Navigation – Plan du site

La théorie du 0 %. Petite étude critique de la critique en bande dessinée

Jean-Philippe Martin

Résumés

Si la naissance de la bande dessinée s’accompagne d’une théorisation à travers les travaux d’un Töpffer cherchant à circonscrire l'ensemble des possibles qui s'offrent à lui, force est de constater que la veine va bien vite se tarir. Rapidement exclue du champ critique, la bande dessinée semble ne bénéficier d'aucune analyse sérieuse qui soit de nature à lui forger des repères. L'Histoire montre que c'est de manière empirique qu'elle a travaillé sa substance, parfois avec génie (McCay, Hergé…) souvent sans âme, à l’exception de quelques tentatives que le présent article entend présenter.

Haut de page

Texte intégral

Ce texte fut publié dans le n° 1 de la revue Critix fondée et dirigée entre 1996 et 2001 par Evariste Blanchet. Nous souhaitons le publier de nouveau dans Comicalités car il nous semble rentrer pleinement dans le cadre de notre mission : permettre à des chercheurs de penser l’émergence de la bande dessinée dans l’espace public à travers une éclairante analyse qui, datant de près de 15 ans, ne demande qu’à être complétée. Nous indiquons en note (à travers la mention NdE, « note de l’éditeur ») quelques pistes de réflexion qui nous semblent pouvoir être exploitées et remercions chaleureusement Jean-Philippe Martin d’avoir accepté notre proposition.

1Dès sa naissance, la bande dessinée se propose comme un langage exploréen. Son inventeur, Töpffer, sait qu'il a mis le doigt sur quelque chose de nouveau et entreprend de s'en faire le théoricien à travers des essais dans lesquels il cherche à circonscrire l'ensemble des possibles qui s'offrent à lui. Un jour Goethe écrit, à propos des récits en images du Suisse : « S'il choisissait, à l'avenir, un sujet moins frivole et devenait encore plus concis, il ferait des choses qui dépasseraient l'imagination » (voir GROENSTEEN et PEETERS, 1994, p. 83).

  • 1  NdE. Ce rapprochement nous semble constituer une piste fructueuse et il serait très intéressant de (...)

2Je vois dans ces deux attitudes les deux versants de tout acte critique : l'étude positive du fonctionnement des œuvres et le jugement éclairé sur les œuvres afin de guider un lecteur, voire l'auteur. La création artistique a toujours bénéficié d'un dialogue avec un interlocuteur capable de la comprendre. Exception faite de la bande dessinée qui, trop rapidement, s'excluera du champ critique en se déterminant sur le modèle narratif du roman-feuilleton1, de l'histoire drôle et du cinéma populaire. Reléguée au rang d'art mineur pour les mineurs, contrôlée par les psychologues, censurée par les enseignants et toutes les formes de pouvoir - religieux, parental, politique - elle ne bénéficiera d'aucune analyse sérieuse qui soit de nature à lui forger des repères. L'Histoire montre que c'est de manière empirique qu'elle a travaillé sa substance, parfois avec génie (McCay, Hergé…) souvent sans âme, se bornant à une reproduction mécanique du modèle.

Balbutiements

3Il faut attendre les années 60, en France, pour qu'à la faveur d'un mouvement de légitimation culturelle s'amorce une étude de la bande dessinée. Cette tentative d'exhaussement n'est pas concertée mais résulte plutôt du désir de quelques passionnés - l'un d'eux, Francis Lacassin, parlera d' « acte d'amour » et d' « acte de foi » - de réhabiliter leurs lectures d'enfance, en exhumant les bandes américaines des années 30 et en s'employant à les porter à la connaissance de tous. Identifier, choisir et justifier les choix. Ecrire l'Histoire de la bande dessinée : tels sont les objectifs de clubs qui se dotent de revues d'étude, organisent des rencontres, des expositions. En quelques années, ces clubs sont victimes d'un succès inespéré et des divergences internes rendent confuses les orientations critiques : fondé en 1962, le Club des Bandes dessinées, devenu le Centre d'Études des Littératures d'Expressions Graphiques (CELEG) est contraint de réévaluer ses orientations initiales à partir de 1966 face à la montée en puissance de nouveaux membres qui n'entendent pas limiter le champ d'étude aux seules productions de l'Age d'Or mais veulent s'ouvrir à la création contemporaine. Les fondateurs du CELEG, s'ils conçoivent la nécessité de la mutation, n'en réaffirment pas moins que la priorité doit rester à « l'étude du passé ». De cette divergence naîtront la Société Civile d'Étude et de Recherches des Littératures dessinées (SOCERLID) et sa revue Phénix conduite par Claude Moliterni.

  • 2  NdE. CELEG et surtout SOCERLID sont évoqués au sein de deux autres articles publiés sur Comicalité (...)
  • 3  Cette critique externe fétichiste est la marque de nombreux ouvrages comme Les Copains de votre en (...)
  • 4  Les collectionneurs sont avant tout des conservateurs. Sur la question de la bédéphilie, je renvoi (...)

4Phénix ne rompt pas avec les objectifs du CELEG et consacre une partie de son rédactionnel à l'Age d'Or américain2. La diversité des rédacteurs veut toutefois que Phénix propose des études, notamment sous la plume de Pierre Couperie, qui passent le cadre de la recension érudite et qui s'ouvrent à la création contemporaine internationale. En raison de ces confusions, jusqu'en 1968, l'analyse critique oscille visiblement entre deux tendances. La première, issue de l'engouement fiévreux des fanatiques, penche vers l'édification cultuelle : les premières histoires glorifient un Age d'Or, le paradis de l'enfance, les héros oubliés3. En corollaire, les premières monographies atteignent des sommets d'idolâtrie et d'idéalisation. En place de construire un discours en rapport avec une création qui se modifie profondément - elle s'ouvre aux adultes, propose une expérimentation, un procès du code, la critique externe hagiographique mythifie l'aventure bédé, parle de l'auteur et oublie l'œuvre, transforme le lecteur en collectionneur fétichiste. C'est l'apparition des librairies spécialisées en bandes dessinées, de fanzines archivistes, versions édulcorées de Phénix (Alfred, Les cahiers de la bande dessinée…), de salons. En somme, le phénomène bédéphilique, que l'on présente toujours rapidement comme le point de départ du renouveau de la bande dessinée, est né4.

  • 5  Le précurseur est bien évidemment le sémiologue Pierre Fresnault-Deruelle avec La Bande dessinée, (...)
  • 6  Notamment représenté par Luc Boltanski (BOLTANSKI, 1975), Olivier Carbonell (CARBONELL, 1975) et E (...)
  • 7  NdE. L’auteur de l’article semble ici pointer l’une des limites du canonique article de Luc Boltan (...)

5À l'autre extrémité du spectre critique surgissent quelques travaux d'analyse formelle, très minoritaires, qui ne sont bien souvent que des répertoires de topoï et de schèmes narratifs. Cette critique partant de rien qui se charge de tirer la bande dessinée hors du champ du divertissement populaire vers celui de l'art populaire, emprunte ses outils à la recherche universitaire littéraire (formalisme, sémiotique) ou à celle des arts visuels (sémiologies cinétiques ou picturales) et assimile l'objet analysé, à travers des « grilles » de lecture, à une combinatoire du figural et du verbal5. Entre ces deux orientations critiques, inégalement représentées, le discours sociologique se fait entendre et parle de cet objet de consommation massive « antichambre de la culture » et « réservoir des mythes » futurs6. À l'aune de ces tendances, la bande dessinée est tour à tour présentée comme une donnée mythique académique révèrable, un système sémiotico-narratif complexe et un prisme des comportements, mais nullement comme une création artistique autonome. Ce qu'elle n'est de toute façon pas ! Même si, et en cela la période qui va de la fin des années 60 à la fin des années 70 est exaltante, les créateurs de bande dessinée sont habités par l'idée qu'ils ont un art original à portée de la main. De ce fait, elle échappe à la salutaire dialectique modernité/académisme qui préside tout le discours de la critique d'Art et dynamise la création depuis le début du siècle7.

Bégaiements

6Les vingt années qui suivent ces balbutiements sont riches pour la bande dessinée : la création d'auteur est devenue à la mode, les revues pour adultes ont fleuri et la reconnaissance est telle que le déplacement de la création en direction du domaine adulte a marginalisé la production enfantine. La critique, paradoxalement, n'a pas bénéficié de ce succès faute de s'être fixée d'autres enjeux que celui de la reconnaissance. Au milieu des années 80, la critique externe, suffisante, règne sans partage comblant ainsi les collectionneurs fétichistes qui se repaissent de classements, d'inventaires, d'anecdotes, de dessins inédits et se satisfont d'un vernis érudit qui masque le vide théorique.

7Cette non-critique, idolâtre et archiviste, se confond avec une péri-critique ou critique incidente qui consiste, elle :

    • 8  NdE. L’auteur de l’article, de nature prudente, n’a pas souhaité, malgré nos relances, nous commun (...)

    en l'analyse de l'actualisation du monde dans les bandes dessinées. C'est la critique sociologique qui étudie la manière dont la société vient se refléter dans les bandes dessinées. Ses piètres avatars dominent dans les fiches de lecture de toutes les revues de presse, les thèses et des « essais » qui confinent au ridicule8 ;

  • en l'analyse de l'inscription et de la circulation des marchandises de bandes dessinées (bandes dessinées et dérivés) dans la globalité du marché de la consommation culturelle ;

  • en l'analyse, plus difficile à caractériser, que je nomme « techniciste », qui résume toute approche des œuvres à une nomenclature des techniques employées ou du matériel utilisé par l'auteur et à une graduation du « savoir-faire » des différents intervenants dans la réalisation d'une bande dessinée : scénariste, dessinateur, encreur, coloriste. Sous les dehors d'une critique esthétique, ce type de discours avalise le taylorisme industriel de la bande dessinée et reste à la périphérie des véritables centres de recherche.

  • 9  NdE. Idem.
  • 10  NdE. Ces propos pourraient être prolongés à travers une analyse plus poussée de ce que Jean-Philip (...)

8L'idolâtrie et la péri-critique se conjuguent souvent pour produire des ouvrages d'une indigence rare9 dont le discours normalisé maintient la bande dessinée dans le circuit de la consommation massive puisque, pic visible de l'iceberg, il est le seul à trouver grâce auprès des médias. Par ce biais les stratèges éditoriaux parviennent à annexer à leur compte toutes les manifestations modernistes de la décennie écoulée qu'ils transforment en genres à la mode : l'Underground est vidé de sa subversion et reclassé du côté de la rébellion adolescente, la « ligne claire » grâce à Floc'h et ses épigones a séduit la publicité, le « Nouveau Réalisme » voit son discours social fort (Le « Cauchemar Blanc » de Mœbius par exemple) se réduire au mime d'une réalité sociale conventionnelle10.

  • 11  Citations extraites de numéros d’août et décembre 1986 ainsi que de juillet 1987 du magazine Circu (...)

9Toute autre velleité critique n'a pas bonne presse dans les « bédérevues ». Le bédécritique évolue principalement dans la sphère de l'affectif, il jauge au « coup de cœur » une histoire avec un bon dessin et un « super scénar ». Pas d'analyse, ou je sors mon flingue ! Les chroniqueurs de la presse non-spécialisée se contentent, quant à eux, de justifier l'existence des services de presse. D'ailleurs à quoi bon une critique ? Pour parler avec « ennui de notre bonne vieille bédé », « compliquer à plaisir le contenu de nos chères bédés », nous éloigner de « la motivation première de notre chère bédé : divertir ! »11 ?

10Compliquer à loisir est nuisible au commerce. Tout ne va pas fort alors dans le monde des bandes dessinées : on parle de crise, les ventes stagnent ou régressent, l'expérimentation et la publication pléthorique ont désorienté un marché en plein essor au début des années 80. Il faut rassurer le chaland en mal de valeurs et de repères, il faut revenir à des méthodes éprouvées, retrouver l'esprit des bonnes histoires et des séries solides. On multiplie donc les rééditions et les hommages. Le reste, ma foi, n'est que littérature !

Une voix dans le désert : la « nouvelle critique »

De la Guerre : STP contre la non-critique

  • 12  Pour Thierry Groensteen, l'enjeu d'une véritable critique de la bande dessinée est de la « sociali (...)
  • 13  Cinéma de papier, esprit rock, roman graphique.

11Face à des stratégies marketing de fidélisation ou d'élargissement du lectorat, à l'uniformisation des productions et au développement du merchandising des produits dérivés, la tentative de « socialisation »12 de la bande dessinée par une nouvelle critique pèse peu. La légitimation en jeu dans les années 70 étant acquise, la « nouvelle critique » se distingue par un souci d'affirmer la spécificité de la bande dessinée afin de la différencier des arts populaires et de récuser ainsi tous les amalgames13. Ce renouveau est tout d'abord placé sous le signe d'une critique... de la critique. Elle trouve sa source dans la campagne orchestrée par Thierry Lagarde dans son éphémère revue STP (1977-1980), sous titrée « analyse critique de la bande dessinée » et diffusée par l'éditeur Etienne Robial (créateur de Futuropolis).

12Lagarde s'en prend à la « non-critique » qui interdit aux véritables créateurs soucieux de personnaliser leur démarche d'être réellement conscients de leur potentiel démiurgique. Ce qui intéresse le philosophe Lagarde, c'est justement de fournir aux auteurs les éléments propres à provoquer une telle « conscientisation ». Une position identique à celle adoptée en 1985 par le groupe Dorénavant (dans son premier manifeste, que nous repoduisons ici) au regard de qui « peu d'auteurs ont une véritable conscience d'AUTEUR… ».

Anton Makassar présente :


MISERE de la BANDE DESSINEE


par joost swarte

  • 14  NdE. Suit un dessin que nous n’avons pu reproduire.


LE SALON d'Angoulême - facheuse et regrettable coutume - couronnera encore cette année quelques nouveaux monarques, je ne crois pas fausser la pensée de mon ami le peintre Anton Makassar en remarquant que cette inflation de roitelets nuit au royaume de la bande dessinée, cet art moderne ; mais Anton qui est un grand penseur le dit mieux que moi14.

LA MISERE de la bande dessinée tient principalement en deux points autour desquels gravitent des faux satellites. Le premier point est que peu de créateurs ont une véritable conscience d'auteur, de sorte que beaucoup se perdent dans des entreprises de promotion publicitaire qui ruinent leur œuvre et leur crédit, et que trop laissent aux marchands un pouvoir bien supérieur à la tâche qu'ils remplissent et oublient que ces gens n'ont que des moyens de diffusion à proposer et que leur autorité se limite à l'étroite qualité technique des moyens de publication qu'ils proposent aux créateurs, de sorte qu'il n'est pas utile d'agir avec eux autrement qu'en considération de la tâche qu'ils remplissent. Et à moins d'être tombé dans la folie furieuse, tu n'entreprendras pas d'accorder aux marchands un pouvoir de pression ou de décision sur ce que tu crées.

C'EST AINSI qu'il y a peu, à la mort de Hergé, de sourds pourparlers se sont engagés pour terminer l'ouvrage resté inachevé de l'auteur, au mépris de la haute idée qu'il se faisait de son art, si bien que si jusqu'à présent le bon sens l'a emporté, gageons sans craindre de faillir que tôt ou tard l'avenir nous apportera un Tintin et les faussaires que tout portait à l'inexistence achevée et qui se révélera à tous comme un misérable faux.

LE SECOND POINT est que la bande dessinée est longtemps restée an-historique et s'est complu dans des domaines qui n'étaient pas les siens, ici faisant du cinéma là de la littérature, sans avoir les qualités d'expression ni de l'un ni de l'autre. La raison étant que ce qui est pleinement exprimé par un moyen ne peut l'être que de façon atrophiée par un autre, sans quoi l'auteur ne l'aurait pas utilisé. Ainsi, sans être ni littéraire, ni cinématographique, ni artistique, la bande dessinée a cherché à faire de la littérature, du cinéma et de l'art, sans voir que son originalité n'était ni dans la copie maladroite ni dans l'adaptation par des moyens limités de ce qui a déjà été pleinement exprimé autrement. Aussi, pour ne pas l'avoir encore revendiqué, la bande dessinée n'est toujours pas un moyen d'expression autonome.


Distribué par Dorénavant lors du Salon d'Angoulême en janvier 1985

13Les idées forces de la critique STP peuvent se résumer ainsi.

  • Il faut bannir le discours critique construit à partir d'un salmigondis pluridisciplinaire et sur un corpus archétypal.

  • Bâtir une approche fondée sur la prévalence des images sur un discours qui est toujours normatif. Elles nécessitent une étude esthétique appropriée.

    • 15  NdE. Toutes proportions gardées et en osant l’anachronisme, cette position nous semble pouvoir êtr (...)

    Il faut s'intéresser à la vérité de l'œuvre, donc du « Moi » de l'auteur qui se manifeste dans les images. Cette vérité s'adresse moins au mental qu'à l'affectif et doit être analysée en des termes qui lui sont propres15.

14STP ne connaît que cinq numéros dont le rythme de parution aléatoire a vraisemblablement découragé un lectorat peu fourni malgré une maquette très professionnelle et quelques signatures attractives. Outre Thierry Lagarde, STP propose en effet de longues études de David Pascal ou d'Alain Rey, auteur en 1978 d'un des meilleurs essais jamais écrits sur la bande dessinée (Les spectres de la Bande, éditions de Minuit) qui, vingt ans après sa première édition, conserve toute sa pertinence. La contribution de Lagarde à la construction de la « nouvelle critique » en Bande dessinée cessera avec la fin de STP. Le philosophe abandonne à jamais la bande dessinée pour s'en aller construire autre chose du côté du Japon, laissant à sa traîne quelques idées à reprendre.

Bruno Lecigne : pour une véritable critique d'art

15Cet appel à la création d'une critique appropriée (« Pour une critique nouvelle », publié dans le n° 0 de STP), invite les chercheurs à s'engager dans la recherche d' « une véritable critique d'art, des outils spécifiques d'analyse qui permettent d'inscrire les œuvres dans la circulation culturelle » (LECIGNE, 1981), enjeu défini par Bruno Lecigne qui écrit cette phrase en 1981 et entre en résonance avec la chronique de la mort annoncée de la BD imputée par Robial à la « non-critique » la même année. Lecigne, un des rares lecteurs attentifs de Lagarde, veut prévenir de la régression qui guette la bande dessinée, entrée dans ce qu'il appelle sa phase de « canalisation » (ROBIAL, 1981). À travers deux essais mémorables, sa collaboration aux Cahiers de la bande dessinée et la création de sa revue Controverse, publiée par Futuropolis, il invite à étudier les bandes dessinées en privilégiant leur spécificité iconique et la démarche esthétique de leurs auteurs. Pour que cette critique authentique voit le jour, il insiste sur la nécessité de prendre en compte deux paramètres essentiels.

16En premier lieu il importe d'observer les courants modernes et non plus de définir des fonctionnements généraux à partir d'un corpus ultra-académique car ce discours univoque engendre des archétypes par analogie et perpétue l'amalgame. Ce qu'il tente dans une « vue en coupe » des années 70 (présentée dans Avanies et mascarade) excluant d'emblée « le discours amoureux » (pour aller « Vers un nouveau discours critique ») et la collation exhaustive pour entreprendre une phénoménologie de la modernité en bande dessinée. Il est capital, ensuite, d'être en prise avec les mouvements et « l'expérimentation au moment même où ceux-ci s'amorcent (et non dix ou quinze ans plus tard !) » Rejoignant la notion de prévalence des images défendue par Lagarde, il quête les images du réel chez un ensemble d'auteurs modernes et définit les contours d'un Nouveau Réalisme (qui est au cœur de Fac Similé).

17Lecigne est sans nul doute le premier à produire une analyse esthétique sérieuse de la modernité de la bande dessinée et à revendiquer sans grandiloquence un traitement à parité avec les autres arts. La lecture d'Avanies et mascarade a modifié profondément le regard que certains posaient sur la bande dessinée. J'en fus. C'est pourquoi je me suis réjoui de l'entrée de Lecigne aux Humanoïdes Associés avec l'espoir que son intime connaissance de la bande dessinée allait être employée à une production de qualité. J'avoue qu'avec le recul du temps, j'en mesure difficilement les effets.

Les Cahiers de la bande dessinée

18Dans le sillage de STP et des avancées de Lecigne, une recherche pointue paraît se faire jour : un colloque consacré à Tardi, organisé par Bédésup (A la rencontre de Jacques Tardi, 1982), est l'occasion pour quelques sémiologues et esthéticiens d'avancer quelques pions et de légitimer un principe de discours peu répandu dans le monde de la bande dessinée. S'engageant dans cet interstice, Thierry Groensteen va à son tour entreprendre d'imposer la voix de la « vraie » critique. Il devient, en 1984, rédacteur en chef des Cahiers de la bande dessinée reformulés qui, en l'absence de concurrents sérieux, s'imposent sans peine comme la seule revue critique professionnelle assez largement diffusée et soutenue financièrement par l'un des plus gros éditeurs français, Glénat. Groensteen s'entoure d'une équipe de collaborateurs dont le moins que l'on puisse dire est qu'ils n'appartiennent pas au cercle de ces plumitifs indétrônables qui se sont autoproclamés une fois pour toutes spécialistes ès bandes dessinées. La plupart sont des chercheurs, des esthéticiens dont le discours entend embrasser l'évolution de la bande dessinée dans la diversité de ses manifestations et présenter la bande dessinée comme « un objet, non plus seulement de consommation, mais également de discours, de curiosité et de savoir » (GROENSTEEN, 1985, article « Critique »).

19Pour la première fois, le projet critique qui transparaît est ambitieux : définir l'objet bande dessinée dans ce qu'il a d'unique (spécificité) et critiquer les bandes dessinées à l'aide d'un appareil conceptuel en rapport avec cette spécificité. Comme pour Lecigne, l'enjeu est d'épouser les contours des œuvres ambitieuses, neuves, en rupture avec la tradition et l'académisme, sans pour autant négliger l'examen de l'histoire du genre. Le sommaire de la revue concilie donc une étude externe de la vie du genre (« le journalisme exigeant ») avec l'analyse interne approfondie des œuvres les plus représentatives de nature à inscrire la critique des bandes dessinées « dans la circulation des idées et de la création graphique » (LECIGNE, 1983).

  • 16  NdE. Devenue depuis l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image au sein de laquelle Thierry Groenstee (...)

20Cette recherche théorique, ré-installe la bande dessinée dans la perspective du langage exploréen, qui invente ses codes, et vise réellement à lancer les dialectiques manquantes entre ancien et moderne, sous des éclairages inhabituels (bande dessinée et peinture, autobiographie, projet de l'auteur et sens de l'œuvre…) et entre création et analyse : « Contrairement à ce que beaucoup continuent de penser, théorie et pratique, loin de s'opposer, peuvent mutuellement se relancer » affirme Benoît Peeters (PEETERS, 1991, p. 8) à propos des enjeux des Cahiers dont celui-ci n'était pas des moindres. Au reste, malgré la disparition prématurée (1988) de cette revue - sacrifiée sur l'autel du commerce par un éditeur peu clairvoyant - qui a manqué de temps pour devenir le jalon fondamental pour la constitution d'une véritable entreprise de recherche sur les bandes dessinées que laissait augurer un corpus théorique déjà riche et un début de dialogue avec les créateurs, il me semble percevoir dans certaine tendance de la création d'auteur actuelle, une continuité avec les théories des Cahiers et celles de Thierry Groensteen. L'inscription de la figure du dessinateur dans l'œuvre est un thème dont l'ancien rédacteur en chef des Cahiers s'est toujours fait l'ardent défenseur, auprès de ses étudiants à l'École des Beaux Arts d'Angoulême16 par exemple, et on peut supposer qu'en raison d'une amitié assez ancienne, Jean-Christophe Menu n'a pas été le moins attentif de ses lecteurs.

  • 17  Voir la réaction de Groensteen (GROENSTEEN, 1986) au texte de Calligaro intitulé « L'Aventure de l (...)

21Le temps a aussi manqué pour qu'émerge une réflexion sur les nouvelles formes de la bande dessinée. Les manifestations d'arts graphiques (graphzines, bédécollages, mailart…) ne furent jamais prises en considération, les initiatives conceptuelles à de trop rares exceptions ignorées (Baudoin, Calligaro, Crespin, F'Murr), voire réduites17. Au demeurant, ces orientations résultaient plus d'un choix du rédacteur en chef, fin observateur, qui ne voulait rendre compte que de ce qui existait, que d'une stratégie qui aurait eu comme objet d'influencer directement la création (il y eut des débats de cette nature au sein des Cahiers). Finalement, Les Cahiers de la bande dessinée, trop dépendants des champs d'interaction économique, ne se seront intéressés qu'à une forme et une seule de bandes dessinées narratives, littéraires, cinématographiques, picturales, même si leur aspect les faisaient entrer dans ce que l'on pourrait appeler la modernité.

Aphasies symptomatiques d'une carence en critique : 1996

  • 18  NdE. Devenu depuis la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (URL <http://www.cite (...)

22Le dernier numéro des Cahiers de la bande dessinée dirigés par Groensteen (le 83) parut à la fin de l'année 1988. Le titre ne mourut immédiatement. Pour la petite histoire, Thierry Groensteen devant quitter les Cahiers pour un emploi au CNBDI18, avait prévu de passer la main à Gilles Ciment, qui devait continuer la même ligne éditoriale. Jacques Glénat décida finalement de modifier cette ligne éditoriale qu'il jugeait trop élitiste pour retrouver une formule plus proche de celle des Cahiers d'avant 1984. Une nouvelle équipe conduite par Numa Sadoul, déjà aux commandes de la revue avant Groensteen, s'installa avec l'ambition affichée de transformer Positif en Première. Six numéros plus tard, Glénat se débarrassait de sa danseuse.

  • 19  NdE. Les nouveaux modes de publication numérique nous semble confirmer qu’il y a lieu d’explorer c (...)

23La conclusion de l'histoire des Cahiers est symptomatique de la situation de la critique de bande dessinée après cette période : tous les espaces critiques ont progressivement disparu en même temps que les espaces de prépublications (s'il existe une corrélation entre les deux phénomènes je laisse à d'autres le soin de nous la livrer19). La presse spécialisée professionnelle, réduite à sa portion congrue, se consacre uniquement à l'information, sans « discernement » (c'est un des premiers sens de critiquer).

24La presse amateur ne joue pas son rôle de supplétif du milieu professionnel et préfère répéter inlassablement les vieilles formules archivistes. Seules des revues spécialisées dans des domaines très précis défrichent et analysent : Scarce, Mangazone dont le travail pour la connaissance des comics et des mangas me parait digne d'intérêt. Les conséquences d'une telle carence sont énormes.

  • Sans théorie, le créateur n'a plus les moyens de savoir dans quelle démarche conceptuelle son geste s'inscrit voire d'élargir sa réflexion, par comparaison tout simplement. Sans jugement critique indépendant, objectif, le marché a seul pouvoir de valider la qualité artistique des œuvres selon ses critères propres : en fouinant dans de vieux numéros de Circus, je me suis amusé à comparer quelques notules ridicules d'Henri Filippini à quelques années d'intervalle. Il en ressort que des auteurs comme Caro, Barbier (des taches de couleurs sans aucun sens), Poussin (graphisme infantile), Vuillemin (École Bazooka), Teulé, tous présentés comme des demeurés de la BD avaient rang de vedette quelques années plus tard. Le jugement Filippinien n'aurait-il pas perduré si la critique n'avait pas transformé imperceptiblement le regard du marchand ? Sans le discours critique qui anticipe les évolutions, encourage l'expérimentation, la bande dessinée se contraint à une stagnation voire à un repli sur elle-même.

    • 20  Datant très exactement du 1er février 1969.
    • 21  NdE. Jean-Philippe Martin émet ici une hypothèse voisine de celle que formule Luc Boltanski dans s (...)

    Cette absence manifeste pose, outre le problème de conséquences dont la liste n'est pas exhaustive, celui des raisons de cette absence. Groensteen s'est autrefois interrogé sur les motifs de l'hostilité du milieu à l'endroit de la critique, avançant quelques hypothèses notamment celle d'une inadéquation entre le sérieux de la recherche et la légèreté supposée de l'objet. Il rappela à cet égard l'éditorial du premier numéro de Charlie Mensuel20 : « La BD est chose simple, elle n'a pas besoin de glose ni de glosateurs ». Peut-être. Pour ma part, j'en avance une autre. Ceux qui ont construit la bande dessinée moderne l'ont fait en revendiquant leur différence avec l'idéologie culturelle dominante qui les ignorait. Ils ont donc développé une contre idéologie faite du refus de toutes les formes de pouvoir et de toutes les démarches pouvant y faire penser. La recherche théorique, par exemple, ressentie comme une appropriation du pouvoir intellectuel tyranniquement élitiste. Un préjugé majeur voudrait donc que la critique travaille à déposséder la bande dessinée de ce qu'elle a de plus original. Je crains que ces préventions ne soient toujours les mêmes et qu'elles ne favorisent un infantilisme qui, loin de dynamiser la création, laisse les coudées franches aux responsables du marché21.

  • 22  NdE. Contrairement à ce qui est affirmé ici, c’est en 1996 que Thierry Groensteen s’engage dans un (...)

25Je ne dis pas qu'il n'existe plus de discours critique. Il en est même de très passionnants mais ils ne se font entendre que dans des circonstances particulières à un public averti, rarement au créateur et ils ne sont jamais relayés auprès du plus large public. Ce qui explique que les théories en question concernent plus précisément la réception des œuvres. C'est le cas du remarquable ouvrage de Benoît Peeters (Case, planche, récit. Comment lire une bande dessinée) qui date de 1991 tout comme celui de Jan Baetens et Pascal Lefèvre (Pour une lecture moderne de la bande dessinée) dont les recherches visent à construire une approche nouvelle de la bande dessinée. Sylvain Bouyer a soutenu en 1993 une thèse de doctorat sous la direction de Pierre Fresnault-Deruelle consacrée à l'évolution récente de la bande dessinée. Sa théorie sur la réflexivité dans les bandes dessinées avait sa place dans le premier numéro de 9e Art à côté de l'article d'Ibañez ou dans tout autre ouvrage sur la BD. Thierry Groensteen poursuit son travail au sein du CNBDI et comme directeur de collection chez Autrement mais publie de moins en moins d'ouvrages théoriques22. Que le bédécritique qui a lu son catalogue sur l'exposition « la couleur directe » veuille bien me dire ce qu'il en a retenu ! Je ne suis pas certain que la réédition circonstancielle de L'univers des mangas contribue à modifier le discours lénifiant déversé à longueur de journaux sur ce sujet.

26Je crois qu'il faut inventer un espace indépendant capable qui s'accommode de la lenteur de la recherche, qui reflète non pas une théorie mais la plurivocité des discours. Est-ce trop espérer d'une revue comme Critix ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

BLANCHET, Evariste. « La cité des fans ». Bananas, n° 3, 1er avril 1995.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

BOLTANSKI, Luc. « La constitution du champ de la bande dessinée ». Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, N° 1, janvier 1975, p. 37-59. DOI <10.3406/arss.1975.2448> URL <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1975_num_1_1_2448>
DOI : 10.3406/arss.1975.2448

BOUYER, Sylvain. « Scénario et nouvelle pensée éditoriale ». Les cahiers de la bande dessinée. Septembre-octobre 1987, n° 77, p. 46-51.

CONVARD, Didier. SAINT-MICHEL, Serge. Le Français et la bande dessinée. Paris : Nathan, 1972, 47 p.

CARBONELL, Olivier (dir). Le message politique et social de la bande dessinée. Toulouse : Privat, Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, 1975, 181 pages.

FRANCOIS, Edouard. L’âge d’or de la bande dessinée. Paris : SERG, collection « Phénix », 1974.

FRESNAULT-DERUELLE, Pierre. La bande dessinée. Essai d’analyse sémiotique. Paris : Hachette, 1972.

FRESNAULT-DERUELLE, Pierre. Récits et discours par la bande. Paris : Hachette, collection « Essais », 1977.

GROENSTEEN, Thierry. La bande dessinée depuis 1975. Paris : MA Edition, collection « Le monde de… », 1975.

GROENSTEEN, Thierry. « Calligaro et le texte pictural ». Les Cahiers de la bande dessinée. Septembre-octobre 1986, n° 70, p. 58-61.

GROENSTEEN, Thierry. PEETERS, Benoît. Töpffer, l'invention de la bande dessinée. Paris : Hermann, collection « Savoir. Arts », 1994, XVII-245 p. ISBN 9782705662141.

LECIGNE, Bruno. Avanies et mascarade. Paris : Futuropolis, 1981.

LECIGNE, Bruno. « Vers un nouveau discours critique ». Dans FROMENTAL, Jean-Luc. BOCQUET, José-Louis (dir). L'année de la bande dessinée 81-82. Paris : Temps Futurs, 1981, p. 278.

LECIGNE, Bruno. TAMINE, Jean-Pierre. Fac-Similé. Essai paratactique sur le Nouveau Réalisme de la Bande dessinée. Paris : Futuropolis, 1983.

PEETERS, Case, planche, récit. Paris : Casterman, 1991.

PEIGNOT, Jérome. EMPAYTAZ, Frédéric. Les copains de votre enfance. Paris : Denoël, 1963, 192 p.

ROBIAL, Etienne. « La BD se meurt : merci la critique ». Dans FROMENTAL, Jean-Luc. BOCQUET, José-Louis (dir). L'année de la bande dessinée 81-82. Paris : Temps Futurs, 1981, p. 278.

ROUX, Antoine. La bande dessinée peut être éducative. Paris : L’école des loisirs, 1970, 125 p.

SULLEROT, Evelyne. Bandes dessinées et culture. Paris : Opera Mundi, 1966.

VANDOREEN, Philippe. FRANQUIN, André. JIJE. Comment on devient créateur de bandes dessinées. Paris : Marabout, 1969, 174 p. Réédition : FRANQUIN, André. JIJE. VANDOREEN, Philippe. Franquin, Jijé : entretiens avec Philippe Vandoreen. Bruxelles : Niffle, 2001, 96 p. EAN 9782873930233.

Haut de page

Notes

1  NdE. Ce rapprochement nous semble constituer une piste fructueuse et il serait très intéressant de dégager la spécificité d’une approche (ou d’un renconcement) critique en matière de bande dessinée en se fondant par exemple sur l’article d’Anthony Glinoer publié dans la revue Contextes (« Classes de textes et littérature industrielle dans la première moitié du XIXe siècle », COnTEXTES [En ligne] , Varia [mis en ligne le 26 mai 2009, consulté le 29 janvier 2012]. URL <http://contextes.revues.org/index4325.html> DOI <10.4000/contextes.4325>).

2  NdE. CELEG et surtout SOCERLID sont évoqués au sein de deux autres articles publiés sur Comicalités, l’un d’entre eux se focalisant même sur l’action de cette dernière (« Saint-Ogan et les grands enfants : la place et l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID » (URL <http://comicalites.revues.org/578>)). Comme nous l’affirmions sur Les Carnets de la bande dessiné (URL <http://carnetsbd.hypotheses.org/1261>), il nous semble qu’il serait intéressant d’examiner plus avant le rôle de ce qu’il faut bien appeler des « sociétés savantes », ne serait-ce que parce que Jean-Philippe Martin met ici à jour un véritable problème : le savoir sur la bande dessinée (même lorsqu’il est pionnier, comme dans le cas présent) n’a pas forcément valeur de critique et n’a pas en l’occurrence débouché sur la construction du « jugement éclairé » évoqué en introduction.

3  Cette critique externe fétichiste est la marque de nombreux ouvrages comme Les Copains de votre enfance (PEIGNOT, 1963), Comment on devient créateur de bandes dessinées (VANDOREEN, 1969), L'Age d'Or de la bande dessinée (FRANCOIS, 1971). Henri Filippini, Claude Moliterni et Jacques Sadoul, « spécialistes » autodésignés en feront leur fonds de commerce.

4  Les collectionneurs sont avant tout des conservateurs. Sur la question de la bédéphilie, je renvoie à l'article d'Evariste Blanchet, « La cité des fans » (BLANCHET, 1995).

5  Le précurseur est bien évidemment le sémiologue Pierre Fresnault-Deruelle avec La Bande dessinée, essai d'analyse sémiotique (FRESNAULT-DERUELLE, 1972), Récits et discours par la bande (FRESNAULT-DERUELLE, 1977). Le problème avec cette démarche fondatrice, c'est qu'elle repose principalement sur le corpus classique de l'école franco-belge. Envisagée comme un système dont la compréhension ne nécessite qu'un minimum de culture, la bande dessinée trouve très rapidement des applications pratiques dans le champ de la communication publicitaire et de la pédagogie comme en attestent Le Français et la Bande dessinée, classes de 6e et de 5e (CONVARD, 1972) ou La Bande dessinée peut être éducative (ROUX, 1970).

6  Notamment représenté par Luc Boltanski (BOLTANSKI, 1975), Olivier Carbonell (CARBONELL, 1975) et Evelyne Sullerot (SULLEROT, 1966) ici citée.

7  NdE. L’auteur de l’article semble ici pointer l’une des limites du canonique article de Luc Boltanski, évoqué dans la note précédente. Pour le sociologue français, c’est en effet un changement de statut (voire de paradigme et d’ambition : les revendications « artistiques » de Moebius ou Druillet sont citées) de l’auteur qui est à l’origine de la construction du « champ de la bande dessinée ». Mais n’est-il pas permis d’en douter ? Quid justement de la place de la critique, et plus largement du commentaire, dans la construction d’un tel champ ? Luc Boltanski ne l’évoque pas et le présent article a le mérite de poser le problème et de nous inviter à chercher plus avant.

8  NdE. L’auteur de l’article, de nature prudente, n’a pas souhaité, malgré nos relances, nous communiquer exemples ou références.

9  NdE. Idem.

10  NdE. Ces propos pourraient être prolongés à travers une analyse plus poussée de ce que Jean-Philippe Martin présente comme une « contre-culture » et de ce qu’il décrit comme une entreprise de « récupération » par une culture dominante. Il serait par exemple possible de s’appuyer sur les écrits de Mark Estren consacrés à la scène américaine (ESTREN, Mark. A history of underground comics. Berkeley (USA) : Ronin Publishing, 1987, 336 p.).

11  Citations extraites de numéros d’août et décembre 1986 ainsi que de juillet 1987 du magazine Circus, publié par les éditions Glénat.

12  Pour Thierry Groensteen, l'enjeu d'une véritable critique de la bande dessinée est de la « socialiser [...], c'est-à-dire d'en faire un objet, non plus seulement de consommation, mais également de discours, de curiosité et de savoir » (GROENSTEEN, 1985).

13  Cinéma de papier, esprit rock, roman graphique.

14  NdE. Suit un dessin que nous n’avons pu reproduire.

15  NdE. Toutes proportions gardées et en osant l’anachronisme, cette position nous semble pouvoir être rapprochée de celle qu’adopte Sainte Beuve lorsqu’il écrit dans « La littérature industrielle » (publié dans la Revue des deux mondes, T.19, 1839) que « la chose littéraire (à comprendre particulièrement sous ce nom l’ensemble des productions d’imagination et d’art) semble de plus en plus compromise » par la faute du « désastre de la librairie en France depuis quelques années ». Sa « méthode critique » consiste d’ailleurs à faire de l’intention de l’auteur le seul principe d’organisation valable de l’œuvre littéraire, comme si l’individu devait prendre le pas sur toute autre considération (ayant trait à l’entreprise ou à la collectivité). Nous ne livrons ici qu’une intuition et nous invitons les chercheurs à s’en emparer grâce au texte sus-cité qui est en ligne (URL <http://fr.wikisource.org/wiki/La_Litt %C3 %A9rature_industrielle>).

16  NdE. Devenue depuis l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image au sein de laquelle Thierry Groensteen enseigne toujours.

17  Voir la réaction de Groensteen (GROENSTEEN, 1986) au texte de Calligaro intitulé « L'Aventure de la forme » et la sortie de Bouyer à propos des positions critiques de Thierry Groensteen (dans « Scénario et nouvelle pensée éditoriale » (BOUYER, 1987)).

18  NdE. Devenu depuis la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image (URL <http://www.citebd.org/>).

19  NdE. Les nouveaux modes de publication numérique nous semble confirmer qu’il y a lieu d’explorer cette intuition. N’est-ce pas en effet au sein d’un Internet dans lequel pullulent blogs et autres plateformes collectives de publication que va naître une nouvelle forme de critique (incarnée par le site du9.org) ?

20  Datant très exactement du 1er février 1969.

21  NdE. Jean-Philippe Martin émet ici une hypothèse voisine de celle que formule Luc Boltanski dans son article cité ci-dessus. Pour le sociologue français, il s’agit de refuser « toutes les formes de pouvoirs » en s’appropriant un pouvoir, ou plus exactement en « mimant » les formes dominantes de supériorité intellectuelle : « Collectionner des bandes, créer des clubs de collectionneurs, rechercher des bandes anciennes disparues de la circulation, reconstituer des séries complètes, établir des bibliographies, comparer les éditions, les personnages puis, les auteurs, les styles, c’est se livrer sur un terrain à peu près libre de toute autorité culturelle à la même activité, stricto sensu, que l’historien de l’art ou de la littérature dans le domaine réservé de la culture légitime » (BOLTANSKI, 1975, p. 41).

22  NdE. Contrairement à ce qui est affirmé ici, c’est en 1996 que Thierry Groensteen s’engage dans un travail théorique de grande ampleur en délaissant l’approche monographique et « critique ». Sur ce point, ce texte accuse son âge et l’auteur de cet article ne pouvait à l’époque avoir connaissance de certains faits. En 1996, Thierry Groensteen soutient un doctorat qui est par la suite publié sous le titre de Système de la bande dessinée (1999) et est suivi par nombre d’autres publications (La bande dessinée : un objet culturel non identifié, Bande dessinée et narration…). La question que soulève l’article reste malgré tout entière : quelle fut l’influence de ces travaux unanimement reconnus sur la critique de bande dessinée (et plus largement quels sont les liens entre travaux académiques et discours journalistiques dans le cadre des industries culturelles) ? Ce texte fait en effet référence à une époque où les recherches sur la bande dessinée étaient encore mal organisées : le catalogue de l’exposition Couleur directe ou L’Univers des mangas font aujourd’hui figure de textes pionniers qui ont donné lieu à un véritable élan théorique et éditorial. Il serait ainsi intéressant de se demander si le désintérêt de la critique pour ces travaux qu’évoque ici Jean-Philippe Martin est encore d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Martin, « La théorie du 0 %. Petite étude critique de la critique en bande dessinée », Comicalités [En ligne], Médiatiques, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 23 avril 2014. URL : http://comicalites.revues.org/827 ; DOI : 10.4000/comicalites.827

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Martin

Membre du comité de lecture de Comicalités, Jean-Philippe Martin est le directeur de l'action culturelle de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême. Il a participé à la réalisation d’expositions sur la bande dessinée, contribué à la rédaction de Cosey d’Est en Ouest, Vive la crise ! L’état de la Bande dessinéeou Maîtres de la bande dessinée européenneet a dirigé les ouvrages Comics Parket Les jardins de la bande dessinée.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page