jusqu'en 1999, il est dactylographié, date à laquelle il passe sous la forme manuscrite afin de bien signaler qu'il est écrit par Jean-Christophe Menu et qu'il n'engage pas collectivement les autres fondateurs à la suite d'une controverse autour de réponses au courrier des adhérents en 1998. En effet, le Rab numéro 21 du 15 juin 1998 (ASSOCIATION, 1998b), sous-titré « Tract Stalinien Donnant Démagogiquement la Parole au Peuple », compilait des lettres d'adhérents auxquelles Jean-Christophe Menu donnait réponse. À cause de la nature de certains propos, Lewis Trondheim avait demandé à ce que les réponses « arrogant[es] et vulgaire[s] » soient désormais signées par leur auteur (ASSOCIATION, 1998c). Le numéro 23 du Rab (ASSOCIATION, 1999) marque donc le passage à une présentation manuscrite et illustrée par Jean-Christophe Menu, qui symbolise aussi un certain essoufflement de la collégialité de la structure et une contribution toujours plus grande de Jean-Christophe Menu à la vie de cette dernière. Il l'évoque d'ailleurs au détour d'un strip faisant part de son épuisement, de sa volonté de retourner à sa thèse et au dessin tout en affirmant sa volonté de ne pas quitter l'Association. Toutefois, à partir du numéro 26 (ASSOCIATION, 2000c), le Rab redevient dactylographié et il passe au format A5, une large part étant réservée aux nouveautés, annonçant la formule neuve des Nouvelles de l'Hydre.

Image 3

Image 3

Le Rab de tout le bazar, n° 23, 23 décembre 1999, version manuscrite.

© L’Association

8Les Nouvelles de l'Hydre sont dès le départ dactylographiées et, sauf pour le numéro 18 du premier semestre 2009 (ASSOCIATION, 2009a) où Jean-Christophe Menu présente sous la forme d'une planche les nouveautés, elles ne s'écartent pas de ce modèle, qui fait une très grande place à la présentation des nouveaux livres, leur couverture apparaissant sous forme de vignettes accompagnées d'un résumé et parfois d'extraits de planches. Les descriptions d'ouvrage s'inspirent d'ailleurs largement de la maquette du catalogue publié annuellement, sans pour autant se substituer à ce dernier qui se démarque par son exhaustivité et met en avant l'étendue du fond de l'éditeur en particulier via les rééditions, et d'une certaine façon par sa régularité (annuelle) face aux aléas de parution des Nouvelles.

Image 4

Image 4

Les Nouvelles de l’Hydre, n° 18, premier semestre 2009, planche de présentation des nouveautés.

© L’Association

9Dans les deux cas, le ton est résolument militant. Même si, en passant du Rab aux Nouvelles de l'Hydre, l’espace dévolu aux éditoriaux se restreint, il convient en effet de relativiser cette évolution. Le Rab de Lapin présentait aussi les nouvelles parutions mais au sein de l'éditorial, alors qu'il y a une claire séparation à l'intérieur des Nouvelles de l'Hydre. De plus, la présentation des ouvrages dans ces dernières n'en est pas moins très engagée, l’éditeur n’étant pas avare d’éloges sur sa production. Concernant les comptes rendus des assemblées générales, présents dans le Rab, ils sont le plus souvent théâtralisés : relation sous forme de dialogues, présence de didascalies et publication des réactions des adhérents y assistant.

10La périodicité des livraisons du Rab et des Nouvelles de l'Hydre est variable. De 1996 à 2000, le Rab paraît trois fois par an minimum sauf en 1999 à cause des préparations relatives à la publication de Comix 2000. En 2001, le Rab ne paraît que deux fois puis une fois en 2002 sous la forme d'un « Antérab » (ASSOCIATION, 2002e) repris en 2003 dans le dernier numéro (ASSOCIATION, 2003a). Il est le plus souvent publié en avril et régulièrement en octobre/novembre de chaque année, le troisième numéro étant soit estival, soit rédigé à la fin de l'année civile, coïncidant avec l'envoi des vœux aux adhérents. Les Nouvelles de l'Hydre paraissent une fois en 2001, quatre fois en 2002, puis se stabilisent dans un rythme bisannuel à partir de 2003 jusqu'au premier semestre 2010, année à partir de laquelle les troubles internes à L'Association empêchent toute parution.

Évolution : du Rab de Lapin aux Nouvelles de l'Hydre

11De 1996 à 2010, la régularité des livraisons a tendance à se stabiliser, en particulier à partir de 2003 où Les Nouvelles de l'Hydre passent à un rythme bisannuel. Cette « professionnalisation », à opposer à la spontanéité et au caractère artisanal du Rab de Lapin, se traduit principalement par la régularité des parutions mais s'exprime aussi dans le contenu du support de communication. La présentation des nouvelles parutions est prioritaire sur le reste : Les Nouvelles de l'Hydre se rapprochent alors du rôle de catalogue de substitution, leur plus grande fréquence de publication venant maintenir le lien avec les adhérents. Est-ce une façon de justifier leur adhésion qui équivaut à un soutien et dont le « retour sur investissement » serait bien maigre s'il s'agissait de recevoir annuellement le catalogue (potentiellement accessible à tous) ? La régularité des Nouvelles de l'Hydre a peut-être comme précédent l'expérience du Lapin « nouvelle formule », paraissant à partir de 2000-2001 six fois par an avec un format prédéfini : 64 pages en couleur. Cette formule ne survit pas à son septième numéro et s'arrête en 2002.

Image 5. Des présentations d’ouvrage qui se rapprochent de celles du catalogue.

Image 5. Des présentations d’ouvrage qui se rapprochent de celles du catalogue.

Les Nouvelles de l’Hydre, mars 2003.

© L’Association

Image 6

Image 6

Les Nouvelles de l’Hydre, septembre 2004.

© L’Association

12Les Nouvelles de l'Hydre, en dépit de leur régularité, relatent fidèlement les retards, contretemps et abandons qui jalonnent l'activité éditoriale de L’Association. Les numéros 7 (ASSOCIATION, 2003c) et 8 (ASSOCIATION, 2004a) font ainsi état du report des rééditions de Francis Masse puis de leur annulation temporaire faute d'un accord trouvé avec l'auteur. L'annonce de la création du site internet de la structure est un véritable serpent de mer, dont l'ouverture est régulièrement annoncée comme reportée dans les pages des Nouvelles de l'Hydre. Il finira par ouvrir après le départ de Jean-Christophe Menu.

13La diminution du contenu éditorial des Nouvelles s'explique en partie par la création de la revue Éprouvette et de la collection du même nom à partir de 2005, qui réservent explicitement un « espace d'expression » pour la théorie au sein de l'offre éditoriale de L’Association. Toutefois, il ne faut pas en conclure à l'absence d'une certaine radicalité des pages des Nouvelles de l'Hydre, en particulier pour la fin de la période étudiée. Les principes fondateurs de la structure y sont en effet énoncés à nouveau par Jean-Christophe Menu au moment où le champ éditorial de la bande dessinée est restructuré. Le rachat de Futuropolis par Soleil est en particulier évoqué sur un ton tout sauf neutre.

L'affirmation d'une légitimité à parler de bande dessinée

14La crédibilité à parler de bande dessinée est construite au fil des numéros du Rab de Lapin, puis des Nouvelles de l'Hydre. Elle repose sur la captation d'un héritage qui se transforme en filiation historique mais aussi sur l'affirmation d'un credo, d'un ensemble de valeurs qui établissent le sérieux de la structure.

Une filiation historique

15Tout mouvement « d’avant-garde » (MENU, 2006, p. 186), qu'il soit politique ou culturel, cherche à établir une filiation avec des ancêtres dans lesquels il retrouve des vertus oubliées ou délaissées dans le champ où il évolue. L'Association n'échappe pas à la règle et comme d'autres mouvements, elle construit une partie de sa légitimité à parler bande dessinée sur son respect pour certains auteurs ou éditeurs. Dans le cas de L'Association, cela se traduit par une politique de réédition qui fait la part belle à des éditeurs comme Futuropolis ou à certaines publications de Pilote, Fluide Glacial et Charlie Hebdo.

16Le discours tenu dans le Rab de Lapin ou dans Les Nouvelles de l'Hydre ne manque pas d'affirmer et de revendiquer clairement certaines filiations comme ce fut le cas pour l'affaire Lapin et ses déboires avec la Commission paritaire des publications et des agences de presse, qui refuse l'inscription de la revue. Dans le Rab numéro 15 (ASSOCIATION, 1996b), un compte rendu d'assemblée générale mentionne les précédents de la loi sur les publications destinées à la jeunesse de 1949 mais aussi le cas du journal Pilote, qui en 1978, avait perdu son statut de magazine. Bart Beaty voit dans ces deux affaires des moments de lutte d'auteurs en faveur de la respectabilité artistique (BEATY, 2007, p. 35). Le Rab de Lapin en appelle à plusieurs reprises à la mobilisation des adhérents.

  • 3 Pour Jean-Christophe Menu, Henri Filippini représente ce qui se fait de pire en Bande Dessinée, à (...)
  • 4  La « mappemonde » étant le surnom de Jean-Christophe Menu au sein de L’Association : voir le jeu d (...)

Est-ce normal qu'une poussiéreuse commission décide, dans la partialité la plus totale, du degré de survie de telle ou telle revue ? Allons-nous nous laisser faire ? Non !!! Les Adhérents dans la rue !! Haro ! Tous au siège de la commission paritaire !! La tête de Filippini3 au bout d'une pique !! Oups, qu'est-ce qu'il vient foutre là celui-là ? C'est encore la Mappemonde4 qui se laisse aller...

17La filiation revendiquée la plus décisive est celle avec Futuropolis (VAN AERTRYCK, 2010), chez qui un certain nombre d'auteurs de L'Association ont fait leurs premières armes. Après le rachat par Gallimard de la maison d’édition fondée par Cestac et Robial, une partie des auteurs, Baudoin en premier lieu, rejoignent L'Association, rééditent certains de leurs ouvrages et publient des inédits au sein de la structure.

Image 7. Le passage de témoin entre Futuropolis (Florence Cestac, représentée case de gauche) et L’Association (Jean-Christophe Menu, représenté à gauche dans la case de droite)

Image 7. Le passage de témoin entre Futuropolis (Florence Cestac, représentée case de gauche) et L’Association (Jean-Christophe Menu, représenté à gauche dans la case de droite)

CESTAC, Florence. La véritable Histoire de Futuropolis. Paris : Dargaud, 2007, p. 98.

© Dargaud

  • 5  Cette politique de réédition concerne une minorité de titres et d'auteurs (Caro, Forest, Frydmann, (...)

18Plus généralement, cette filiation s'incarne dans la politique de réédition d'ouvrages appartenant au patrimoine de la bande dessinée tel qu'il est envisagé par la maison d'édition5. Une grande place leur est réservée au sein des Rabs et des Nouvelles de l'Hydre, comme lors du début de la réédition de l'œuvre de Jean-Claude Forest :

  • 6 L'Association a en effet réédité L'An 01 de Gébé en 2000.

Après Gébé, L'Association n'est pas peu fière de pouvoir commencer une série de rééditions de Forest. Auteur majeur et inclassable, Forest partage avec Gébé le statut de précurseur (souvent encore trop méconnu, voire incompris), au sein de la Bande Dessinée telle que nous la concevons ici. Si l'on appréhende la Bande Dessinée comme moyen d'expression majeur ayant son Histoire propre (et non comme un vil divertissement par essence sans histoire), il est fort recommandé de revisiter l'œuvre de ces aînés qui nous ont légué voici trois décennies une liberté d'esprit et d'action que l'on aurait grand tort d'oublier. (ASSOCIATION, 2001c)6

  • 7 Certains auteurs semblent partager ce point de vue comme Bilal, qui sur son site personnel (URL <h (...)

19Lors du rachat de Futuropolis par Soleil, il est ainsi rappelé clairement : « La filiation avec Futuropolis, le vrai, l'unique (1972-1994) est à chercher ici, et pas dans quelque récente filiale toulonnaise abusivement nommée » (ASSOCIATION, 2005b), ce qui suppose implicitement que Futuropolis est mort depuis son rachat par Gallimard et que la naissance de L'Association, en 1990, coïncide presque exactement avec la fin de cette expérience.7

20La dénonciation de la « récupération » est alors mise au service de la maison d’édition (HABRAND, 2010), seule à maintenir le cap au sein d’un univers éditorial corrompu. À la fin des années 2000, l'histoire de L'Association sert de garante à l'activité contemporaine de la maison d'édition. La nouvelle génération des auteurs de L'Association est fille de la première comme en témoigne la déclaration de Menu en 2008 :

Cette présence massive de jeunes auteurs confirme l'arrivée d'une nouvelle génération, dont on reparlera très bientôt avec la nouvelle formule de Lapin ! (ASSOCIATION, 2008b)

21La continuité établie avec Futuropolis ou des auteurs comme Forest et Gébé permet d'asseoir la légitimité de la maison d'édition, qui conçoit les principes qui la gouvernent comme un prolongement de l'œuvre de ces auteurs et éditeurs. Dans cette optique, l’Association ne représente-t-elle pas un cas à part ?

Un credo fondé sur certaines valeurs

22Si le premier argument, reposant sur la filiation historique, vise à se doter d’une légitimité traditionnelle, permettant à L'Association d'engendrer ses pères et de se parer de leur capital symbolique, le second peut être considéré la poursuite d’une légitimité rationnelle en valeurs au champ culturel. Cette légitimité s’exprimait par la promotion de valeurs conférant à leurs énonciateurs une capacité à s’exprimer sur le sujet.

23Cette légitimité est plus implicite mais peut être en fait comprise à l’aide de la notion d’illusio développée par Pierre Bourdieu, qu'il définit comme :

le fondement de toutes les échelles d'utilité, c'est-à-dire l'adhésion fondamentale au jeu, l'illusio, reconnaissance du jeu et de l'utilité du jeu, croyance dans la valeur du jeu et de son enjeu qui fondent toutes les donations de sens et de valeurs particulières. (BOURDIEU, 1992, p. 245)

24Dans le cas présent, le jeu consiste en la définition de la bande dessinée, des limites de son champ, le pôle novateur ayant une production restreinte cherchant toujours à rejeter hors du champ le pôle conservateur et commercial. De même, il convient d'envisager les champs culturels comme dépendants de lois inverses à celles du monde économique : à court terme, les impératifs économiques sont sacrifiés afin de permettre à l'artiste de se constituer un capital symbolique : « ceux qui y entrent ont intérêt au désintéressement » (BOURDIEU, 1992, p. 300). L’Association ne déroge pas à la règle et un certain nombre de déclarations imprimées dans Le Rab de Lapin et dans Les Nouvelles de l’Hydre en témoignent. Toutefois, il convient de garder à l'esprit que ce sont des instruments de communication commerciale (l'annonce des nouveautés éditoriales) qui servent de support à des professions de foi mettant en avant l'indépendance, par rapport au champ économique, de L'Association. Est-il alors encore possible de raisonner en termes de champs cloisonnés, sauf à faire de la notion d' « économique » une coquille vide de sens ou purement stéréotypée ? La distance temporelle qui sépare les pertes économiques sur le court terme des profits symboliques sur le long se doit ainsi d'être réenvisagée : les Happy Few de Stendhal semblent déjà de ce monde dans le cas présent.

  • 8 Les Nouvelles de l'Hydre tentent ainsi de se dédouaner avec humour de faire du commerce avec l'Opé (...)

25L’ « anti-commercialisme » de la production, terme repris dans certains éditoriaux du Rab ou des Nouvelles, vise à désigner le refus des modes dominants de production dans le champ de la Bande Dessinée, est donc une des valeurs phare du mouvement.8 Le 1er avril 1996, le Rab commence par une liste de nominations et de prix reçus au festival d’Angoulême, puis passe à la revue de presse qui relaie la couverture médiatique de certains auteurs de L’Association (Télérama, Libération, L’Événement du Jeudi, Inrockuptibles). Le rédacteur s’empresse alors d’ajouter : « bref une vague odeur de succès, dont se méfiera à bon escient, rassurez-vous. » (ASSOCIATION, 1996a) Dans le même numéro du Rab, il est fait mention de la parution de Petrus Barbygere aux éditions Delcourt par Joann Sfar :

  • 9 Mes italiques.

Cela s'appelle Petrus Barbygère et bien que ce soit scénarisé par Dubois et édité par Delcourt, c'est du Sfar pur, lyrique, agressif et anticommercial. Et c'est en couleurs. Ça fait bizarre.9

26Enfin, Cornélius, un autre éditeur indépendant avec lequel L’Association entretient de bonnes relations est qualifié de « belle famille qui a le sens des valeurs. » Le public de L’Association est lui aussi représenté comme un ensemble de happy fews. Dans le Rab numéro 18, il est ainsi annoncé que : « pour les esthètes, L'Association continuera à vendre Tales of Error […] dans leurs éditions originales parues aux Éditions Moderne ». (ASSOCIATION, 1997b)

27Certaines déclarations, même si elles ne sont pas dénuées de second degré, n’en témoignent pas moins de la croyance en la mission de L’Association comme lors de l’annonce de la sortie d’un numéro de la revue Lapin consacré à la jeunesse dans le Rab numéro 22 :

  • 10 Les Triplés est une série dessinée par Nicole Lambert et publiée dans le magazine Figaro Madame.

De quoi former la jeunesse comme il se doit. N'hésitez pas à en pourvoir tous les puceaux et pucelles alentour. Ça les changera des Triplés.10 (ASSOCIATION, 1998c)

28Le passage précédemment cité relatif à Gébé et Forest rentre aussi dans cette catégorie lorsque qu’il est déclaré que « la Bande Dessinée telle que nous la concevons ici […] comme un moyen d’expression majeur ayant son Histoire propre ». À partir de 2006, les rappels aux principes fondateurs se font de plus en plus fréquents dans les pages des Nouvelles de l’Hydre, coïncidant avec la fin de la collégialité éditoriale de L’Association.

29Ainsi, le numéro 13 du second semestre 2006 annonce, reprenant le champ lexical de l'impureté :

L'EPROUVETTE, au-delà des opinions qui y sont exprimées et qui n'engagent que leurs auteurs, est néanmoins un signe (parmi d'autres) de radicalisation de L'ASSOCIATION toute entière. Dans un contexte de déliquescence et de confusion, L'EPROUVETTE n'est que l'un des outils nécessaires à un processus de repositionnement, de réappropriation et de redéfinition nécessaire pour envisager une autre époque. (ASSOCIATION, 2006b)

30Les objectifs de L’Association, qui sont tout autant de traductions en pratique de ses valeurs, sont alors énumérés : proposer des auteurs maison confirmés mais aussi des nouveaux ; des traductions d’auteurs étrangers ; des rééditions d’œuvres appartenant au patrimoine de la bande dessinée ; la publication de titres entrant dans une collection tout comme les ouvrages hors collection ; et enfin proposer des livres expérimentaux à une large audience. Dans le même numéro, le credo de l’ « anti-commercialisme » est réaffirmé avec la fin du contrat de Frère Marc, un salarié en charge de la gestion, ici surnommé « Praire Marc », engagé en 2005 :

L'Association n'emploiera plus jamais de prétendus « gestionnaires » professionnels. L'expérience avec Praire Marc s'est achevée au bout d'un an dans la plus misérable bouillabaisse. Moyen vent, Socksucker !

31Presque chaque année, le credo est réaffirmé plus ou moins directement :

Ce n'est pas encore en 2007 que L'Association va renoncer à ce qui a fait son histoire : exigence, radicalité et expérimentation ; ce qui n'a jamais été opposé à une certaine pluralité d'approches. Bref, ceux qui s'attendent à des errements ou à des bégaiements vont être déçus. (ASSOCIATION, 2007a)

32Ou encore, la même année, lorsque les retards de publications sont justifiés par le fait que contrairement à ceux qui produisent de manière industrielle, L’Association prend le temps de faire bien les choses (ASSOCIATION, 2007b). Enfin, en 2009, alors que Les Nouvelles de l’Hydre se font écho du succès de la fausse nouvelle formule de Lapin (qui marque le retour à une conception originelle de la revue, qui redevient plus volumineuse et plus irrégulière) :

L'Association est fière et heureuse de son nouveau Lapin ; de ses deux décennies d'innovation, d'intransigeance et d'opiniâtreté ; et de son futur en général. (ASSOCIATION, 2009b)

  • 11 A ce sujet, l'on pourra aussi lire avec profit l'article d'Erwine Dejasse au sujet de L'Eprouvette(...)

33Ces trois termes, « d'innovation, d'intransigeance et d'opiniâtreté » reviennent très souvent dans les outils de communication de L’Association, en particulier dans les catalogues et dans les cartes postales « rétro » glissées dans les albums. Ils résument assez correctement les valeurs et le positionnement de L’Association au sein du champ de la bande dessinée, ou du moins celui qu'elle cherche à occuper à la fois par ses productions et par le biais de la controverse.11

Parler de la bande dessinée comme un art légitime : la controverse au cœur de la communication

34Dans son ouvrage consacré à l'histoire du surréalisme de 1924 à 1929, le sociologue Norbert Bandier, inspiré par la démarche de Pierre Bourdieu, a recours au concept de stratégie pour aborder les actions de ce mouvement :

L'usage du terme de « stratégie » relève ici d'une volonté d'objectivation et désigne un ensemble de pratiques caractérisées par des choix d'écriture et de publication, de présentation des membres du groupe et de leurs productions, et des prises de position, orienté en finalité par le jeu des règles propres au champ littéraire vers la construction d'une position, sans que ce but soit explicitement formulé ou même pensé par les surréalistes (BANDIER, 1999, p. 10)

  • 12 « Les luttes de définition (ou de classement) ont pour enjeu des frontières (entre les genres ou l (...)

35Bien que le cadre de cet article soit plus restreint que l'étude de Bandier, le concept de « stratégie » peut être repris dans le cas de L'Association et de sa communication via le Rab de Lapin et Les Nouvelles de l'Hydre. Cette stratégie, qui est permise en partie par la légitimité abordée précédemment, vise à renforcer la légitimité de la maison d'édition et à imposer « sa » définition de la bande dessinée.12 Elle a pour principale manifestation l'usage de la controverse ou de la polémique, à la fois externe, avec les autres acteurs du champ de la bande dessinée (auteurs, éditeurs, journalistes) mais aussi interne, avec les auteurs de L'Association – en particulier concernant la récupération (HABRAND, 2010), les adhérents et les lecteurs.

Controverse externe : au sein du champ

  • 13 « Si L'Association repousse les frontières du champ de la Bande Dessinée en prolongeant ses racine (...)

36Les luttes de définition au sein d'un champ culturel sont provoquées par des avant-gardes qui viennent bousculer les limites connues et reconnues. Pour Bart Beaty, « If L'Association stretches the limits of the comic book field by extending its roots, Frémok touches on the possibility that its own practitioners might rupture the field itself »(BEATY, 2007, p. 110)13 Pour ce dernier, en dépit des déclarations de Jean-Christophe Menu, L'Association n'est pas à l'avant-garde de la bande dessinée sauf pour ses activités relevant de l'OuBaPo. Elle serait victime de son propre succès et aurait été dépassée par des maisons d'édition comme Frémok (BEATY, 2007, p. 241-242).

  • 14 En 2005, lors du lancement de L'Eprouvette, Menu déclare dans Les Nouvelles de l'Hydre numéro 11 : (...)

37Il convient toutefois de nuancer l'affirmation de Bart Beaty puisqu'une comparaison de leurs productions respectives ne conduirait pas nécessairement à décerner la palme de la radicalité à Frémok. Par ailleurs, et c'est ce qui constitue aussi son originalité, L'Association n'en continue pas moins de revendiquer ce statut, qui est d'une certaine façon performatif et qu'elle n’hésite pas à afficher en mettant en avant son rôle de précurseur, contrairement par exemple à une maison comme Ego comme x qui ne le met pas en avant de son côté.14 De plus, l'ouvrage de Beaty (BEATY, 2007) ne prend pas en compte le tournant de re-radicalisation de L'Association initié à partir de 2005 avec en particulier la publication de l’essai de Jean-Christophe Menu, Plates-bandes, qui « constitue manifestement le zénith, des prémisses à ce qui allait constituer la marque de ras-le-bol la plus structurée de l’auteur-éditeur » face aux phénomènes de récupération (HABRAND, 2010, p. 83). Le travail de Pierre-Nicolas Van Aertryck met ainsi en avant « l'élitisme affiché » de la démarche de L'Association, qui se traduit au niveau externe par de mauvaises relations avec les journalistes du « microcosme bd » et par le ton pamphlétaire des écrits de Jean-Christophe Menu publiés dans la collection et les numéros de la revue Éprouvette (VAN AERTRYCK, 2010).

38Les interactions avec les autres acteurs du champ ne sont pas uniquement négatives ou situées dans le registre de la dénonciation. L'Association n'hésite pas à mettre en valeur la production d'autres maisons d'édition indépendantes, dont elle vend certains des ouvrages par correspondance, tout comme elle signale la publication de livres parus chez des gros éditeurs quand ils sont l'œuvre de certains associés (HABRAND, 2010, p. 81).

  • 15 Ce prix italien est le plus vieux trophée de la profession encore existant et fut précédé par d’au (...)

39Outre la controverse avec la Commission paritaire déjà évoquée au sujet des demandes de rattachement de la revue Lapin à cette dernière, L'Association entre en conflit avec d'autres institutions telles que la Bibliothèque nationale de France lors de l'exposition « Les Maîtres de la bande dessinée européenne ». Celle-ci ne porte pas tant sur le contenu - puisque le commissaire d'exposition, Thierry Groensteen, collabore de temps à autre à L'Association, en particulier dans le cas de l'OuBaPo - que sur l'affiche dessinée par l'auteur Franc, qui semble confirmer selon eux un certain nombre de stéréotypes véhiculés à propos de la bande dessinée (mépris, sous-art : ASSOCIATION, 2000d). De même lorsque L'Association reçoit le prix Yellow Kid du meilleur éditeur,15 le Rab de Lapin se fend de ce commentaire acerbe : « Il nous a été remis, comme dans un PHENIX des années 1960, par Moliterni en personne, ce qui est bien sûr sans appel en matière d’institutionnalisation » (ASSOCIATION, 2001b).

40Les relations avec la presse spécialisée ne sont que relativement peu évoquées même si L'Association prend le soin de tenir une revue de presse des apparitions de ses auteurs dans la presse généraliste. Toutefois, lorsque la presse spécialisée ou des commentateurs reconnus sont invoqués, c'est le plus souvent lors d'une controverse comme lorsque L'Association publie un courrier de Gilles Verlant qui se plaint du traitement réservé à une émission consacrée à la bande dessinée diffusée sur Canal + dans laquelle il officiait en tant que conseiller artistique. Il se défend en expliquant qu'il avait cherché à promouvoir L'Association autant que possible. Menu lui répond que sa critique était fondée sur ce que son entourage lui avait raconté, ce dernier ne possédant pas de télévision (ASSOCIATION, 1997a). Si cette altercation semble être le résultat d'un malentendu, d'autres sont plus directes et moins sujettes à interprétation. Dans le Rab numéro 21, consacré au courrier des lecteurs, l'adhérent n° 73, qui se révèle être aussi un journaliste dans la presse spécialisée, se plaint de l'absence d'un service de presse alors qu'il s'efforce de parler de L'Association et de la bande dessinée alternative dans ses écrits, ce qui lui vaut la réponse suivante de la part du Rab : « C'est bien aimable mais Bo-DoÏ, c'est tout glacé, on peut même pas se torcher avec » (ASSOCIATION, 1998b).

  • 16 « Mais la complexification de l’affaire est redoublée par le fait que les premiers à faire déteind (...)

41La majorité des informations relatives aux autres éditeurs est positive puisqu'il s'agit de relayer d'autres parutions ou de promouvoir des auteurs et éditeurs amis, comme Cornélius. Toutefois, lorsqu'un associé publie chez un gros éditeur, le nom de ce dernier est écrit avec une orthographe ridicule : « Dargô », « Delkürt », « Doupôuis ». Un thème surnage dans ce domaine : celui de la récupération. Les propos relatifs à la copie de certaines maquettes de L'Association sont d'abord modérés, vraisemblablement parce que la confusion est le fait des associés eux-mêmes,16 comme lorsque Lewis Trondheim publie Mildiou au Seuil en 1996 dans une collection dont le graphisme ressemble à celui de la collection Ciboulette (ASSOCIATION, 1996a). Par ailleurs comme le souligne Tanguy Habrand : « Qu’une maison comme Le Seuil enregistre les innovations de L’Association, fût-ce de cette façon-là [avec leurs auteurs et des maquettes comparables], est une marque de consécration indéniable. » (HABRAND, 2010, p. 84)

42Toutefois, progressivement, les commentaires passent d'une certaine passivité à l'énervement, en particulier quand la récupération est le fait d'éditeurs amis, comme en 1998 :

Quant aux nouvelles collections « Romans Graphiques » de chez les Zouhmanos et de chez Delkürt, on peut y apprécier des traductions de Seth et d'Adrian Tomine, mêlés avec des titres beaucoup plus discutables voire simplement lamentables, ce qui est un peu désolant à voir pour qui s'est battu pour que ce format corresponde avec une exigence maximale. Vous fûtes d'ailleurs nombreux à vous indigner de cette prolifération de copies. Est-ce si grave ? Bof. (ASSOCIATION, 1998a)

43Ils précisent d'ailleurs dans le même numéro : « Il y a heureusement de petites structures qui ont des idées par elles-mêmes. » Deux ans après, le ton monte à propos de plusieurs petits éditeurs :

Dans la rubrique gros malhonnêtes, L'Association a souvent été plagiée, mais le gros lot va à « De Plaatjesmaker », un label hollandais qui a publié depuis la fin 1999 une série de mini-albums qui sont ni plus ni moins qu'une contrefaçon absolue de la Collection Patte de Mouche. Ces derniers ont envoyé « candidement » leur production à l'asso en espérant entamer une collaboration. Inutile de dire que la réponse anglophone qui leur fut prodiguée tint plus du plus grossier des gang-sta-raps que de la missive amicale. (ASSOCIATION, 2000c)

44Un tour européen des plagiats est ensuite proposé aux adhérents : Blanquet en Espagne, parodies pornographiques de David B. et Thomas Ott à Athènes. Toutefois, le courroux est à son sommet lorsqu'Ego comme X est évoqué. Ces derniers auraient copié la maquette de la collection Ciboulette :

Quant à Petit Manège de Sterckeman paru chez Ego comme x, il comporte lui aussi toutes les caractéristiques techniques et graphiques d'une Ciboulette, désormais repiquées sans plus aucune pudeur. Dis-donc, chez Loïc, on s'entend bien, tu ne veux pas qu'on les fasse, les maquettes d'Ego ? Au moins nous on s'arrangerait pour que ça ressemble à autre chose...[…] En tout cas globalement, il va falloir trouver à pomper ailleurs maintenant, nous on en a marre de tout inventer pour tout le monde, c'est pour ça aussi qu'on va faire une Vieille Formule [ie Lapin], tiens.

45Les controverses avec d'autres auteurs sont plutôt rares même si dans le numéro 16 du Rab, le rédacteur ne se prive pas de terminer le bulletin de la façon suivante : « Merci à Van Hamme et Ted Benoît qui nous font détester Blake et Mortimer encore plus qu'avant ». (ASSOCIATION, 1996c) Les best sellers du scénariste de XIII incarnant vraisemblablement tout ce que L'Association réprouve au sein du champ de la bande dessinée.

46Enfin, les festivals sont régulièrement évoqués au sein des bulletins de L'Association. Une géographie des festivals amis se dessine : ceux qui reçoivent les auteurs de L'Association ou qui accueillent des expositions liées aux dix ans de la structure et à Comix 2000 par exemple (Bastia, Lisbonne, Luzern, Albi, Sierre, Bruxelles, Helsinki : ASSOCIATION, 1999). Le festival d'Angoulême occupe toutefois une place à part dans le Rab et Les Nouvelles de l'Hydre. Les relations avec ce dernier sont pour le moins ambiguës à tel point qu'il est possible de parler à son sujet de meilleur ennemi de L'Association. Dans le numéro 17 du Rab (ASSOCIATION, 1997a), un adhérent déplore l'attitude de L'Association qui, à la suite du prix reçu par Baudoin pour un de ses ouvrages, a renommé Alph'Art en Yalph'Ourt sur le bandeau édité pour célébrer celui-ci. Le numéro 18 du Rab dénonce le « commercialisme » du festival via ses choix d'expositions, en dépit de l'approbation donnée quant au choix du grand prix.

Comme s'il était un peu embêté que ce soit Goossens le grand prix de cette année, le festival d'Angoulême proposera pour contrebalancer des expositions Astérix, Lucky Luke, Bourgeon, Vandoûest, et comme si la coupe n'était pas pleine, Titeuf. (ASSOCIATION, 1997b)

47Toutefois, dans les dernières années de la décennie 2000, Les Nouvelles de l'Hydre (ASSOCIATION, 2007a) enregistrent les progrès du festival, sous l'impulsion d'un ancien associé, Lewis Trondheim, grand prix et président en 2007, qui est remercié pour avoir fait évoluer en bien l'institution. L'Association estime que le palmarès confirme ses partis-pris et annonce reprendre un peu espoir pour l'avenir du festival.

48Ces prises de positions, qu'elles concernent des institutions, des éditeurs, des auteurs ou des festivals, sont tout autant de traductions concrètes de la conception de la bande dessinée que L'Association cherche à promouvoir. L'originalité et l'innovation sont présentes lorsque L'Association dénonce la récupération de ses ouvrages, tout comme le « commercialisme » est fustigé quand il est embrassé par le festival d'Angoulême. Le pendant de ces controverses externes est interne et concerne les auteurs et les adhérents de la structure.

Controverse interne : avec les auteurs et adhérents

49En interne, la promotion d'une bande dessinée qui se veut reconnue au sein des arts légitimes se traduit en direction des auteurs par la définition d’espaces de publication acceptables et en direction des adhérents par une éducation aux œuvres.

50L'Association n'hésite pas à se lancer dans des controverses aussi bien avec le monde extérieur qu'avec ses auteurs et ses adhérents. Ces disputes émergent lorsque des écarts ou des contradictions par rapport aux principes et aux positionnements de L'Association apparaissent. Deux auteurs sont principalement visés par des critiques implicites ou directes : Lewis Trondheim et Joann Sfar.

51Bart Beaty offre une bonne analyse du « cas Lewis Trondheim », qu'il considère comme une figure symbolique des tensions qui parcourent le champ de la bande dessinée, écartelé entre art et commerce, entre bande dessinée d'auteur indépendante et commerciale (BEATY, 2007, p. 206). Il décrit d'ailleurs la production de Trondheim comme un compromis, un équilibre entre les deux pôles. Ces tensions apparaissent clairement dans les pages du Rab et sont particulièrement sensibles lors de la revente de l'album Slaloms à Dargaud, qui constitue d'après Beaty le début de la reconnaissance pour Trondheim. Cet épisode de la revente est d'ailleurs relaté dans un Rab qui fait aussi office de compte-rendu d'assemblée générale.

Menu annonce que L'Association a vendu Slaloms à Dargô. Que Lewis Trondheim a eu envie de reprendre ce titre pour l'intégrer à sa série couleurs de chez Dargô. Hoûûu, hoûûûûu, hoûu. Le Menu a ajouté que cet épisode a occasionné quelques remous dans le Comité de Rédaction (Slaloms étant tout de même l'un des piliers du fonds du catalogue) et invite le Colonel à en parler ultérieurement. (ASSOCIATION, 1996b)

52Trondheim (alias le Colonel) est donc invité à répondre à ce sujet. Il explique dans le même numéro qu'il a besoin de lancer la série avec Dargaud en ajoutant plus de titres alors que l'éditeur a déjà investi beaucoup même si les résultats ne sont pas encore là. Trondheim justifie son action expliquant que là où Dargaud versera 40000 francs à L'Association pour reprendre le titre, il ne recevra que 10000 Francs pour redessiner les planches. Son désintéressement – en phase avec « l'anticommercialisme » de la structure – doit le dédouaner. Dans le numéro précédent (ASSOCIATION, 1996a), le Rab relatait en ces termes le succès naissant de ce dernier.

Lewis Trondheim monopolise toujours l'actualité et confirme que sa réputation de monstre n'est plus à faire. Pichenettes à peine sorti chez Dargô, il a déjà réalisé la moitié du troisième volume de la série. En supplément du n° 45 du magazine Les Inrockuptibles est paru Chiquenaudes, sorte de comix où la rédaction a demandé à Lewis de parler de son travail sur Pichenettes. Lewis va bientôt remplacer de façon hebdomadaire la page de bande dessinée qui était assumée par Pierre La Police. […] Lewis envisage aussi de devenir assez rapidement le Walt Disney français. Assistants en herbe, Lewis peut vous loger dans la vieille cuve à mazout du jardin.

53Trondheim n'est pas le seul à qui il est reproché ironiquement son succès chez de grands éditeurs. Joann Sfar en fait aussi les frais, d'autant plus qu'il est associé à ce dernier pour la série Donjon, publiée chez Delcourt : « Et comme si ce n'était pas suffisant, Lewis lance une nouvelle série chez Delkürt avec Joann Sfar… » (ASSOCIATION, 1997b) Dans le même numéro, la production dynamique de Sfar est évoquée et comparée à celle de Lewis Trondheim, le Rab concluant ce passage estimant : « c'est ce qu'on peut appeler une exportation massive. » Dans le numéro 20 du Rab (ASSOCIATION, 1998a), Menu revient à la charge à la suite des succès de David B. et Joann Sfar, pour des albums publiés respectivement chez Dargaud et Dupuis.

Nul doute que l'édition traditionnelle n'assaille les suscités de propositions et de contrats tout comme elle l'avait déjà fait avec Lewis. Du reste, Sfar est devenu à peu près aussi omniprésent que Lewis de ce côté-là. Pas étonnant qu'ils co-signent un album ensemble chez Delkürt, Donjon, en vente ces jours-ci.

54Ces succès sont contrastés avec la vertu d'un auteur comme Mattt Konture : « Loin de ces grands éditeurs, Mattt Konture achève son quatrième Jambon Blindé ». Ces controverses, même si elles ne sont pas d'une très grande intensité, comme l'analyse bien Beaty, traduisent les sentiments éprouvés par Jean-Christophe Menu. Les trop nombreuses collaborations de Trondheim avec des grands éditeurs (comme le fait qu'il soit directeur de la collection Shampooing chez Delcourt) remettraient en cause son statut d'artiste légitime : de l'autonomie il retomberait dans l'hétéronomie par rapport au pôle commercial (BEATY, 2007, p. 234). Cette position n’est pas exempte de contradictions comme la « co-optation » de Jean-Christophe Menu dans la série Donjon, qui se conforme aux standards qu'il n'a de cesse de dénoncer (BEATY, 2007, p. 232). Menu en est d'ailleurs bien conscient puisqu'il déclare :

Menu chez Delcourt, ça va jaser ! Rien à foutre, j'adore Donjon et ça va bien m'éclater d'en dessiner un !

55Il ajoute d'ailleurs que Guy Vidal l'a relancé pour un album dans la collection Poisson Pilote de chez Dargaud tout comme Thierry Tinlot, rédacteur en chef de Spirou (ASSOCIATION, 2000a). Ces débats prolongent la question de la récupération, thème récurrent de la controverse externe, dont les effets sont loin d’être aussi négatifs que la rhétorique de la dénonciation ne le laisse entendre (HABRAND, 2010, p. 85).

56Un mot revient régulièrement dans les articles et ouvrages consacrés à la légitimation de la bande dessinée : celui d'œuvre. L'historien Jean-Paul Gabilliet estime ainsi que « l'émergence de produits reçus comme des “œuvres” entraîne vers le haut tout le moyen d'expression. » (GABILLIET, 2005, p. 336) Thierry Groensteen invite ainsi à ne pas juger la bande dessinée à l'aune d'une production médiocre mais de la comparer à d'autres arts à partir de ses chefs-d’œuvre (GROENSTEEN, 2006, p. 185). De même, Xavier Guilbert termine son article sur ce sujet en déclarant : « [e]n définitive, la question de la reconnaissance culturelle de la bande dessinée repose sur cet enjeu des plus simples : réussir à faire parler d’elle, non plus seulement comme un produit, mais bien comme une œuvre ». (GUILBERT, 2011, § 98) L'Association s'inscrit dans cette logique à la fois à travers sa production et via une éducation aux œuvres de ses adhérents.

57L'éducation aux œuvres, c'est-à-dire d'ouvrages produits par des auteurs perçus comme ayant du talent, passe bien sûr par la promotion des nouveautés éditées par L'Association mais aussi par un intérêt pour le processus de fabrication des albums, considérés alors comme des livres-objets. Le numéro 16 du Rab (ASSOCIATION, 1996c) qui revient sur une des institutions de L'Association : les Images-Chocolat (qui sont offertes aux adhérents à chaque envoi et sont modelées sur les plaquettes de chocolat d'avant-guerre), permet de donner indirectement un aperçu des procédés de fabrication relativement artisanaux des albums. Ces Images-Chocolat proviennent en effet de chutes de papier qui servaient à imprimer les ouvrages de la collection Patte de Mouche. Le Rab de la fab offrait aussi des explications relatives à la production des livres de L'Association : par exemple sur la qualité du papier utilisé (ASSOCIATION, 2000b).

58Plus généralement, certains termes ne sont pas anodins et reviennent très souvent lors des présentations des albums. Les rééditions sont particulièrement bien contextualisées tout comme les traductions d'auteurs étrangers. Les mots « chef-d’œuvre » sont très souvent utilisés par les rédacteurs des Nouvelles de l'Hydre et dénotent d'un engagement : même si celui-ci est à replacer dans la logique d'une structure cherchant tout de même à vendre des livres, il a valeur de parti-pris par rapport au médium. Pour L'Association, la bande dessinée est parfaitement capable de produire des chefs-d'œuvre tout comme la musique classique ou la littérature.

59Un dialogue est aussi établi avec les adhérents comme dans le numéro 21 du Rab (ASSOCIATION, 1998b) consacré entièrement au courrier des anciens adhérents, qui résultait d'une lettre envoyée à ces derniers par Sœur Cécile concernant la satisfaction des non-réadhérents. C'est donc un Rab dédié à la réception des œuvres qui est offert, donnant la parole aux critiques de ceux qui ne se sentent plus en phase, pour une raison ou une autre, avec la démarche de L'Association. Les propos sont parfois virulents puisqu'ils s'en prennent à certaines des principales caractéristiques de L'Association. La maison d'édition est attaquée parce que trop théorique et pas assez ambitieuse dans les faits :

Votre production est presque systématiquement d'une pauvreté de fond affligeante : ce qui est d'autant plus désagréable que le travail formel promet toute satisfaction.

60Les autobiographies de certains, dont Jean-Christophe Menu, sont remises en cause et considérées comme creuses : « bricoler un reality show autobiographique tout juste plus intéressant qu'un témoignage sorti de chez Pradel pour balancer au panier le Romantisme français. » D'autres reprochent la théorie et veulent plus de légèreté ou mettent en garde contre le « nombrilisme casse-couille » ou exigent de la « vigilance pour ne pas tomber dans le dogmatisme élitiste (Notre BD est la meilleure, les BD commerciales c'est de la merde...). » Un adhérent justifie ainsi son refus de réadhérer par l'arrogance des derniers Rab. D'autres lettres sont bien sûr plus positives alors que d'autres expliquent simplement que ré-adhérer n'a pas été possible pour des raisons financières. Ce Rab est donc particulièrement significatif car il montre que L'Association est prête à accepter la controverse même si elle s'exprime en sa défaveur.

Conclusion

  • 17 Certains passages des éditoriaux sont clairement personnels lorsque Menu évoque certains de ses pr (...)

61Avant de conclure, il convient de revenir sur la parole du Rab et des Nouvelles de l'Hydre : qui parle ? Est-ce le collectif ou juste le rédacteur des éditoriaux, en l’occurrence Jean-Christophe Menu ? L'entretien que ce dernier a accordé à Xavier Guilbert en 2009 est à mettre en parallèle avec l'analyse développée dans cet article. La paternité des textes17 ne fait aucun doute comme le déclare Menu :

En fait, les gens qui avaient envie de s’investir dans un discours, vraiment, sur la bande dessinée, venaient d’ailleurs parce que ça n’a jamais été une envie des autres fondateurs. C’est toujours moi qui ai fait les textes, c’est toujours moi qui ai positionné le discours, et les autres ont suivi avec leurs travaux pratiques. (MENU, 2009)

62Pour Menu, l’aspect théorique ou programmatique de l’activité d’édition semble donc essentiel, position que l’on retrouve dans les Rab ou les éditos de Lapin : « Mais je n’ai jamais abandonné non plus l’aspect polémique, il y a toujours eu des petites prises de position, régulièrement, à travers toute l’histoire de L’Association. » Revenant sur ce qui faisait la force de L'Association au départ, Menu déclare :

Il y avait un enrichissement mutuel, et ça a commencé à déconner quand une partie des fondateurs a sorti de plus en plus leurs travaux ailleurs qu’à L’Asso, nourrissant l’extérieur plutôt que la structure. Je l’ai fait aussi, d’ailleurs… Je me souviens que Killoffer nous engueulait, moi, Lewis, David, pour faire nos comix chez Cornélius, il avait pas tort. (MENU, 2009)

63En effet, le ton du Rab change progressivement par rapport aux publications extérieures et Les Nouvelles de l'Hydre marquent un retour à l'engagement initial. Toutefois, avant l'implosion du groupe au milieu des années 2000, un sur-moi collectif modère le discours du Rab. Alors que dans son entretien avec Guilbert, Menu laisse entendre un engagement politique assez fort, la seule réelle incursion de L'Association dans le politique est à trouver dans la réédition de L'An 01 de Gébé. Menu écrit ainsi dans le Rab numéro 24 :

L'AN 01 n'est pas seulement un livre de Bande Dessinée génial, c'est aussi un manuel de Philosophie élémentaire toujours capable de changer le Monde. [...] Mais je pense qu'on n'est pas là que pour faire de l'Art, mais aussi pour changer le Monde. (ASSOCIATION, 2000a)

64En conclusion, l'étude de l'accompagnement éditorial des œuvres publiées par L'Association via le Rab de Lapin et Les Nouvelles de l'Hydre souligne l'importance du volet de production symbolique nécessaire à la montée en légitimité du médium. Cette dernière n'est pas uniquement le fait des politiques publiques, de la presse ou de certaines instances de consécration : elle est aussi obtenue et recherchée volontairement par certains des acteurs majeurs du champ, en l’occurrence, les producteurs. Ces derniers, à la fois centraux symboliquement parce qu’à l’origine des œuvres, mais aussi marginaux économiquement car peu bénéficiaires de leur production via leurs droits d'auteurs, arrivent d’autant plus à faire entendre leur voix dans ces luttes de reconnaissance qu’ils sont ici éditeurs. Ils produisent donc un discours d’accompagnement de leurs œuvres, imposant d’emblée une première lecture de leur production qui leur permet d’ancrer leur positionnement comme détenteurs du canon de la bande dessinée reconnue en tant qu’art. Enfin, une telle communication menée dans un cadre commercial, puisqu'il s'agit tout de même de vendre les nouveautés de la maison d'édition, dévoile la porosité existante entre la sphère économique et la sphère culturelle. La reconnaissance d'une culture, la montée d'une forme artistique dans la hiérarchie des légitimités culturelles, ne va pas sans une action de diffusion de cette production. Et cette dernière, avant qu'elle ne soit relayée par d'autres acteurs, comme les porteurs de politiques publiques ou les universitaires, passe avant tout par la commercialisation. L'indépendance éditoriale revendiquée d'une maison d'édition comme L'Association n'a-t-elle pas été permise et enterrinée par le succès commercial de Persepolis ?

Haut de page

Bibliographie

Sources

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Avril 1996a, n° 14.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Juillet 1996b, n° 15.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Octobre 1996c, n° 16.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Avril 1997a, n° 17.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Octobre 1997b, n° 18.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Novembre 1997c, n° 19.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Avril 1998a, n° 20.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Juin 1998b, n° 21.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Novembre 1998c, n° 22.

ASSOCIATION. Le rab de tout le bazar. Décembre 1999, n° 23.

ASSOCIATION. Le rab de pas de Lapin. Mai 2000a, n° 24.

ASSOCIATION. Le rab de la fab. Septembre 2000b, n° 25.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Octobre 2000c, n° 26.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Novembre 2000d, n° 27.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Janvier 2001a, n° 28.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Avril 2001b, n° 29.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Novembre 2001c, n° 1.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Janvier 2002a, n° 2.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Mars-Avril 2002b, n° 3.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Juin 2002c, n° 4.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Automne 2002d, n° 5.

ASSOCIATION. L'antérab. Compte-Rendu par Anticipation de l'Assemblée Générale Ordinaire du samedi 16 novembre 2002. Septembre 2002e.

ASSOCIATION. Le rab de Lapin. Janvier 2003a, n° 30.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Premier semestre 2003b, n° 6.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Second semestre 2003c, n° 7.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Premier semestre 2004a, n° 8.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Second semestre 2004b, n° 9.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Premier semestre 2005a, n° 10.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Second semestre 2005b, n° 11.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Premier semestre 2006a, n° 12.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Second semestre 2006b, n° 13.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Premier semestre 2007a, n° 14.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Second semestre 2007b, n° 15.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Premier semestre 2008a, n° 16.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Second semestre 2008b, n° 17.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Premier semestre 2009a, n° 18.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Second semestre 2009b, n° 19.

ASSOCIATION. Les Nouvelles de l'Hydre. Premier semestre 2010, n° 20.

Ouvrages critiques et articles

BANDIER, Norbert. Sociologie du surréalisme. 1924-1929. Paris : La Dispute, 1999. 414 p. ISBN 2843030285.

BAUDRY, Julien. « Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l'œuvre d'Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID ». Comicalités [en ligne], La bande dessinée : un « art sans mémoire ? », 2011 [consulté le 28 avril 2012]. Disponible sur le Web. URL <http://comicalites.revues.org/578> DOI <10.4000/comicalites.578>

BEATY, Bart. Unpopular Culture. Transforming the European Comic Book in the 1990s. Toronto : University of Toronto Press, 2007. 320 p. ISBN 9780802094124.

BERTHOU, Benoît. « Pour une autre commercialisation de la bande dessinée. Etude sur La Gazette du Comptoir des indépendants ». In DONY, Christophe. DEJASSE, Erwin. OLAV-DOZO, Bjorn (dir.). Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Liège : Presses Universitaires de Liège, à paraître au printemps 2014.

BOLTANSKI, Luc. « La constitution du champ de la bande dessinée ». Actes de la recherche en sciences sociales [en ligne], volume 1, n° 1, 1975 [consulté le 22 avril 2012]. Disponible sur le portail Persée. URL <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1975_num_1_1_2448> DOI <10.3406/arss.1975.2448>

BOURDIEU, Pierre. Les règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris : Le Seuil, 1992. 480 p. ISBN 2020181592.

DEJASSE, Erwin. « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L'Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante. ». Comicalités [En ligne], La bande dessinée : un « art sans mémoire ? », 2012 [consulté le 22 août 2013]. Disponible sur le Web. URL : <http://comicalites.revues.org/1093> DOI <10.4000/comicalites.1093>

GABILLIET, Jean-Paul. Des comics et des hommes. Histoire culturelle des comic books aux États-Unis. Nantes : Editions du Temps, 2004. 478 p. ISBN 2842743091.

GROENSTEEN, Thierry. La bande dessinée, un objet culturel non identifié. Angoulême : Éditions de l'An 2, 2006. 206 p. ISBN 2848560789.

GROUPE ACME. L'Association : une utopie éditoriale et esthétique. Bruxelles : Les Impressions nouvelles, 2011. 221 p. ISBN 2874491238.

GUILBERT, Xavier. « La légitimation en devenir de la bande dessinée ». Comicalités [en ligne], 2011 [consulté le 22 avril 2012]. Disponible sur le Web. URL <http://comicalites.revues.org/181> DOI <10.4000/comicalites.181>

HABRAND, Tanguy. « La “récupération” dans la bande dessinée contemporaine. Par-delà récupérateurs et récupérés ». Textyles : Revue des Lettres Belges de Langue Française [en ligne], volume 36-37, 2010 [consulté le 21 septembre 2013]. Disponible sur le Web. URL <http://textyles.revues.org/1417>

LAHIRE, Bernard. La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. Paris : La Découverte, 2004. 777 p. ISBN 2707142220.

MAIGRET, Eric. « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée ». Réseaux [en ligne], volume 12, n° 67, 1994 [consulté le 22 avril 2012]. Disponible sur le portail Persée. URL <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1994_num_12_67_2742> DOI <10.3406/reso.1994.2742>

MENU, Jean-Christophe. Plates-bandes. Paris : L’Association, 2005. 80 p. Coll. « Eprouvette » (n° 2). ISBN 9782844141644.

MENU, Jean-Christophe. « Avant-garde et Ultracritique ». In L’Eprouvette (n° 1). Paris : L’Association, 2006. 192 p. ISBN 9782844141910

MENU, Jean-Christophe. « JC Menu ». Entretien avec Xavier Guilbert. du9, l'autre bande dessinée [en ligne], 2009 [consulté le 29 avril 2012]. Disponible sur le Web. URL <http://www.du9.org/entretien/jc-menu/>

ORY, Pascal. Goscinny (1926-1977). La liberté d'en rire. Paris : Perrin, 2007. 307 p. ISBN 9782262025069.

PALTANI-SARGOLOGOS, Fred. Le roman graphique, une bande dessinée prescriptrice de légitimation culturelle. [en ligne] Mémoire de master 2. Villeurbanne : Enssib, 2010-2011. [consulté le 22 avril 2012]. Disponible sur le Web. URL <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-56772>

VAN AERTRYCK, Pierre-Nicolas. L'Association. Politique éditoriale et influence dans le monde de la bande dessinée. Mémoire de master 1. Paris : Université de Paris-IV-Sorbonne, 2009-2010.

Haut de page

Notes

1  La plupart des éditeurs de bandes dessinées sont des entreprises et les phénomènes associatifs touchent avant tout la réunion de fans en clubs (voir BAUDRY, 2011).

2 Une comparaison avec d'autres bulletins produits par d’autres éditeurs pourrait être stimulante, comme celui de La Pléiade, ou dans un genre différent et plus ouvert La lettre de Dargaud.

3 Pour Jean-Christophe Menu, Henri Filippini représente ce qui se fait de pire en Bande Dessinée, à la fois à cause de son rôle joué au sein des éditions Glénat avec le magazine Circus et pour son activité de « critique » et notamment la publication de dictionnaires centrés sur les séries et leurs personnages.

4  La « mappemonde » étant le surnom de Jean-Christophe Menu au sein de L’Association : voir le jeu de tarot des fondateurs reproduit à la page 58 de L'Association. Une utopie éditoriale et esthétique (GROUPE ACME, 2011).

5  Cette politique de réédition concerne une minorité de titres et d'auteurs (Caro, Forest, Frydmann, Gébé, Goossens, Mattioli ou Thiriet) par rapport à l'ensemble du catalogue. Dans le domaine du discours, elle est cependant affirmée avec force.

6 L'Association a en effet réédité L'An 01 de Gébé en 2000.

7 Certains auteurs semblent partager ce point de vue comme Bilal, qui sur son site personnel (URL <http://enkibilal.fr/>), indique « L’Etat des stocks. Première édition publiée en 1999, aux éditions ? », le point d'interrogation faisant référence à Futuropolis, tout juste rachetée par Soleil.

8 Les Nouvelles de l'Hydre tentent ainsi de se dédouaner avec humour de faire du commerce avec l'Opération Mimolette qui doit mettre en valeur la collection du même nom à l'aide d'un coffret (ASSOCIATION, 2008b).

9 Mes italiques.

10 Les Triplés est une série dessinée par Nicole Lambert et publiée dans le magazine Figaro Madame.

11 A ce sujet, l'on pourra aussi lire avec profit l'article d'Erwine Dejasse au sujet de L'Eprouvette (DEJASSE, 2012).

12 « Les luttes de définition (ou de classement) ont pour enjeu des frontières (entre les genres ou les disciplines, ou entre les modes de production à l'intérieur d'un même genre) et, par là, des hiérarchies. » (BOURDIEU, 1992, p. 313)

13 « Si L'Association repousse les frontières du champ de la Bande Dessinée en prolongeant ses racines, Frémok effleure la possibilité que ses propres praticiens puissent faire éclater le champ lui-même. » (ma traduction).

14 En 2005, lors du lancement de L'Eprouvette, Menu déclare dans Les Nouvelles de l'Hydre numéro 11 : « Le vide en la matière étant abyssal, et l'indigence de la “critique BD” intersidérale, cette tentative se placera de par sa seule existence sur le terrain de l'Avant-Garde... voire de la Philosophie, si l'on en retient la définition de Nietzsche, qui est de “nuire à la bêtise”. » (ASSOCIATION, 2005b)

15 Ce prix italien est le plus vieux trophée de la profession encore existant et fut précédé par d’autres initiatives (voir par exemple, dans Comicalités, l’article de Thierry Crépin sur le grand prix de l’image française (URL <http://comicalites.revues.org/217>)). Sur le rôle de Claude Moliterni dans l'institutionnalisation de la bande dessinée (BAUDRY, 2011).

16 « Mais la complexification de l’affaire est redoublée par le fait que les premiers à faire déteindre la politique éditoriale de L’Association sur d’autres maisons ce sont les auteurs eux mêmes. » (VAN AERTRYCK, 2010)

17 Certains passages des éditoriaux sont clairement personnels lorsque Menu évoque certains de ses problèmes (ASSOCIATION, 1996b et ASSOCIATION, 2003a) ou directement son divorce (ASSOCIATION, 2000a).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
Légende Le Rab de Lapin, n° 14 du 1er avril 1996, version dactylographiée.
Crédits © L’Association
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Image 2
Légende Les Nouvelles de l’Hydre, n° 1, novembre 2011.
Crédits © L’Association
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Image 3
Légende Le Rab de tout le bazar, n° 23, 23 décembre 1999, version manuscrite.
Crédits © L’Association
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Image 4
Légende Les Nouvelles de l’Hydre, n° 18, premier semestre 2009, planche de présentation des nouveautés.
Crédits © L’Association
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Image 5. Des présentations d’ouvrage qui se rapprochent de celles du catalogue.
Légende Les Nouvelles de l’Hydre, mars 2003.
Crédits © L’Association
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1707/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Image 6
Légende Les Nouvelles de l’Hydre, septembre 2004.
Crédits © L’Association
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1707/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Image 7. Le passage de témoin entre Futuropolis (Florence Cestac, représentée case de gauche) et L’Association (Jean-Christophe Menu, représenté à gauche dans la case de droite)
Légende CESTAC, Florence. La véritable Histoire de Futuropolis. Paris : Dargaud, 2007, p. 98.
Crédits © Dargaud
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/1707/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « La communication éditoriale : un outil de légitimation. Le cas de L’Association », Comicalités [En ligne], Théorisations et médiations graphiques, mis en ligne le 28 septembre 2013, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://comicalites.revues.org/1707

Haut de page

Auteur

Benjamin Caraco

Doctorant en histoire contemporaine à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Benjamin Caraco est conservateur des bibliothèques à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Il est membre de l'Association pour le Développement de l'Histoire Culturelle.

Haut de page