Skip to navigation – Site map

Professeure Moustache contre les médias

Science, bande dessinée, humour et vulgarisation
Pascal Robert

Abstract

La vulgarisation est un geste qui tient à son sérieux et a rarement le sens de l’humour. Que se passe-t-il dès lors lorsqu’une bande dessinée d’humour prétend néanmoins en être le vecteur ? Cet article aborde la question à travers une approche socio-sémiotique, qui permet d’aborder la dimension sémiotique d’une question sociologique et réciproquement. Il explore d’abord les modalités à travers lesquelles cette bande dessinée cherche à donner confiance, puis dresse une typologie des trois modes d’expression singuliers de l’humour de l’auteur, en insistant notamment sur la fonction essentielle du dessin comme véritable trait d’humour, sur la logique du paradoxisme et de l’hyperbole visuelles (dérivées des catégories de la rhétorique) ainsi que sur la logique de l’anthropomorphisation. Enfin, il interroge le triptyque bande dessinée, humour et vulgarisation en cherchant d’une part à comprendre comment la bande dessinée d’humour permet de donner sens, savoir et sujet à la vulgarisation, et d’autre part en soulignant que si il y a critique des médias, il n’y a pas ici critique de la science.

Top of page

Full text

1Une bande dessinée humoristique de vulgarisation est en soi un pari, puisqu’elle cumule deux niveaux de paradoxes : donner à voir un acte de vulgarisation, sérieux, mais sous la forme de l’humour ; mettre en scène cet acte de vulgarisation, mais en le glissant dans le dispositif subversif de la bande dessinée (j’y reviendrai au troisième point) ; enfin, articuler les deux à travers une expression graphique de l’humour au service (?) de la vulgarisation.

  • 1  La bande dessinée n’est pas a priori considérée comme un vecteur de vulgarisation, sauf à la marge (...)
  • 2  Sous-titre qui inverse le propos du livre qui, lui, montre que le cinéma, ce n’est pas de la scien (...)

2Marier bande dessinée1, humour et vulgarisation voilà donc un geste plutôt rare et complexe que nous voudrions analyser sur un mode socio-sémiotique à travers l’exemple du premier tome de Tu mourras moins bête de Marion Montaigne : La science, c’est pas du cinéma !2 (2011). Approche socio-sémiotique qui permet d’aborder la dimension sémiotique d’une question sociologique – celle des signes de la confiance par exemple – comme la dimension sociologique d‘une question sémiotique – cette bande dessinée d’humour est-elle réellement subversive ? Bref, quels mécanismes cette bande dessinée met-elle en œuvre pour vulgariser, tout en maniant l’humour avec, semble-t-il, dextérité, puisqu’elle a reçu le prix du public du festival d’Angoulème 2013 et que les chiffres de ventes sont confortables (plus de 30 000 exemplaires pour le tome 2, paru en septembre 2012). Cette bande dessinée a d’abord existé sous forme de blog, mais elle parait désormais en livre. Sans négliger la première forme, nous nous concentrerons essentiellement sur la deuxième. Cet article n’a bien évidemment pas d’autre ambition que de réfléchir à ce rapport entre vulgarisation, humour et bande dessinée à travers un exemple singulier et n’a pas valeur de généralité.

  • 3  Marion Montaigne utilise le terme Prof ou Profe ou Professeure, nous avons choisi, pour faire plus (...)

3La vulgarisation tient à son sérieux parce qu’elle tient par son sérieux. Dès lors qu’elle se donne sous le spectacle/dans la mise en scène de l’humour, elle risque de voir son crédit s’effondrer, ce qui exige, en compensation de donner des gages de confiance. Bien évidemment, ces gages sont relatifs, ils sont eux-mêmes « joués » et exigent du lecteur qu’il accepte d’y croire… c’est ce que nous allons voir avant de présenter une « petite grammaire » des formes de l’humour de la Pr Moustache3 et de nous interroger sur le triangle bande dessinée, humour et vulgarisation.

Les gages de la confiance : le sérieux (ou presque) de l’affaire…

Une position d’autorité ?

  • 4  Notons que la professeure Moustache n’est, en revanche, pas présentée sur le blog.
  • 5  Dr pour Docteur, MCF pour Maitre de conférences, et Pr pour Professeur (des universités).
  • 6  Dans laquelle le rôle de la science serait tenu par un homme et celui de la communication par une (...)

4Premier gage de confiance : la professeure Moustache… est professeure. Certes, la bande dessinée elle-même ne nous dit pas où, ni ce qu’elle enseigne. C’est bien pourquoi le rabat de la quatrième de couverture nous indique qu’elle est docteur (honoris causa), MCf au collège Luc Ferry (et non au collège de France) et Professeur (honoraire) au MIT (pour Municipal institut de tourisme et non Massachusetts institut of technology)4. Autrement dit, la présentation mêle des éléments qui sont qualifiants (Dr, MCF, PR)5 à des éléments qui, dans la foulée, sont eux, décalés : c’est dans cet écart qu’est censé naitre l’humour. Bref, la Pr Moustache l’est, en effet, grâce à l’accumulation des titres et fonctions, mais manifestement, dans un autre monde que le nôtre, celui de la fiction. D’ailleurs n’est-elle pas une femme à moustache, ce qui est somme toute plutôt rare… je laisse son interprétation au psychanalyste pour ne relever que le symptôme de l’hybridité de la vulgarisation6, singulièrement à vocation humoristique.

5Cela dit, à ne regarder maintenant que le contenu de la bande dessinée elle-même, le statut de professeur de la Pr Moustache est posé comme une évidence. Elle est professeure (Pr) et cela la qualifie entièrement. Elle dispose, ce qui est plus rare dans la réalité (à tout le moins en France), d’une assistante (Nathanaelle) souffre-douleur, qui n’est cependant que rarement convoquée. Bref, il en va, à travers ce titre d’une position d’autorité. Cependant, cette position, qui ici, est celle du narrateur, n’est pas la seule que la Pr occupe, car elle peut également changer de niveau et faire partie du récit et, dès lors, peut être amenée à payer de sa personne puisqu’elle devient l’objet et donc la victime du gag (p. 113-114 ou 144 par exemple ; on peut retrouver les deux dans la même page, par exemple ci-dessous, page 143).

Image 1. Pr Moustache, narrateur (en haut) et acteur (en bas)

Image 1. Pr Moustache, narrateur (en haut) et acteur (en bas)

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 143.

© Ankama

6La position d’autorité s’accompagne a priori d’un discours d’autorité, sérieux et qui ne semble pas laisser place à la discussion. Mais là encore, les choses sont plus complexes puisque le discours oscille, de fait, entre une langue qui renvoie au langage scientifique (« paramètre », p. 11 ; « artère fémorale », « septique », p. 10 ; elle utilise un schéma, page 13, et fait des démonstrations, nous y reviendrons) et le langage (très) relâché de tous les jours (« buter », p. 9 ; « fastoche », p. 10, etc.) dans le mouvement du même gag. Ce mélange ou plutôt cette tension est une des modalités de production d’un effet d‘humour. Il est aussi une variation sur une logique de la vulgarisation que Baudouin Jurdant définit « comme le lieu où s’articulent deux langages : celui de la science et celui du sens commun » (2009, p. 174).

7Il semble qu’il n’y ait pas d’élément de sérieux pur : toute marque de confiance supposée sérieuse est, dans la foulée, contrebalancée et relativisée par son contraire pour nourrir la dynamique de l’humour qui parait, peut être, plus importante que celle de la vulgarisation même (c’est notre hypothèse, nous y reviendrons).

8La confiance est également donnée par le déplacement de la Pr jusque dans les laboratoires : autrement dit, la Pr Moustache, et donc l’auteur, M. Montaigne, vont voir sur place ce que fait le scientifique dans son laboratoire (page 209 et suivantes). Laboratoire qui est remercié au dos de la page de garde d’avoir accepté d’ouvrir ses portes. Ce laboratoire est, de fait, un lieu de crédibilité : on y rencontre un « vrai » scientifique, on le voit au travail et l’on découvre alors ce qu’est une véritable activité scientifique ; véritable et non fictionnelle, comme celle donnée à voir par la télévision ou le cinéma.

Image 2. Le laboratoire, lieu de la crédibilité

Image 2. Le laboratoire, lieu de la crédibilité

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 209.

© Ankama

9Cependant, il arrive que le scientifique soit quelque peu malmené (voir p. 97), sinon torturé, à l’instar de cet astrophysicien (en slip et non en blouse), que l’on menace de la lecture du livre de Paco Rabanne (comme figure du charlatan)… mais c’est afin qu’il accepte de donner des réponses qui ne sont pas forcément agréables à entendre (sur la fin du monde). La Pr Moustache, à défaut de scientifiques, peut aussi, dans les domaines techniques consulter un expert : un policier dans le domaine des armes par exemple, qui, là encore, crédibilise la démonstration.

La compétence, ses procédés et la réalité

10La Pr Moustache montre sa compétence, en définitive, grâce à cinq procédés.

111. En détectant les erreurs commises dans les films et les feuilletons (par exemple : que tirer dans une jambe serait sans gravité, que retirer la balle dans n’importe quelles conditions est indispensable etc.),

122. En faisant des démonstrations qui articulent texte et images…

  • 7  « L’hyperbole (qui) augmente ou diminue les choses avec excès » nous dit Fontanier (cf Jurdant, p. (...)
  • 8  Fontanier définit le paradoxisme de la manière suivante (Jurdant, p. 168) : « un artifice de langa (...)

132.1. Contre la relativisation excessive des choses : si tirer dans une jambe ne constitue qu’un petit problème (dans un film), tirer dans une jambe dans la réalité constitue en fait un gros problème (p. 10) : ce changement d’échelle dans la gravité est montré par l’image parce que d’une part, elle le rend visible (elle le donne à voir) en passant d’un petit trou rougi à une grosse plaie d’où gicle le sang, et que, d’autre part, elle crée une hyperbole visuelle7 dans l’exagération même des grimaces de douleur du personnage, de la puissance du jaillissement du sang rouge et de l’élargissement de la plaie. D’où un paradoxisme visuel8 qui devient une base essentielle de l’humour de M. Montaigne (le « trash »).

Image 3. L’écart entre la réalité et la fiction et le paradoxisme visuel

Image 3. L’écart entre la réalité et la fiction et le paradoxisme visuel

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 10.

© Ankama

142.2. Contre la pseudo-évidence des choses (p. 71) : ainsi de l’idée qu’il pourrait être utile d’avoir un parachute dans un avion de ligne, en montrant les inconvénients majeurs qu’il y aurait à en avoir un (finir broyé dans le réacteur de l’avion, parce que l’on n’en maitrise pas l’utilisation, par exemple) ; là encore M. Montaigne ne cherche pas à euphémiser les résultats pour les rendre acceptables, au contraire, elle en montre le spectacle dans toute sa cruauté et sécheresse, sur un mode sinon objectif, du moins objectivant, qui pose les choses dans leur horreur (les corps déchiquetés) sans le cosmétique qui les amortit dans la fiction,

Image 4. Les conséquences tragiques insoupçonnées...

Image 4. Les conséquences tragiques insoupçonnées...

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 74.

© Ankama

153.En donnant des leçons qui passent essentiellement par le texte, à travers des mots et des chiffres (p. 31 et 148). Les chiffres notamment permettent de connoter la précision et l’idée qu’une telle précision ne s’invente pas, comme si le détail (et il s’agit bien d’une figure du détail) ouvrait un accès direct au réel ou à la vérité.

Image 5. La leçon et sa précision chiffrée

Image 5. La leçon et sa précision chiffrée

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 148.

© Ankama

164.En pratiquant des expériences, qui sont données littéralement à voir et non pas décrites : page 23, voit-on ainsi un véritable lancé de hamster et ce qui s’ensuit. Où l’on retrouve le coté quelque peu « trash » ou brut de décoffrage, qui n’élimine pas les effets collatéraux de la science en train de se faire ou de ce qui pourrait arriver, mais au contraire les exhibe au lieu de les cacher.

 Image 6. L’expérience

 Image 6. L’expérience

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 23.

© Ankama

175. En pratiquant une manipulation, à l’aide de pinces par exemple (p. 218).

  • 9  Mais personne n’est à l’abri de l’erreur, pas même la célèbre Pr Moustache : d’une part parce qu’e (...)

18Enfin, la confiance est en quelque sorte appelée par l’invocation de la « réalité » : puisque l’argument du livre consiste pour l’essentiel à comparer ce que montre la fiction et ce qui se passe « dans la réalité » (par exemple pages 186, 187, 189, 190 – avec ici ou page 191-192 ou page 228 une variation : « la vraie vie » ou page 242, « en vrai »). La science est en prise directe sur la réalité et la Pr Moustache aussi. La vulgarisation sert alors de pont entre cette réalité et la fiction, utilisant l’une pour dénoncer les erreurs de l’autre. La science est l’aune d’une confiance gagée sur le réel et le vrai, qui peut redresser les images fausses délivrées par la fiction : la vulgarisation est l’outil qui permet ce redressement9.

19La confiance qu’engendre, malgré tout (c’est-à-dire malgré l’humour) la Pr Moustache, est certes liée à son statut (néanmoins bousculé, nous l‘avons vu), à la visite du laboratoire et à la figure de l’expert, mais surtout aux cinq modalités d’expression de la compétence de la Pr à travers sa maitrise d’opérations à vocation scientifique (démonstration, manipulation etc.). Cependant, nous l’avons déjà vu (quoique j’ai volontairement bridé/neutralisé dans ce premier temps son évidence) l’humour entre dans une relation serrée avec ces gages de confiance et s’y trouve bien souvent tressé.

Petite grammaire des formes de l’humour de la Pr Moustache

Trait d’humour

  • 10  Une filiation revendiquée d’ailleurs (H. Morin).

20L’humour de cette bande dessinée prend d’abord sa source dans le dessin de M. Montaigne. Autrement dit, l’humour ne dépend pas que du seul scénario. Il en va d’une dimension intrinsèquement graphique de cet humour ou d’un véritable humour graphique. En ce sens, le dessin de M. Montaigne est dans la droite ligne d’auteurs comme Reiser10 ou Franquin dont le dessin est un vecteur essentiel de l’humour. La ligne brouillée, non-finie, rapide, instable et turbulente de M. Montaigne, jamais entièrement ni canalisée ni « canalisante », toujours au bord de son propre vacillement, de sa propre explosion, vaut en soi comme un véritable trait d’humour. Paradoxalement, c’est parce que ce trait est déconstruit, à peu prés, non abouti, non léché qu’il se met d’autant plus au service de l’expression la plus vive et la plus vivante… jusqu’au trash des corps déchiquetés… dont le traitement et le trait est, lui, toujours jaillissant comme l’est le sang qui gicle. Autrement dit, ce dessin est isomorphe à ce qu’il met en scène : il est tendu pour dire la tension, explosé pour dire l’explosion, mais beaucoup plus rarement calme, car il est rare que règne la sérénité. Ce dessin fonctionne en définitive comme une sorte d’écriture graphique, rapide dans son expression, qui mimerait au plus prés le ce dont il est question. Nous sommes presque à l’opposé d’un Hergé et du trait posé de ce que l’on appelle la « ligne claire » dont l’humour ne repose pas sur l’adéquation du trait à la chose, mais tout au contraire dans le contraste saisissant entre, par exemple, un trait globalement sage qui met néanmoins en scène un capitaine Haddock pour le moins colérique. Chez Hergé, l’humour graphique tient dans cet écart, alors que chez M. Montaigne, il tient dans son absence, autrement dit dans la superposition/l’adéquation parfaite entre la forme et le fond.

Image 7. Le dessin comme trait d’humour

Image 7. Le dessin comme trait d’humour

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 144.

© Ankama

21La professeure Moustache n’est pas quelqu’un de quiet : ses yeux grands ouverts, ronds, la moustache quelque peu sévère, elle transcrit une relation inquiète au monde. Professeure, elle sait, mais scientifique, elle cherche à comprendre : le savoir se révèle dans l’écart qui sépare ce qu’elle maitrise ou ce qu’elle découvre dans le laboratoire ou grâce à l’expert et ce que montre les médias. Au delà du dessin lui-même, M. Montaigne manipule globalement deux formes d’humour : l’une n’est pas directement liée à l’acte de vulgarisation, l’autre lui est constitutif.

L’humour « perpendiculaire »

22Il y a dans cette bande dessinée un humour qui pourrait avoir lieu ailleurs, c’est-à-dire qui pourrait trouver son lieu d’expression tout aussi légitime dans une autre logique que celle de la vulgarisation. Lorsque l’auteur pratique l’auto-dérision (p. 34), la démarche peut s’appliquer à un tout autre registre que celui de la vulgarisation : au lieu de faire un « blog pseudo-scientifique pour avoir l’air plus intelligent », ce pourrait être faire un blog consacré au sport pour avoir l’air plus sportif. Lorsque l’auteur ose faire un jeu de mot de premier degré (p. 187-188), que la Pr Moustache (et donc l’auteur) relativise dans la foulée (en excipant de la nécessaire décompression face à des situations difficiles), cela pourrait arriver dans d’autres situations professionnelles (telle que la guerre par exemple). Il en va de même dans cet usage quelque peu déformé de la langue anglaise qui, afin de s’approcher au plus prés de certains tics de langages de certains films américains, en vient à réduire son emploi plutôt répétitif à quelques gros mots bien connus désormais (par exemple, page 44). L’intervention du hasard n’est pas plus liée à la vulgarisation (p. 45), quand bien même il prend toujours la forme du croisement de deux séries causales indépendantes à la Cournot (ici, un avion en feu qui s’écrase sur un navire en pleine mer).

Image 8. L’humour « perpendiculaire » au récit (1)

Image 8. L’humour « perpendiculaire » au récit (1)

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 81.

© Ankama

23Tintin et le Capitaine Haddock sont en quelque sorte invités (p. 81) lors d’un gag, à brûle pourpoint, pour illustrer un « effet ventouse » : Tintin s’en retrouve bien évidemment déchiqueté, bien loin de ses aventures habituelles (mais il a néanmoins réussi à rapporter un « litron » au capitaine Haddock, nous dit-on !)… autrement dit, une part, non négligeable de l’humour de M. Montaigne repose sur une logique que je nommerais volontiers de perpendiculaire. En effet, elle n’est pas dans la ligne de ce qui est montré, mais vient, par association d’idée, se greffer comme perpendiculairement à un point de la démonstration : que ce soit Mireille Mathieu en Russie (où elle est encore (re)connue, p. 135), Johnny (qui « allume le feu », p. 41) ou les frères Bogdanoff (p. 138) et la téléportation (p. 50), Jean-Luc Delarue (et l’avion, p. 51), Mickey Rourke (le « catcheur douillet », p. 227), L’inspecteur Navarro (et sa mort supposée, p. 233) ou encore Jésus (p. 230) et la naissance (p. 231), voire les surgelés Picard (et la congélation, p. 101), tous interviennent dans le cours de l’action par une irruption non prévisible qui provoque le sourire ou le rire. Il en va de même lorsque M. Montaigne mélange deux références à la fois proche (le monde de la science fiction) et radicalement opposées (E.T – gentil, et Alien – méchant), sous la forme d’un alien qui prend les traits d’E.T. Enfin, de manière tout aussi abrupte dans le cours du récit, les personnages peuvent changer, avec, pour mettre en scène une question d’hivernage, l’emploi des personnages de Winnie l’ourson, qui finissent bien évidemment dans un triste état… loin de leur standard plutôt joufflu : l’humour nait à la croisée du décalage d’utilisation, comme acteurs et sans coup férir, des personnages de la série enfantine et leur dégradation physique radicale (de maigre à l’état de squelette, page 128).

 Image 9. L’humour « perpendiculaire » au récit (2)

 Image 9. L’humour « perpendiculaire » au récit (2)

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 150.

© Ankama

Economie de la grandeur humoristique

24L’humour que produit la bande dessinée de M. Montaigne est également lié à l’acte de vulgarisation qu’elle revendique (puisqu’elle qualifie elle-même, au travers de la Pr Moustache, son blog de pseudo-scientifique, ce qui laisse supposer qu’il renvoie à la science sans s’y adonner vraiment, bref, qu’elle fait de la vulgarisation).

25La science travaille à mettre en évidence, à expliquer – et si possible à répliquer – des relations causales ; la vulgarisation va avoir tendance à les donner telles quelles sans pouvoir exhiber la logique de leur explication ; une part de l’humour de M. Montaigne repose justement sur une amplification du rapport cause/conséquence.

26Ce peut être, et c’est pour le moins inattendu, un lapin (un « lapinou », nous dit-on, pour bien marquer la dimension du rapport affectif que l’on entretient avec l’animal) qui, heurté par un avion dont le commandant avait décidé de l’écraser, en vient à le faire basculer sur le dos (l’avion, pas le lapin, page 54) : la cause est, en termes physiques, quasi-nulle, les conséquences sont considérables, tant en termes techniques, économiques, qu’humains. Nous l’avons vu, cela correspond à la logique du paradoxisme et de l’hyperbole visuelle par exagération. Version irréaliste (mais pro-lapin) de la relation cause-conséquences, variation qui rejoue le David-lapin (petit et doux) contre le Goliath-technique (gros et dur). Relation improbable qui subvertit en quelque sorte de l’intérieur le rapport causal.

Image 10. Causes et conséquences : la diproportion

Image 10. Causes et conséquences : la diproportion

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 54.

© Ankama

27Logique, mais cette fois doublement décalée, des conséquences : décalée parce qu’il s’agit de simuler les conséquences possibles de ce que l’on pourrait faire aujourd’hui ou demain (avec des conséquences après demain), comme congeler des humains : où l’on voit Démolition man, nu, en voie de décongélation par le Pr Moustache ; décalée, parce que son intervention malheureuse, le fait chuter et en « casse un bout »… on devine lequel. Mais ces conséquences sont néanmoins logiquement prévisibles : parce que décongeler un homme sera délicat et les tissus « altérés » deviendront effectivement « cassants » et fragiles (p. 102-103).

28Remplir les poumons d’un homme de gaz PFC pourrait lui permettre de respirer sous l’eau, à condition d’être soutenu par un respirateur (car l’effort demandé aux poumons serait trop intense) : les orifices remplis (tous) et le respirateur (énorme) sur le dos, l’homme ne peut que couler… ce que nous montre précisément M. Montaigne. Même sans aucune intervention malheureuse du Pr Moustache, les conséquences se révèlent bien plus compliquées qu’il ne semblait de prime abord, voire impossible à assumer. Se battre avec un sabre laser, en l’état de nos connaissances scientifico-techniques, requerrait une telle énergie qu’il faudrait porter sur le dos une petite centrale nucléaire : autrement dit, là encore les conséquences, s’avèrent d’une telle échelle pour l’être humain qu’il ne peut en aucun cas les assumer de manière réaliste. Passage au réel donc : si l’on accepte les prémisses (causes), à l’instar de l’existence d’un sable laser, il faut en tirer les conséquences dit-on, qui, elles, s’avèrent incommensurables ou à tout le moins disproportionnées et donc irréalistes. La vulgarisation, ici, revient à l’établissement d’un principe de réalité qui est mis en scène dans un humour qui lui est isomorphe, puisqu’il consiste à montrer visuellement cette grandeur même de la conséquence qui rend les choses impraticables (conséquence de la conséquence : le générateur trop lourd qui fait couler le héros).

29La conséquence, enfin, peut dériver d’une solution que l’on croit a priori bonne, mais qui s’avère, à l’expérience, désastreuse (p. 160-161) ; suspens sur lequel repose l’humour quelque peu trash de cette bande dessinée : on croit les spationautes sauvés, ils sont victimes d’un incendie.

Image 11. Un humour trash

Image 11. Un humour trash

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 186.

© Ankama

  • 11  Comme le souligne l’auteure : « je trouve la vie trash : aller dans un hôpital peut être assez vio (...)
  • 12  Nous nous inspirons ici de Boltanski et Thévenot (1991).

30« Trash »11, en effet, que cet humour le plus souvent (p. 10, 24, 33, 37, 74, 81, 99, 146, 157, 173, 186, 187, 193, 199, 224 et 242), mais pas plus que ne le sont nombre de feuilletons policiers américains d’aujourd’hui, qui n’hésitent pas à montrer des cadavres souvent abimés ou l’expérience/expérimentation scientifique elle-même lorsqu’elle pratique une dissection par exemple (la différence, c’est que, cette fois, ici, c’est la fourmi qui lacère et découpe l’humain). Le « trash » n’est qu’une autre manière de montrer le rapport cause-conséquences dans un registre qui implique directement le corps et qui amplifie ce qu’il en advient (la plaie énorme d’où gicle le sang après le tir d’une balle par exemple, p. 10). « Trash », parce que l’on voit ici, ce que la bande dessinée franco-belge nous a caché pendant longtemps et notamment pour cause de censure : la violence et, surtout, ses conséquences. « Trash », parce que la bande dessinée montre soit ce qu’il en est « réellement » d’une action édulcorée par le cinéma ou la télévision, à moins, qu’à l’inverse, elle ne souligne que le « trash » exhibé par les feuilletons notamment devrait, de fait, être abordé non avec la désinvolture avec laquelle évoluent les acteurs mais par un luxe de précautions (combinaisons etc.) qui rend les choses beaucoup plus lourdes. Là encore, l’acte de vulgarisation et l’humour se glissent dans l’écart qui sépare ce que l’on nous montre sur nos écrans et ce qui arrive ou devrait arriver « réellement ». Là encore il en va d’une économie de la grandeur humoristique12 qui règle le fonctionnement d’un humour qui repose sur le paradoxisme et sur l’hyperbole visuelle, qui amplifie ce qui est donné à voir : l’écrabouillement du corps, avec le sang qui jaillit, les organes déchirés ou expulsés et/ou les grimaces de douleurs intenses et paroxystiques, rien ne nous est épargné.

31Le trait est partie intégrante de cette économie : il ne s’y rajoute pas, mais l’exprime pleinement. Car cette logique de l’exagération ne relève pas d’une description, mais bien d’une monstration (Philippe Marion) par le dessin qui la met en scène devant nos yeux sans intermédiaire, sans euphémisation, sans censure, ni de l’auteur ni de notre part. L’image est là, présente, sans fioriture, sans détour, sans cosmétique : nous ne pouvons pas la fuir (sauf à fermer le livre, à déserter), nous ne pouvons que la recevoir dans sa virulence même (et dans cette virulence qui dit si bien la violence). C’est là toute sa force. Force de démonstration singulière de l’image, qui n’est pas une démonstration à vocation scientifique réglée, mais une démonstration de force qui projette le sang et la chair comme conséquence néfaste de la puissance de la technique. Car, à travers le cinéma ou la télévision, c’est aussi la puissance de la technique qui est mise en cause : technique libérée, qui s’échappe à elle-même et que l’on ne pourrait maitriser que dans l’univers de la fiction justement, car, dans le réel, elle nous échapperait également et deviendrait dangereuse par déchainement de puissance. Paradoxalement, l’humour s’insinue dans cette différence, dès lors qu’il tourne en dérision le réel que la fiction tente d’instaurer et montre son irréalisme fondamental. Ce qui, nous le verrons, est aussi, voir d’abord une critique des médias.  

32Comme nous l’avons vu, la Pr Moustache n’occupe pas seulement la position de narrateur, elle intervient directement dans le récit comme acteur. Autrement dit, elle paie de sa personne et nous montre ce qu’il advient lorsque l’on subit les inconvénients inhérents à certains ratés de la techno-science : une téléportation qui se traduit par la production d’un double et qui nécessite l’élimination de « l’original » (p. 146), à moins qu’elle ne se fasse amputer d’un bras lors d’un exercice de maniement du sable laser (p. 166), qu’elle participe à une féroce guerre contre les robots (p. 176) ou qu’elle se tire une balle dans le pied, nous l’avons vu, pour savoir si le geste est vraiment anodin (p. 14), quand elle ne finit pas sous camisole (p. 116). Cette implication de la Pr Moustache participe d’une mise en spectacle de l’acte de vulgarisation, puisque le vulgarisateur, ici, descend dans l’arène et prend des risques, quand bien même la Pr Moustache revient toujours en forme à l’épisode suivant (sans que l’on sache comment).

33L’humour peut également être lié à un dépassement du film, de science fiction notamment, soit que l’on revienne en arrière pour montrer que l’idée de telle ou telle technologie date déjà de quelques décennies (à l’exemple, page 110, du vol individuel grâce à un propulseur fixé dans le dos qui remonte aux année 60, dans une technique apparemment peu fiable – trajectoire aléatoire et vulnérabilité), soit que l’on anticipe (p. 109 ou p. 114-116) sur la généralisation d’un type de technique (comme la surface de manipulation des données, transparente, de Minority report ou le monde d’une publicité individualisée ciblée mais publique qui produit un effet miroir déconcertant). L’humour, sur ce fond, vient d’un passage à la limite d’une idée, d’une notion ou d’un outil : la vulnérabilité du soldat propulsé qui se transforme en véritable cible d’un tir au pigeon, la transparence de l’interface qui offre une visibilité à ce qui devrait rester caché, une publicité qui dévoile publiquement tout de votre intimité…

Image 12. Publicité personnalisée... mais publique

Image 12. Publicité personnalisée... mais publique

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 114.

© Ankama

34Enfin, l’humour de Tu mourras moins bête !, s’appuie sur une logique de l’anthropomorphisation : les globules blancs déguisés en policiers du corps (p. 123), le Hamster blessé soigné dans un lit (p. 28), les jeunes asticots ou les mouches qui parlent (p. 212-214) à moins qu’elle ne se confie sur un divan (p. 203 et suivantes), etc… D. Jacobi avance que « la vulgarisation scientifique recourt [notamment dans la « représentation de l’infiniment petit »] à ce que G. Durand a appelé la « gullivérisation » qui, note-t-il, « part toujours d’une fantaisie de l’avalage » (p. 130). Je ne pense pas que l’on gagne à rapprocher les figures anthropomorphisées de M. Montaigne aux gnomes et autres lutins : leur nature, fonction et situation sont différentes. La supposée « gullivérisation » fonctionne sur un mode qui ne sort pas de l’univers mythique-magique qu’il analyse, alors que, de fait, elle renvoie à deux opérations : celle du changement d’échelle (petit-grand ou grand-petit) d’une part et celle de l’identification anthropomorphe d’autre part (ce que souligne à juste titre Jacobi). D. Jacobi parle alors « d’infantilisme, de régression à des stades immatures » : or, les globules blancs de M. Montaigne n’ont rien d’immatures ; au contraire, ils mettent en scène une fonction de défense et de répression, à travers l’équivalent fonctionnel sociétal de la police. Jacobi conçoit cette « gullivérisation » comme un processus « d’animisation », ce qui supposerait qu’elle est crue au premier degré, ce qui est pour le moins improbable : le lecteur sait que cette représentation des globules est fausse, imagée pour faire comprendre et faire sourire. Bref, l’image de Gulliver mobilisée par Durand brouille les choses au lieu de les expliquer. Raisonner en termes d’opération(s) est beaucoup plus simple et clair (puisque les catégories sont différentes de celles de l’objet) et évite de fausses conclusions : car, il ne suffit pas de faire parler une mouche ou un globule pour devenir animiste. C’est – et Jacobi le montre de manière bien plus convaincante quelques pages plus loin nknk – une métaphore visuelle qui donne figure à une fonction abstraite (le transport, donné à voir sous la forme d’un camion dans l’exemple analysé par D. Jacobi ou la défense-répression donnée à voir par l’uniforme policier dans notre cas). Autrement dit, convoquer une pseudo-anthropologie n’apporte rien en termes d’explication pour désigner l’opération rhétorico-sémiotique qui structure ce discours visuel de la bande dessinée de vulgarisation.

Image 13. L’anthropomorphisme

Image 13. L’anthropomorphisme

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 123.

© Ankama

Humour, bande dessinée et vulgarisation

A priori, sur la science et la bande dessinée

35La science est une activité contrôlée, précise et rigoureuse. Elle se traduit par l’élaboration de procédures strictes, suivies de manière stricte et testées de manière également stricte. Elle s’exprime dans un langage codé (concepts, mathématiques, figures). Or, une bande dessinée humoristique renvoie plutôt a priori à une activité qui, tout au contraire, est censée être relâchée, délirante, intuitive, turbulente, peu cohérente, etc. On oppose tout aussi bien l’humour au sérieux : car l’un est légèreté et frivolité (voire irresponsabilité) alors que l’autre serait conscience de la profondeur des choses et de leur valeur. Or, la lecture de M. Montaigne (et bien sûr de quelques autres auparavant) montre que cette vision des choses est fausse : car la bande dessinée est également codée dans son système sémiotique propre (certes moins strictement que ne le sont les mathématiques, mais l’on reconnait néanmoins bien une bande dessinée d’abord par sa forme, comme c’est le cas d’une expression mathématique). Sa mécanique du rire ne laisse rien au hasard et repose sur une logique précise pour que le gag fonctionne : elle épouse, ici, le plus souvent les grandes lignes/articulations de la logique de la démonstration scientifique d’ailleurs, n’en poussant à la limite que les formes et/ou les conséquences ; et même quand elle s’en éloigne, comme dans la forme d’humour « perpendiculaire » repérée plus haut, il faut insérer le trait de manière précise, sinon cela ne marche pas. Le sérieux n’est pas forcément profond, mais peut être seulement ennuyeux ; et l’humour peut, en revanche, dire des choses fort graves à sa manière : parler de la vie et de la mort qu’y a-t-il à la fois de plus grave et de plus essentiel ? Bien évidemment ni M. Montaigne ni la bande dessinée ne font pour autant de la science. Mais elles participent à une présentation de soi (pour reprendre et décaler le jargon de Goffman) de la science, puisqu’il s’agit bien du discours d’une supposée professeure d’université, qui, nous allons le voir, lui restitue sens, savoir et sujet, pour reprendre le triptyque de B. Jurdant.

Sens, savoir et sujet

36B. Jurdant pense que la vulgarisation cherche un sens, un savoir et un sujet à une science qui en serait dépourvue (Jurdant, pages 175 et suivantes). Quel sens, la bande dessinée humoristique de M. Montaigne apporterait-elle à la science ? On supposerait et M. Montaigne la première, que c’est la science qui s’offre comme une caution, mais à en croire B. Jurdant ne faut-il pas également poser l’hypothèse d’une science qui trouverait en ce lieu étrange d’une bande dessinée d’humour, une forme de légitimation ? En effet, la science ici convoquée prend un sens nouveau, qui n’est pas celui qu’elle se fixe a priori : car la science n’est pas vérité, mais exploration-construction de la connaissance. Or, ici, la science devient l’aune à laquelle se mesure, au plus prés, la vérité ou la fausseté de ce que les médias (télévision et cinéma) nous proposent. La science prendrait également son sens donc dans cette capacité qui serait moins celle de dire le fonctionnement du monde que de dénoncer la fiction en posant le « réel », nous l’avons vu.

37Cette science là détient quelque part la vérité, à tout le moins est-elle une instance de vérité qui permet de mesurer cette différence que l’on va appeler, dès lors, erreur. Mais cette instance de vérité ne se donne pas d’évidence. Autrement dit, la vérité est cryptée et n’est guère accessible comme telle au commun des mortels. La vulgarisation, en l’occurrence par le biais de l’humour, va la réinstaurer en un savoir, c’est-à-dire quelque chose d’accessible : un savoir enfin jubilatoire, bien différent de celui, janséniste, que l’on acquiert dans la souffrance à l’école.

  • 13  Quand bien même assiste-t-on à un retour du scientifique et du laboratoire dans certaines nouvelle (...)

38La science s’est largement construite dans l’absence de celui qui la fait13. La vulgarisation restitue sa place au sujet, soit sous la figure de la Pr Moustache, qui pose les problèmes et met en scène les solutions, soit sous la figure de la Pr-Moustache-comme-acteur qui entre elle-même en scène, s’impliquant, soit, enfin, grâce à ses visites de laboratoires où l’on voit, le scientifique au travail. La science n’est plus anonyme, elle n’est plus abstraite, elle s’incarne et ses conséquences avec, notamment sur le corps, et d’autant plus que l’exposition de la vérité n’est pas sans danger. En ce sens, ce livre est un livre de vulgarisation… mais les choses sont peut être un peu plus compliquées.

Subversion ?

39La vulgarisation n’est en rien subversive (Jurdant, p. 216), alors que la bande dessinée – je l’ai montré ailleurs (Robert, 2011), l’est intrinsèquement, car c’est son dispositif sémiotique lui-même qui est subversif. Ce qui explique pourquoi la bande dessinée est un bon vecteur de l’humour et singulièrement d’une logique (nous l’avons vu) de l’ironie (des choses et des situations). C’est pourquoi il ne me semble pas déraisonnable de nous demander si la bande dessinée n’en vient pas à subvertir, par cette même ironie, l’acte de vulgarisation lui-même : d’une part, en le mettant en scène sur un mode décalé, car la Pr Moustache est en quelque sorte l’incarnation d’une figure d’ironie de la vulgarisation elle-même, puisqu’ici cet acte de vulgarisation n’a lieu que dans son propre renversement ironique, loin de son sérieux habituel ; et d’autre part en la mettant à son service, en ce sens que M. Montaigne passe par la vulgarisation pour faire de l’humour plus encore qu’elle ne passe par l’humour pour faire de la vulgarisation (ce qui signifie qu’elle se trompe peut être sur son propre projet ?).

  • 14  Comme le souligne H. Morin : « les OGM, le nucléaire, le progrès ? Elle ne s’y frotte pas. « Quand (...)

40Le « média » bande dessinée s’inscrit ainsi dans un espace de médiation du savoir entre la science – référence – et les médias (télévision et cinéma) comme une sorte de redresseur : car en grossissant le trait jusqu’à ses conséquences ultimes (blessures ou mort) il montre également en quoi notre vision sidérée ne se pose pas de questions, adhère sans distance à ce qui nous est donné à voir. La bande dessinée fonctionne, dès lors, comme un principe de réalité adossé à la science, contre la fiction désinvolte de la télévision et du cinéma. Face au regard saturé par les images mobiles, mouvantes qui nous emportent et que l’on n’interroge pas, ses images fixes mais dynamiques restituent le temps plus long du détour réflexif : en ce sens, cette bande dessinée, qui éduque le regard, prend une dimension politique (au sens large), si l’une des urgences politiques de notre époque est de nous enseigner à dépasser le voir pour retrouver un regard critique. L’acte politique de conscience médiatique se paie néanmoins d’une révérence à la science, comme si l’éducation critique du regard (face aux médias – et il s’agit bien en ce sens d’une forme de vulgarisation) ne pouvait que se payer par un déficit critique à l’égard de la science (avec un grand S, quand bien même la sociologie éponyme a montré depuis longtemps maintenant qu’elle n’existe pas)14 : ne peut-on décidément avoir la critique des médias et la critique de la science à la fois ? Doit-on inévitablement s’aveugler d’un œil pour mieux voir de l’autre ?

Conclusion 

  • 15  cf. la note 10.

41Avec la Pr Moustache nous sommes loin de l’idéal du scientifique type incarné par le Pr Tournesol (Raffin et Gangloff, 2007). Le scientifique était détaché du monde, distrait et quelque peu génial. « Stéréotype de premier degré » selon C. Raffin et JL. Gangloff. Détaché, le Pr Tournesol, par sa surdité, ses vêtements sans âge et sa distraction elle-même, que la surdité ne fait d’ailleurs que renforcer… mais il était capable d’inventer des machines plutôt impressionnantes, destructrices comme celle de l’Affaire Tournesol, par le truchement du son, ou exploratoire comme cette fusée qui va permettre à toute la bande de découvrir la lune. En revanche, la Pr Moustache s’inscrit parfaitement dans le « stéréotype du deuxième degré », qui prend de la distance par rapport au premier. Ici, la distance semble maximale. Car ni Mortimer ni Tournesol ne sont trash : leur humour est involontaire pour le second (lié à sa surdité et aux quiproquos qui s’ensuivent), ou fort discret pour le premier ; la Pr Moustache est de fait et volontairement un personnage humoristique, qui est fait pour faire rire autant que vulgariser, quitte à passer par cette hyperbole visuelle qui grossit toujours l’atteinte au corps, jusqu’au dégout peut être pour certains lecteurs. Car Mortimer et Tournesol parlent un langage soutenu, alors que la Pr Moustache oscille entre le jargon et la familiarité. Car ni Mortimer ni Tournesol, quoique sérieux, ne donnent de leçon : l’un invente et l’autre résout des énigmes ; on ne sait jamais comment l’invention vient à l’existence d’un coté et si l’on suit une démonstration de l’autre, elle n’a pas vocation scientifique, mais policière. Car Mortimer et Tournesol, quand bien même participent-ils à des aventures et en sont les premiers héros pour Blake et Mortimer, n’en subissent que ponctuellement les conséquences et ne paient jamais de leur personne comme le fait la Pr Moustache, qui peut y perdre un bras, prendre une balle dans le pied, finir chez les fous, etc. La seule chose qui les réunisse vraiment c’est une approche non critique de la science, pour des raisons de relative croyance en la science ou de censure pour les uns (Raffin et Gangloff) ou pour des raisons plus personnelles pour M. Montaigne15… personnelles certes, mais sociologiques aussi, car il s‘agit peut être d’un symptôme à la fois de notre société (qui a bien du mal à penser sa techno-science (Robert 2012)) et de la vulgarisation elle-même, qui s’est rarement voulue critique et déconstructrice de la science.

Top of page

Bibliography

ALLAMEL-RAFFIN, Catherine. GANGLOFF, Jean-Luc. « Le savant dans la bande dessinée : un personnage contraint », Communication & Langages, n° 154, 2007, p. 123-133. Disponible sur le portail Persée. URL <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_2007_num_154_1_4696> DOI <10.3406/colan.2007.4696> (page consultée le 12 mars 2015).

BOLTANSKI, Luc. THEVENOT, Laurent. De la justification. Paris : Gallimard, 1991.

JACOBI, Daniel. Textes et images de la vulgarisation scientifique. Paris : Peter Lang, 1987.

JEANNERET, Yves. Ecrire la science. Paris : PUF, 1994.

JURDANT, Baudoin. Les problèmes théoriques de la vulgarisation. Paris : EAC, 2009.

GROENSTEEN, Thierry. Le système de la bande dessinée. Paris : PUF, 1999.

MARION, Philippe. Traces en cases. Louvain (Belgique) : Academia, Université catholique de Louvain, 1993.

MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1 Roubaix : Ankama, 2011.

MORIN, Hervé. « Marion Montaigne, dessine-moi un chercheur ». Entretien avec Marion Montaine, Le monde, février 2012. Disponible en ligne. URL < http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/11/15/marion-montaigne-dessine-moi-un-chercheur_1791358_1650684.html> (page consultée le 13 mars 2013).

PEETERS, Benoit. Lire la bande dessinée. Paris : Flammarion, 2005.

ROBERT, Pascal. « De la “subversion sémiotique” comme mode d’existence matériel de la bande-dessinée », Communication et Langages, n° 167, 2011, p. 53-71.

ROBERT, Pascal. L’impensé informatique, critique du mode d’existence idéologique des TIC. Volume 1. Les années 70-80. Paris : EAC, 2012.

ROBERT, Pascal. « L’article scientifique multimédia : vers un nouveau régime de visibilité de la science ? ». Lille : colloque Cide 2013, 21-22 novembre 2013.

ROBERT, Pascal. « La bande dessinée entre paradoxes et subversion sémiotique », in DACHEUX, Eric (dir.), Bande dessinée et lien social. Paris : CNRS éditions, « Les Essentiels », 2014.

Top of page

Notes

1  La bande dessinée n’est pas a priori considérée comme un vecteur de vulgarisation, sauf à la marge en tant que bande dessinée éducative spécialisée, produite par des éditeurs souvent péri-scolaires, dans des productions peu connues, sinon hors commerce du moins liées à des circuits spécialisés (Canopé, etc.). A tout le moins, tel n’est pas forcément l’objectif, quand bien même la qualité de certaines reconstitutions historiques, par exemple, donnent à voir de manière assez remarquable la vie à Rome (pensons à la série Murena) et peuvent être alors lues et mobilisées en ce sens dans un cours d’histoire.

2  Sous-titre qui inverse le propos du livre qui, lui, montre que le cinéma, ce n’est pas de la science.

3  Marion Montaigne utilise le terme Prof ou Profe ou Professeure, nous avons choisi, pour faire plus court le sigle Pr, qui signifie Professeur des universités.

4  Notons que la professeure Moustache n’est, en revanche, pas présentée sur le blog.

5  Dr pour Docteur, MCF pour Maitre de conférences, et Pr pour Professeur (des universités).

6  Dans laquelle le rôle de la science serait tenu par un homme et celui de la communication par une femme ?

7  « L’hyperbole (qui) augmente ou diminue les choses avec excès » nous dit Fontanier (cf Jurdant, p. 169) et que j’applique ici à l’image.

8  Fontanier définit le paradoxisme de la manière suivante (Jurdant, p. 168) : « un artifice de langage par lequel des idées et des mots, ordinairement opposés et contradictoires entre eux, se trouvent rapprochés et combinés de manière que tout en semblant se combattre et s’exclure réciproquement, ils frappent l’intelligence par le plus étonnant accord et produisent le sens le plus vrai comme le plus profond et le plus énergique ». Barthes courbe cette définition, de l’accord vers la transgression : car, dit-il à propos du paradoxisme, « toute alliance de deux termes antithétiques, tout mélange, toute conciliation, en un mot, tout passage du mur de l’antithèse constitue […] une transgression » (Cité par Jurdant, Idem). J’étends ici la notion aux images de cette bande dessinée dont le mouvement montre souvent deux positions à la fois apparemment radicalement opposées et proches, mouvement qui produit un effet transgressif : la balle qui, à la fois, ne fait pas mal et fait mal, fait un petit et un gros trou, montrée par un dessin qui, appuyé par l’hyperbole, devient dès lors transgressif.

9  Mais personne n’est à l’abri de l’erreur, pas même la célèbre Pr Moustache : d’une part parce qu’elle en reconnait une elle-même (page 215, mais commise page 205), à sa grande honte semble-t-il (elle rougit) ; d’autre part parce qu’un lecteur de son blog fait remarquer que les photons du rayon laser ne poursuivent pas leur route ad infinitum et que ce rayon n’est pas droit (voir URL < http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2012/10/reponse-au-prof-moustache-en-dessins.html >, page consultée le 4 avril 2015). Enfin, j’ajouterais volontiers que le mistral ne souffle pas dans le Nord de la France, ni du sud vers le nord, mais dans le Sud, du nord au sud (p. 41).

10  Une filiation revendiquée d’ailleurs (H. Morin).

11  Comme le souligne l’auteure : « je trouve la vie trash : aller dans un hôpital peut être assez violent » (Le monde, 2012).

12  Nous nous inspirons ici de Boltanski et Thévenot (1991).

13  Quand bien même assiste-t-on à un retour du scientifique et du laboratoire dans certaines nouvelles modalités de présentation de l’article scientifique sur internet (Robert, 2013).

14  Comme le souligne H. Morin : « les OGM, le nucléaire, le progrès ? Elle ne s’y frotte pas. « Quand ça rejoint le politique, je suis moins à l’aise : il faut être dans l’actu et ça vieillit vite » admet-elle. « Et sans doute m’ouvrirait-on moins les portes des labos » (Le Monde).

15  cf. la note 10.

Top of page

List of illustrations

Title Image 1. Pr Moustache, narrateur (en haut) et acteur (en bas)
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 143.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-1.jpg
File image/jpeg, 176k
Title Image 2. Le laboratoire, lieu de la crédibilité
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 209.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-2.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Image 3. L’écart entre la réalité et la fiction et le paradoxisme visuel
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 10.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-3.jpg
File image/jpeg, 136k
Title Image 4. Les conséquences tragiques insoupçonnées...
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 74.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-4.png
File image/png, 250k
Title Image 5. La leçon et sa précision chiffrée
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 148.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-5.png
File image/png, 395k
Title  Image 6. L’expérience
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 23.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-6.png
File image/png, 241k
Title Image 7. Le dessin comme trait d’humour
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 144.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-7.png
File image/png, 550k
Title Image 8. L’humour « perpendiculaire » au récit (1)
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 81.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-8.png
File image/png, 287k
Title  Image 9. L’humour « perpendiculaire » au récit (2)
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 150.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-9.png
File image/png, 455k
Title Image 10. Causes et conséquences : la diproportion
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 54.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-10.png
File image/png, 580k
Title Image 11. Un humour trash
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 186.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-11.png
File image/png, 219k
Title Image 12. Publicité personnalisée... mais publique
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 114.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-12.png
File image/png, 712k
Title Image 13. L’anthropomorphisme
Caption MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête. La science, c’est pas du cinéma ! Tome 1. Roubaix : Ankama Editions, 2011, p. 123.
Credits © Ankama
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/2111/img-13.png
File image/png, 566k
Top of page

References

Electronic reference

Pascal Robert, « Professeure Moustache contre les médias », Comicalités [Online], Graphic culture : creation and representations, Online since 02 September 2015, connection on 27 May 2017. URL : http://comicalites.revues.org/2111

Top of page

About the author

Pascal Robert

Pascal Robert est professeur des universités à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (enssib). Il est membre du laboratoire Elico. Ses travaux visent d'une part à décrypter les enjeux politiques et cognitifs de l’informatisation de la société et d'autre part à l’élaboration d’une anthropologie du document et des images. Il a récemment publié Polyptyque, pour une anthropologie communicationnelle des images chez Hermann (2015). Il est l’auteur d’une dizaine d’articles sur la bande dessinée (dernièrement : « La bande dessinée, une subversion sémiotique des supports de l’intermédialité ? », Communication & langages, n°182, 2015) et dirige le séminaire de l’enssib « La bande dessinée en questions ». Il va publier un livre sur la bande dessinée en 2016 aux Presses de l'enssib intitulé La subversion graphique.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • Revues.org