Navigation – Plan du site
L’inscription du neuvième art dans le temps : quels dispositifs ?

Le Grand Prix de l’image française, une existence éphémère

Thierry Crépin

Résumés

Du long parcours de la reconnaissance de la bande dessinée, on retient généralement quelques faits : la création du Club des bandes dessinées animé par Francis Lacassin dans les années 1960, puis celle du festival d’Angoulême et du CNBDI dans la décennie suivante. Mais il est une initiative qui est oubliée : la création, à l’initiative d’Auguste Liquois et du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants, d’un Grand Prix de l’image française qui entendait doter les auteurs de bande dessinée d’un dispositif de consécration comparable à ceux que connaissent les écrivains. Voyant le jour en 1946, ce prix se solde par un échec à la mesure de la place occupée dans la culture d’alors par une bande dessinée accusée de tous les maux qui frappent la jeunesse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Tous mes remerciements à Chantal Trubert d’une part et Pierre et Jacqueline Le Goff d’autre part q (...)

1Festivals et prix récompensent aujourd’hui les auteurs de bande dessinée, artistes respectés après des années de mépris. Le long parcours de la reconnaissance de la bande dessinée commencé au début des années 1960 par le Club des bandes dessinées animé par Francis Lacassin a continué dans les décennies suivantes ponctuées par la création du festival d’Angoulême ou la création du CNBDI avant l’organisation de colloques universitaires entièrement consacrées à la bande dessinée1.

2Les dessinateurs qui tenaient le haut du pavé dans les années 1940 autour d’Alain Saint-Ogan seraient sans bien surpris d’entendre ou de lire des études savantes consacrées à la bande dessinée. Pourtant, ils ont tenté à l’initiative d’Auguste Liquois et du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants d’obtenir une reconnaissance culturelle pour les auteurs de bande dessinée par la création d’un prix, le Grand Prix de l’image française en 1946.

3Cette tentative finalement vouée à l’échec bien loin des espoirs de ses promoteurs est ici étudiée tout d’abord à travers la création du Syndicat des journaux d’enfants par Auguste Liquois, puis la naissance du Grand prix de l’image française et enfin le naufrage de ce prix après une existence éphémère.

La Création du Syndicat des journaux d’enfants par Auguste Liquois

4Auguste Liquois a joué un rôle majeur dans la profession de dessinateur de bande dessinée à la Libération en fédérant une grande partie des auteurs autour du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants.

  • 2  Les informations biographiques concernant Liquois proviennent de Roger Jeanne (JEANNE, 1996) et du (...)
  • 3  La création de ce syndicat a été étudiée par Christian Delporte (DELPORTE, 1993).

5Né à Angers le 2 juillet 1902, dans un milieu modeste, Auguste Liquois commence très jeune à travailler2. Il devient l’un des piliers de la bande dessinée française après la publication en 1938 dans Pierrot de sa première bande dessinée, À travers les mondes inconnus. Il appartient à une génération qui a affirmé une identité professionnelle forte dans les années trente avec la création d’une nouvelle organisation syndicale, le S.D.J., le Syndicat des dessinateurs de journaux. Les années difficiles de Liquois avaient éveillé sa conscience politique et syndicale et amené à un double engagement en 1936 : adhésion au Parti communiste et participation à la fondation du S.D.J., Syndicat des dessinateurs de journaux3. Ce groupement professionnel avait été créé sous l’impulsion de Jacques Lechantre et de ses amis : Pierre Farinole, Bellus et Picq. Leur but était de permettre au plus grand nombre possible de dessinateurs de presse de bénéficier de l’ensemble des avantages dévolus aux journalistes depuis la loi de mars 1935. Au sein du S.D.J., Liquois accomplit un apprentissage profitable du syndicalisme en animant la section des journaux d’enfants. Cette première expérience syndicale est interrompue par la guerre. Pendant l’Occupation, il accepte de se mettre au service de deux illustrés collaborationnistes, Le Téméraire destiné aux enfants en 1943, et Le Mérinos réservé aux adultes en 1944.

  • 4  Circulaire du 10 mars 1947 d’Alain Saint-Ogan conservée dans les archives du Syndicat des dessinat (...)

6Après une retraite prudente en Anjou au printemps 1944, Liquois est rapidement de retour à Paris dans les rangs du Parti communiste. Il effectue un brillant redémarrage de sa carrière dans les pages de Vaillant dont il est congédié après que la direction eut pris connaissance de ses dessins collaborationnistes. Ses séries de science-fiction sont publiées dans des illustrés à fort tirage comme Coq Hardi, Tarzan ou le récit complet Satanax. La grande presse est également friande de ses bandes dessinées. Dès le début de 1945, il relance le S.D.J. avec l’aide de Farinole, avant de le transformer. Lors de l’Assemblée générale du 15 janvier 1946, le Syndicat des dessinateurs de journaux est transformé en Syndicat des dessinateurs de journaux pour enfants dont les effectifs ont, semble-t-il, varié de quarante à soixante-dix membres lors de ses premières années d’existence. Il rassemble autour de lui l’élite des dessinateurs de la presse enfantine sans aucune considération d’opinion politique. Il démissionne de la fonction de secrétaire général du S.D.J.E. au début de mars 1947, un an seulement après l’avoir créé. Officiellement car il éprouve des difficultés à mener à bien toutes ses activités4. Plus certainement car la mise à jour de sa participation à la presse collaborationniste le rend peu fréquentable dans des démarches auprès des autorités. Il est remplacé par Robert Dansler.

Image 1

Papier à en-tête du Syndicat des Dessinateurs de Journaux pour Enfants

Papier à en-tête du Syndicat des Dessinateurs de Journaux pour Enfants

Archives personnelles de Thierry Crépin

  • 5  Procès-verbal de l’Assemblée générale du 15 janvier 1946 (SDJE/PLG).

7La création du S.D.J.E. avait sans doute représenté le plus grand espoir de ses années de lutte syndicale. Le 15 janvier 1946, la nouvelle organisation avait désigné son premier bureau composé d’Alain Saint-Ogan, président, Liquois, secrétaire général, Raymond Maillet, secrétaire-adjoint, et Henri Jaureguiber, dit Joré, trésorier5. Liquois pense posséder une occasion unique d’offrir à la profession une sécurité et des avantages sociaux dont elle n’a jamais joui, dans un climat de reconstruction du pays favorable à ce genre d’initiative. Il est conforté dans ses espoirs par l’attribution de la carte de journaliste, non seulement aux reporters-dessinateurs, mais aussi à de nombreux dessinateurs de bande dessinée œuvrant principalement pour la presse enfantine. Cette carte était devenue obligatoire pour collaborer à un journal depuis l’ordonnance du 30 septembre 1944 (DELPORTE, 1995). Liquois lance de nombreuses initiatives, pas toujours, et même rarement, couronnées de succès : la publication d’un illustré réservé aux dessinateurs français et géré sous forme de coopérative, Ciné-Images ou la création d’une agence de presse capable de rivaliser avec Opera Mundi et chargée de promouvoir les dessinateurs français, le Service de diffusion du dessin français. Le premier ne voit jamais le jour ; la seconde aboutit à une société commerciale, Paris-Graphic, bien éloignée de ses origines syndicales.

8Soucieux de garantir le plein emploi et des salaires convenables à ses confrères, il cherche tout d’abord à les protéger de la concurrence étrangère accusée de presque tous les maux de la profession, un combat déjà engagé avant la guerre. Soutenu par Marijac, Le Rallic et Saint-Ogan, il avait repris dès 1945 la réclamation majeure des dessinateurs français, le contingentement des bandes dessinées étrangères dans les illustrés à 25 % de leur surface. Le S.D.J.E. participe ainsi pleinement à la polémique qui mène à l’adoption de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Le S.D.J.E. tente également de distinguer le travail de ses membres en créant un label symbolisé par l’emblème du syndicat, une cocotte en papier renfermant la mention « dessin français ». Il distribue de petits papillons portant la fameuse cocotte que chaque dessinateur est invité à coller sur ses planches. Les membres du S.D.J.E., en particulier les plus jeunes, ont exprimé une grande fierté à appliquer cette cocotte sur leur travail « pour bien montrer que le dessin français existait » (UDERZO, 1998). Mais cette initiative s’estompe rapidement : la cocotte laisse bientôt la place à une simple bande où est seulement inscrit « dessin français » avant que toute marque distinctive ne disparaisse.

Image 2

Emblême du Syndicat des Dessinateurs de Journaux pour Enfants : une cocotte en papier renfermant la mention « dessin français »

Emblême du Syndicat des Dessinateurs de Journaux pour Enfants : une cocotte en papier renfermant la mention « dessin français »

Archives personnelles de Thierry Crépin

La Naissance du Grand Prix de l’image française

9Soucieux de valoriser les dessinateurs français, Liquois imagine un Grand Prix de l’image distinguant un auteur remarquable à l’imitation des prix littéraires.

  • 6  Lettre du 17 octobre 1946 de Liquois aux adhérents du SDJE (SDJE/PLG).
  • 7  Idem.

10L’idée d’un Grand prix de l’Image française avait germé le 16 octobre 1946 lors de la première réunion du comité des fêtes du S.D.J.E. chez Saint-Ogan. Liquois avait suggéré la création de cette distinction « afin de revaloriser les dessinateurs français […] très attaqués par les détenteurs de flans américains »6. Et Saint-Ogan avait proposé que cette récompense soit décernée par un jury lors de la fête annuelle du syndicat. Ce jury est au cours de la soirée pompeusement érigé en Académie de l’image française, composée de sept membres inamovibles ne pouvant jamais concourir, ni obtenir le prix. Les lauréats des trois premières années étaient appelés à rejoindre les rangs de l’Académie mais devraient céder à tour de rôle leur place au dernier prix nommé. Le prix devra être attribué en alternance une année à un dessinateur d’aventures et l’année suivante à un dessinateur comique. La proposition de Marijac de faire offrir dix mille francs au vainqueur permettait de rendre plus attractive cette distinction par une récompense financière7. Mais les dirigeants du S.D.J.E. espèrent surtout que cette cérémonie bénéficie de la même publicité dans la presse et la radio que les grands prix littéraires et contribue à populariser la profession et ses auteurs les plus méritants.

  • 8  Idem.

11La désignation des membres du jury est significative de la hiérarchie établie et reconnue par les membres de la profession appartenant au S.D.J.E. Une liste choisie parmi les dessinateurs considérés comme les plus représentatifs du métier est tout d’abord établie. Elle comprend : Bourdin, Bourlès, Cazanave, Dansler, Erik, Faivre, Galland, Giffey, Hamman, Le Rallic, Maitrejean, Marijac, Mat, Pinchon, Poïvet, Saint-Ogan, Souriau, Farinole, Niezab, Calvo et Liquois. À l’exception de Poïvet, ils ont tous bâti leur réputation pendant l’entre-deux-guerres quand ils n’avaient pas commencé leur carrière avant la Première Guerre mondiale. Quelques dessinateurs reconnus n’apparaissent pas sur cette liste comme Pellos, Gervy, Robert Rigot ou Robert Velter, peut-être parce qu’ils n’appartiennent pas au S.D.J.E. Aucune illustratrice n’a été jugée digne d’appartenir à cet univers très masculin, voire assez misogyne. Les dix dessinateurs présents à la réunion procèdent ensuite à un premier vote qui permet de sélectionner sur cette liste les membres de la profession habilités à composer le jury. Saint-Ogan, huit voix, Liquois, sept voix, Calvo, cinq voix, Le Rallic, quatre voix, Marijac, quatre voix, se dégagent tandis que Pinchon et Hamman, président du salon des humoristes, sont également nommés8. Un vote par correspondance est proposé aux autres membres du syndicat. Ils peuvent rayer un ou plusieurs de ces sept noms et le ou les remplacer par celui ou ceux de la liste. Cette consultation confirme la composition du jury proposée lors de la réunion.

  • 9  « Alain Saint-Ogan, Pinchon, et Liquois désignent Jean Trubert, ancien boxeur, comme le meilleur d (...)
  • 10  Sur les prix littéraires voir les travaux de Sylvie Ducas (DUCAS, 1998).
  • 11  Franc-tireur, Réforme, les Nouvelles littéraires et Vu consacrent des articles au Grand Prix de l’ (...)

12Le souci de toucher le grand public l’emporte sur les traditions festives des dessinateurs. Le premier Grand prix de l’Image française est décerné lors d’une exposition de la presse enfantine organisée par le S.D.J.E. du 19 décembre 1946 au 4 janvier 1947 à la galerie de Sèvres dans les salons du Bon Marché, une manifestation liée au premier Salon de l’enfance. La remise du prix est patronnée par le ministère de l’Éducation nationale. Le premier lauréat est Jean Trubert. Il est récompensé pour l’ensemble de ses œuvres « tant pour sa production artistique que du point de vue moral. » (TRUBERT, 2005, p. 23)9 Cette considération moralisante n’est pas propre au Grand Prix de l’image française et accompagne à l’époque des prix littéraires autrement plus prestigieux10. Le prix accompagne la sortie de Contes pour eux, un album publié par la SPE. Les textes de Louis Smeysters y sont illustrés à la gouache jusqu’aux titres dessinés au pinceau. Né en 1909, ce sportif accompli – il avait été boxeur professionnel- avait quitté la publicité pour le dessin de presse en 1930 comme le lui avait conseillé Alain Saint-Ogan. Dessinateur expérimenté tout aussi à l’aise dans le dessin humoristique, le croquis sportif, l’illustration ou la bande dessinée, Trubert profite bien peu de ce prix. Dans les mois qui suivent, les commandes diminuent, surtout dans le domaine de l’illustration (TRUBERT, 2005, p. 23). Et contrairement aux espoirs des dirigeants du S.D.J.E., la grande presse a montré peu d’intérêt pour le Grand Prix de l’image française11. Le quotidien Franc-Tireur a toutefois insisté sur la dimension protectionniste de ce prix :

En fait, un but sérieux était assigné à ce salon : prouver que, s’ils en ont aussi outre-Atlantique, des dessinateurs d’images et de publications enfantines, la France n’en manque point, qui sont capables de composer des illustrations bien dessinées et d’un humour bien de chez nous.

Le S.D.J.E., justement inquiet de l’invasion des clichés nord américains, avait pris cette initiative légitime (Franc-tireur, 1946).

Un Grand Prix noyé dans la polémique sur la presse enfantine

13À peine créé, le Grand prix de l’image française disparaît naufragé dans l’océan d’une polémique hostile aux illustrés et délaissé par un S.D.J.E. tourné vers d’autres urgences. Dès la fin des années trente, des groupes de pression divers ont dénoncé le succès des illustrés publiant des bandes dessinées américaines, italiennes, anglaises ou encore yougoslaves.

14Xénophobie et moralisme dominent dans des discours qui accusent ces illustrés de corrompre la jeunesse. Les dessinateurs participent à cette polémique naissante en tentant d’obtenir des pouvoirs publics des mesures protectionnistes. À la Libération, en l’absence presque totale de journaux d’enfants, cette question est ignorée. Après le retour des journaux pour enfants en mai 1946, la dénonciation des illustrés est, à l’exception du Parisien libéré, cantonnée à des revues spécialisées, le plus souvent pédagogiques. À la fin de l’automne 1947, la grande presse s’empare de la polémique sur les illustrés par des articles souvent caricaturaux et parfois d’une grande violence verbale à l’imitation de Louis Pauwels dans Combat : « Combien d’enfants tuez-vous par semaine ? » (30 décembre 1947), Combat qui était le quotidien de référence de l’époque. Ce brusque intérêt de la grande presse pour les illustrés n’a rien de spontané mais est le résultat d’une longue et patiente préparation du bureau d’études de la direction des Mouvements de jeunesse et d’Éducation populaire, placée sous la dépendance du ministère de l’Éducation nationale. Le bureau d’études a formulé un diagnostic sans appel sur le contenu des journaux d’enfants : une rare indigence contribuant à perturber la moralité et l’équilibre moral des jeunes lecteurs avec comme principales accusées, les bandes dessinées. La simultanéité et les similitudes des articles de la grande presse sont largement dues aux sollicitations et arguments fournis par le bureau d’études. Cette campagne de presse est destinée à persuader l’opinion publique de la nécessité d’une loi de moralisation de la presse enfantine (CREPIN, 2001).

  • 12  Note à l’intention de M. Bécart, bureau d’études de la direction de l’Éducation populaire, non-dat (...)

15Or c’est le moment choisi par Alain Saint-Ogan pour se rapprocher du bureau d’études de la direction des Mouvements de jeunesse et de l’Éducation populaire. Il demande à transformer le Grand Prix en Prix de la Direction de l’Éducation populaire ou de décerner le Grand prix sous la présidence du directeur de l’Éducation populaire. En contrepartie, il s’engage à attribuer le prix à un dessinateur dont les œuvres seront jugées saines par la direction des Mouvements de jeunesse et de l’Éducation populaire12. Saint-Ogan obtient le patronage du prix par la direction de l’Éducation populaire qui invite les enseignants et les dirigeants de mouvements de jeunesse à visiter la nouvelle exposition de la presse enfantine préparée par le S.D.J.E. au musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, Palais de New-York du 28 novembre au 14 décembre 1947 :

  • 13  Annexe au document cité à la note précédente.

Au moment où des dessins étrangers souvent médiocres, parfois dangereux, sont offerts à notre jeunesse, il est réconfortant de constater combien nos dessinateurs conservent le goût des images saines et artistiques.
Les membres de l’enseignement, les Chefs de la jeunesse visiteront avec profit cette exposition13.

16Le Grand prix de l’image française est décerné lors de cette manifestation à Raoul Auger. Né en 1904, c’est au contraire de Jean Trubert un novice dans le métier. Dessinateur industriel puis dessinateur appliqué, il commence à travailler comme illustrateur seulement à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Ses illustrations pour la collection rouge et or des éditions GP sont remarquées, particulièrement celles des Fables de La Fontaine. Raoul Auger et les membres du jury sont couverts d’éloges par la direction générale de la Jeunesse et des sports :

  • 14  Note non-datée de la direction de la Jeunesse et des sports consacrée à l’exposition de l’image fr (...)

Le nouveau lauréat est M. Raoul Auger. Celui-ci a su montrer une grande richesse d’inspiration dans deux planches de travaux simplement présentés. La composition de chaque dessin est excellente et le plus remarquable de cet ensemble en est sans doute l’harmonie des tons et la fraîcheur des coloris. Par ces qualités, l’œuvre primée répond bien au désir des membres du jury. Elle s’oppose à beaucoup de ces productions actuelles, d’inspiration vulgaire, composées au mépris de la couleur, sans souci de la composition et de la mise en page. En fixant son choix sur elle, l’Académie de l’image française a indiqué dans quel sens elle entendait agir. Elle a apporté sa contribution à l’effort entrepris pour une meilleure éducation des jeunes Français14.

17Il ne fait pas de doutes pour les responsables de l’administration de la Jeunesse que les critères éducatifs et moraux ont, comme il le souhaitait, conditionné, voire supplanté les critères esthétiques dans le choix du lauréat.

  • 15  Paris-Presse et Libération signalent la récompense accordée à Raoul Auger.

18Le choix de Raoul Auger comme lauréat par Alain Saint-Ogan et ses amis est sans doute un peu plus ambigu. Raoul Auger, illustrateur, correspond parfaitement au profil exemplaire recherché par les pouvoirs publics. Mais c’est aussi un auteur de bande dessinée qui œuvre comme de nombreux membres du S.D.J.E. dans les récits complets aux couvertures pleines de promesses, appréciés des enfants et détestés par les éducateurs et les moralistes. Il dessine ainsi en alternance avec Robert Bagage les aventures de Tom X publiées à Lyon par les éditions du Siècle, la première maison d’édition créé par Robert Bagage (MOUTIER, 1980). Ces récits de guerre et d’espionnage concentraient tous les défauts dénoncés par le bureau d’études. Mais Raoul Auger signe cette bande dessinée d’un pseudonyme, Ariel, inconnu du bureau d’études de la direction de l’Éducation populaire. La stratégie d’Alain Saint-Ogan ne porte pas les fruits espérés. Le Grand Prix de l’image française n’attire pas plus l’attention de la grande presse que l’année précédente15. Déchaînés contre les illustrés (voir FOURMENT, 2000), les quotidiens n’ont pas de place à accorder aux dessinateurs qui peuplent ces illustrés, surtout pour chanter leurs louanges ! Le Grand Prix de l’image française a vécu…

  • 16  Louis Pauwels cité par Thierry Crépin (CREPIN, 2000).

19En 1948, Max Brunel, dessinateur, et Madame Pelletier, scénariste, sont distingués par le prix de la meilleure histoire illustrée pour enfants dotée de vingt mille francs lors d’une exposition de la presse enfantine ouverte du 20 mai 1948 au 12 juin 1948. Prix et exposition ont été organisés par le bureau d’études de l’Éducation populaire. Le public commence la visite de l’exposition par la lecture des affiches S.D.J.E. qui « réclame la protection des dessinateurs l’invasion des clichés américains et explique les difficultés de l’industrie française des publications enfantines16. » L’heure n’est plus pour le S.D.J.E. à une valorisation de ses membres mais uniquement à l’obtention d’un article protectionniste dans la loi sur les publications destinées à la jeunesse en préparation.

Conclusion

20À l’origine de la création du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants, Auguste Liquois avait de grandes ambitions pour la profession comme la création d’un Grand Prix de l’image française inspiré par les prix littéraires. Liquois et le S.D.J.E. n’ont pas atteint leur objectif de valorisation des dessinateurs. La grande presse a été plus prompte à se nourrir de la dénonciation des défauts supposés des illustrés pour la jeunesse et a ignoré cette manifestation. Le Grand Prix a connu seulement deux éditions dans une grande indifférence.

21La stratégie ambiguë du président du syndicat, Alain Saint-Ogan, a probablement été préjudiciable aux intérêts des dessinateurs. Le rapprochement avec les animateurs de la campagne de dénigrement des illustrés mettait le Grand Prix de l’Image française au service d’une entreprise de moralisation qui, d’une part, valorisait le travail d’illustrateur des confrères de Saint-Ogan mais qui, d’autre part, dénigrait leur travail d’auteur de bande dessinée. Face à cette contradiction insoluble, le Grand Prix n’était-il pas dès lors condamné à l’échec ?

Haut de page

Bibliographie

CREPIN, Thierry. « L’Exposition de la presse enfantine : une tentative controversée de sensibilisation de l’opinion publique ». In CREPIN Thierry et GROENSTEEN Thierry. « On tue à chaque page ! » La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Angoulême : Editions du Temps-Musée de la bande dessinée, 2000, p. 169-176. ISBN 9782842740986.

CREPIN, Thierry. « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine 1934-1954. Paris : CNRS Editions, 2001. 493 p. ISBN 9782271059529.

DELPORTE, Christian. Les Crayons de la propagande. Dessinateurs et dessins politiques sous l’Occupation. Paris : CNRS Editions, 1993. 256 p. ISBN 9782271050144.

DELPORTE, Christian. Histoire du journalisme et des journalistes en France. Paris : PUF, 1995. 128 p. Que sais-je ? n° 2926 ISBN 9782130467786

DUCAS, Sylvie. La Reconnaissance littéraire. Littérature et prix littéraires : les exemples du Goncourt et du Femina. Thèse de doctorat, Université Denis Diderot-Paris 7, 1998.

FOURMENT, Alain. « Quand la presse exige une loi sur la presse ». In CREPIN Thierry et GROENSTEEN Thierry. « On tue à chaque page ! » La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Angoulême : Editions du Temps-Musée de la bande dessinée, 2000, p. 151-160. ISBN 9782842740986.

Franc-tireur. 20 décembre 1946.

JEANNE, Roger. A. Liquois. Hop ! 1981, n° 026/27, p. 31-32.

MOUTIER, Norbert. « Catalogue des récits complets et illustrés 1937-1957 ». Le Petit Bédéraste du 20esiècle. 1980, n° 1.

TRUBERT, Chantal. Jean Trubert et ses amis… Charleroi : L’Age d’or, 2005. 64 p. ISBN 9782960046427.

UDERZO Albert, témoignage dans L’Histoire en direct, France-Culture, 2 février 1998.

Haut de page

Notes

1  Tous mes remerciements à Chantal Trubert d’une part et Pierre et Jacqueline Le Goff d’autre part qui m’ont ouvert des archives sans lesquelles cette intervention n’aurait pas été possible.

2  Les informations biographiques concernant Liquois proviennent de Roger Jeanne (JEANNE, 1996) et du rapport de police du 16 décembre 1944 contenu dans le dossier d’instruction du Téméraire (conservé aux archives nationales sous la cote Z6 NL 9199).

3  La création de ce syndicat a été étudiée par Christian Delporte (DELPORTE, 1993).

4  Circulaire du 10 mars 1947 d’Alain Saint-Ogan conservée dans les archives du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants conservées par Pierre Le Goff (SDJE/PLG).

5  Procès-verbal de l’Assemblée générale du 15 janvier 1946 (SDJE/PLG).

6  Lettre du 17 octobre 1946 de Liquois aux adhérents du SDJE (SDJE/PLG).

7  Idem.

8  Idem.

9  « Alain Saint-Ogan, Pinchon, et Liquois désignent Jean Trubert, ancien boxeur, comme le meilleur dessinateur pour enfants », article non-daté du magazine Vu cité par Chantal Trubert (TRUBERT, 2005, p. 23).

10  Sur les prix littéraires voir les travaux de Sylvie Ducas (DUCAS, 1998).

11  Franc-tireur, Réforme, les Nouvelles littéraires et Vu consacrent des articles au Grand Prix de l’image française.

12  Note à l’intention de M. Bécart, bureau d’études de la direction de l’Éducation populaire, non-datée et signée par Jean Perron (Centre des archives contemporaines de Fontainebleau (CAC), 86 0430/16).

13  Annexe au document cité à la note précédente.

14  Note non-datée de la direction de la Jeunesse et des sports consacrée à l’exposition de l’image française (CAC 86 0430/16).

15  Paris-Presse et Libération signalent la récompense accordée à Raoul Auger.

16  Louis Pauwels cité par Thierry Crépin (CREPIN, 2000).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Papier à en-tête du Syndicat des Dessinateurs de Journaux pour Enfants
Crédits Archives personnelles de Thierry Crépin
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Emblême du Syndicat des Dessinateurs de Journaux pour Enfants : une cocotte en papier renfermant la mention « dessin français »
Crédits Archives personnelles de Thierry Crépin
URL http://comicalites.revues.org/docannexe/image/217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Crépin, « Le Grand Prix de l’image française, une existence éphémère », Comicalités [En ligne], La bande dessinée : un « art sans mémoire » ?, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 20 février 2017. URL : http://comicalites.revues.org/217

Haut de page

Auteur

Thierry Crépin

Membre du comité scientifique de Comicalités, Thierry Crépin est historien du livre, de la presse et de la bande dessinée. Il a notamment publié « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine (1934-1954) (CNRS Editions, 2001) et a dirigé avec Thierry Groensteen « On tue à chaque page ! » La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse (Editions du Temps/Musée de la bande dessinée, 1999). Membre du Centre d’Histoire Culturel des Sociétés Contemporaines de l’Université Versailles Saint-Quentin, il a participé aux travaux du groupe « Le livre et la presse de jeunesse » qui ont débouché sur un ouvrage, Les Presses enfantines chrétiennes au XXe siècle (Artois Presse Université, 2008) qu’il a dirigé avec Françoise Hachette-Bissette.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris 13 | Villetaneuse - Bobigny - Saint-Denis
  • Revues.org